LS_Online_BONART_1280X150-22

concours

La 13ème édition d'Art Nou se déroule à L'Hospitalet et à Barcelone

Le Festival a opté pour une diminution des espaces au profit d'un degré d'implication accru dans la proposition d'expositions individuelles - 28 sur les 30 présentées - qui permettent d'offrir un plus grand espace de professionnalisation aux artistes émergents.

Adrián Castañeda. Fundació Arranz Bravo. Foto: Jorge Isla
La 13ème édition d'Art Nou se déroule à L'Hospitalet et à Barcelone
bonart barcelone - 27/06/24

Du 26 juin au 3 septembre, L'Hospitalet et Barcelone accueilleront la 13ème édition d'Art Nou, qui revendique une fois de plus les galeries comme espaces ouverts au grand public, lieux de rencontre et de débats. Pour cette raison, la grande majorité des espaces participants restent des galeries, avec un total de 21, auxquelles s'ajoutent 8 espaces indépendants et autogérés. Ce fait consolide Art Nou comme un festival de référence pour l'art émergent qui veut étendre ses tentacules également au-delà des galeries et être le reflet de la prolifération d'espaces hybrides dans la ville. De plus, le festival compte sur la participation de 2 institutions exposantes et de 2 collaborateurs.

Le festival d'art émergent de Barcelone et l'Hospitalet Art Nou, organisé par d'Art Barcelona, qui offre la possibilité aux jeunes créateurs nationaux et internationaux d'établir leur première relation professionnelle avec le marché de l'art, les galeries, les espaces autogérés et institutions dédiées à l’art émergent.

Dans cette nouvelle édition, le festival proposera 29 spectacles de 46 artistes de moins de 35 ans dans 22 galeries, 8 espaces indépendants et 4 institutions, et un vaste programme d'activités parallèles qui comprend des parcours, des visites guidées, des conversations avec des artistes, des performances. projections et actions dans les différents espaces participant au festival.

[fichierb25a3]

Expositions d'art nouveau 2024

Mémoire et identité . Souvenirs, origines, mémoire personnelle ou familiale ou encore migration sont des thèmes récurrents dans les expositions que l'on retrouve dans la 13e édition d'Art Nou. A travers l'observation du quotidien et de la société qui l'entoure et en se laissant emporter par la mémoire, Jieyu Zheng se tourne vers la noirceur du noir pour évoquer les nuits de Wenzhou, liées à l'odeur persistante du patchouli, symbole d'identité et de racines dans l'exposition qu'il présente à Suburbia Contemporary. À travers la peinture et la céramique, le travail de Lena Laguna Diel , visible à Fuga, propose un voyage introspectif dans l'expérience, la mémoire et les espaces personnels à travers l'évocation d'émotions et de souvenirs profonds et l'interconnexion de nos vies avec le monde que nous habitons. À la Galerie Ola, Elena Garrigolas étudie la relation de l'individu avec la société pour pénétrer dans les identités, les croyances et les tabous du comportement humain.

L'expérience de la migration est au centre de deux expositions. Dans Tangen Projects, Anna Andrzhievskaia l'explore à travers l'idée et le format du jeu, qui offre aux spectateurs une compréhension nuancée des complexités inhérentes à la recherche d'un chez-soi et d'une appartenance. Et à la Fondation Arranz Bravo, Adrián Castañeda présente des salles en béton, plâtre ou cire pour réfléchir sur la figure du passager clandestin et les obstacles que beaucoup rencontrent face à la nécessité de traverser une frontière.

Il y a aussi un intérêt pour la figure humaine et l'identité, comme en témoigne l'exposition de la Galerie RocioSantaCruz, où Guillem Coma expose pour la première fois ses dessins à la plume, dans lesquels la présence de la figure humaine apparaît dans un registre d'abstraction. , flou, presque insinué. À la galerie Esther Montoriol, Tura Sanglas explore l'expérience du pleur à travers la céramique et le dessin.

L'espace dans lequel nous vivons. L'espace, à la fois intime et habité, est une thématique qui traverse de nombreuses expositions d'Art Nou, selon des approches variées. Dans Chiquita Room, la photographe AlbaYruela explore sa relation personnelle et subjective avec un espace spécifique, la nature, à travers une boîte lumineuse et d'autres images connectées qui créent un monde intime, personnel et partagé. Vicente Prieto Gaggero présente chez Victor Lope Arte Contemporáneo un projet sur les relations affectives complexes entre les individus et leur environnement à travers l'utilisation de techniques ancestrales des peuples précolombiens d'Amérique et de céramiques d'origine européenne. Les peintures qu'Elise Vlaminck expose à Espronceda évoquent l'espace public de la ville, mais aussi l'espace intérieur qui se devine à travers les lumières et les ombres, un dialogue entre notre vie privée et le monde que nous habitons.

