0524-banner-bonart-CarlesPiqueras-1280x107px

Avis

Deuxième phase du projet-essai "Re-enactment" à la Maison de la Culture de Gérone

Deuxième phase du projet-essai "Re-enactment" à la Maison de la Culture de Gérone

Dans la deuxième phase du projet-essai "Re-enactment", qui est présenté à la Maison de la Culture de Gérone du 27 décembre au 15 janvier 2022, vous pourrez visiter l'intervention de Josep Masdevall "Le déluge de 1976" et le enregistrements des actions de Pep Aymerich - Lluïsa Paredes " Entre el tot i el res II ", Jordi Mitjà " L'habitació dels convidats ", Lluís Alabern " Un home cec és una casa buida " et Borja Zabala " Que me regarde, ils voyez-moi, cela n'a guère d'importance "produit par la Casa de Cultura et organisé par Marta Pol Rigau.

Tout au long de la carrière de Josep Masdevall, vous pouvez voir des constantes dans son travail, d'une part, de la pratique sculpturale, l'expérimentation avec des matériaux essentiels et raffinés au maximum et, d'autre part, l'utilisation de procédures insignifiantes, l'action, à établir une coexistence entre la présence et le contexte quotidien.

Dans la logique intrinsèque de sa conception de la sculpture de l'espace, elle devient un lieu de développement de l'œuvre et, à cette fin, utilise une méthodologie minimale mais systématisée qui lui permet de trouver un équilibre entre la structure formelle et le conditionnement spatio-temporel. Mais parce que le but de son travail est de présenter une manière de générer une expérience, un jeu, une complicité avec l'autre.

Si dans "La riuada del 1976" des années 90, il reproduisait le plan de la Casa de Cultura à partir de ruisseaux, qui étaient déplacés par le trafic des usagers, produisant des accumulations similaires aux débordements provoqués par l'excès d'eau fluviale. Dans la reconstitution actuelle de "La riuada del 76", il génère une structure architecturale abstraite de la maison à configurer, avec des lignes de pierres disposées comme des croisements entre les grilles du parquet du sol dans un espace, littéralement parlant, de transformation constante par l'effet du passage des personnes. En parallèle, il dispose les pierres au sol et suspend au plafond des fils gris qui dessinent des lignes verticales imperceptibles à l'air et soutiennent d'autres pierres. En somme, c'est un exercice spatial à la fois léger et complexe, dans les pierres il trouve des corps et dans les fils la moindre apparence.

Comme le dit l'artiste : « Que reste-t-il de ces pierres qui ont dessiné le bâtiment ? Sûrement peu. Ils ont été emportés par le courant, les lignes précises des murs ont été brisées, et maintenant vous savez où ils sont. Tout peut arriver; et tout reste. Pendant quelques jours, nous allons geler la mémoire, fixer la forme. Ensuite, tout continuera à couler. »

JP_Bonart-180x180-Online_banners-CAT-03-180x180

Ils peuvent vous
intéresser
...

Bonart_banner-1280x150_FONS-AVUI-90