Anna Sevilla Paris étudie, dans une proposition visible chez Raccoon Projects et Dracula, les engrenages et la capacité de se présenter comme des scènes ouvertes : des espaces à partir desquels montrer leurs matériaux et leurs compositions, qui deviennent des indicateurs de leur propre langage. À partir de la fabrication d'un almanach, Andrea Herrera crée un parcours à travers l'espace d'El Sielo, déployant des scènes, des personnages et des objets dans le but de combiner chronologie et image, une union disjointe qui transcende la validité du Calendrier. L'installation vidéo que Martí Madaula présente chez Prats Nogueras Blanchard est un essai d'autofiction dans lequel l'artiste pense la garde-robe comme un organisme vivant qui se nourrit de ses nouveaux vêtements et qui finit par devenir une métaphore de la friction entre le maintien de l'individualité et embrasser un nouvel amour. À Homesession, une proposition curatoriale d'Ezequiel Soriano propose un dialogue entre Meritxell Cañas , Marta Ruaix Viñas et Judit Luna à partir des cartes postales échangées depuis les espaces - ou architectures intimes - qu'elles construisent.

Transdisciplinarité et nouveaux outils technologiques . L'influence de l'art textile, du graffiti, mais aussi des nouvelles technologies et dispositifs deviennent des sujets de réflexion et des outils de travail pour de nombreux projets exposés. À la galerie Escat de la Casa Estudio Granados, Pol Pintó travaille avec des logiciels informatiques pour aborder des concepts tels que l'action, le hasard, la répétition ou la fatigue en tant que moteur de la production artistique. Dans le projet qu'Asiab Dib expose à Espai 19, il utilise une webcam pour nous inviter à réfléchir sur l'utilisation naturalisée et insouciante des sites Web et de la caméra mobile, et sur la manière dont nous nous enregistrons et générons une identité grâce aux technologies. À Dilalica, Huaqian Zhang présente une installation qui génère un dialogue entre la dimension technique et industrielle des machines à tricoter et la chaleur et le savoir-faire du travail manuel de la couture et du textile. Cristina Reid crée une installation textile dans l'Espace Souvenir qui nous parle du concept d'entretien par opposition au développement, et de la relation du premier avec le travail féminisé des tissus faits à la main.

Explorer le monde : phénomènes naturels et changement climatique . Les phénomènes naturels, la perception et la construction du paysage ou encore l'impact des actions humaines sur l'environnement sont des sujets d'intérêt pour certains des artistes que l'on retrouve dans l'édition de cette année. À la galerie Senda, Carla Cascales présente une série de peintures et de céramiques grand format inédites dans lesquelles la gravité agit comme force créatrice et avec lesquelles elle explore l'interaction entre les forces naturelles et la pratique artistique. Dans la galerie H2O, Elisabeth Terrisse de Botton aborde avec poésie le climat et ses relations avec nos modes de vie, en mettant l'accent sur l'interaction entre l'architecture, l'environnement et l'être humain. On retrouve également des recherches autour de ces forces imperceptibles, comme l'air, et de la relation ou de la capacité de changement qu'elles entretiennent dans les corps ou les espaces : dans Ethall avec Eduardo Hodgson et House of Chappaz avec Natalia Domínguez . Dans la Galerie Mayoral, Alice Volgel s'approprie un vieux parachute pour souligner la crudité et la tendresse des choses légères qui peuvent être lapidaires.

Organisée par Gisela Chillida, Sala Parés présente une exposition qui explore les relations d'interdépendance entre paysage et perception à travers les yeux des artistes Núria Farré , Nil Safont, Marc Ávila Català, Federico García Trujillo et Ana Císcar. À partir d'une approche critique, Paula Artés présente une recherche photographique à Àngels Barcelona qui réfléchit sur les relations de pouvoir dans la construction de la plate-forme Castor et sur le grave impact environnemental qu'elle a entraîné.

La justification de la peinture

La peinture occupe à nouveau une place de choix parmi les propositions présentées par la 13ème édition d'Art Nou et se revendique, une fois de plus, comme une discipline qui gagne de la place parmi les nouvelles générations. On le retrouve, parmi beaucoup d'autres propositions déjà évoquées, chez Ana Mas Projects avec l'exposition des dernières œuvres de Rita Sala nées d'une réflexion sur le paysage, comprise dans une perspective élargie, comme un voyage qui traverse des stades, des couches, mondes imaginaires et autres systèmes émotionnels, sexuels et politiques. À la Taché Art Gallery, Christina Krah tente de capturer, à travers le pinceau, le moment de contemplation de la nature et son effet de grandeur, et Natalia Suárez présente au Bombon Project un ensemble de peintures à l'huile et de dessins dans lesquels des personnages récurrents habitent des espaces de douteux. profondeur. À L21 Barcelone, Ben Edmunds interroge le prétendu anti-utilitarisme de la peinture à travers l'assemblage de ses œuvres, qui continuent d'explorer la couleur et les différents matériaux issus des sports d'aventure.

Patrimonieja_Banner_180x180_CULTURALLS_Online_BONART_180X180-25

Ils peuvent vous
intéresser
...

GC_Banner_TotArreu_Bonart_817x88