Banner-LS-1280x150

rapports

Qui a peur de l'art contemporain ? Censure et combats d'une guerre culturelle

La censure traverse l'art contemporain et ses créateurs se manifestant par le retrait d'œuvres, la destruction de sculptures, la modification de photographies et l'annulation d'expositions. Quelle position les critiques, les artistes ou les écrivains doivent-ils adopter ? Est-il possible de renégocier le monde par l’art après les horreurs permises par l’aveuglement idéologique ?

Daniel Gasol. Identitats punibles, 2023. Diversos materials,400 cmx250 cm. MACBA
Qui a peur de l'art contemporain ? Censure et combats d'une guerre culturelle

Œuvres supprimées, sculptures détruites, photographies altérées et expositions annulées : l'art contemporain et les créateurs font face à une censure injuste. Les gouvernements, les groupes politiques, les plateformes sociales, les musées et les individus restreignent (pas seulement) le contenu créatif. De nombreux artistes sont réduits au silence lorsqu’ils remettent en question les normes sociales et religieuses ou expriment des opinions politiques opposées aux récits dominants. Paradoxalement, les actions des censeurs peuvent encore amplifier le sens de l’art.

La représentation est un moyen fondamental d’expression artistique depuis sa création, capturant les perceptions et les pensées humaines. Même si l'art reflète la réalité, il n'en est pas simplement une copie, ni une expression isolée de l'artiste détachée du monde. Son interprétation est entrelacée dans un réseau de significations contextuelles, l’exposant à la vulnérabilité lorsqu’elle est forcée dans un contexte artificiel.

C'est pourquoi les musées sont nés, pour sauvegarder la liberté artistique et défendre le droit de l'art à provoquer et à déranger, ou du spectateur à se sentir dérangé. Cependant, les institutions ont tendance à censurer les œuvres, témoignant ainsi du manque d'intérêt pour stimuler les débats et de la méfiance absolue à l'égard de l'intellect du public pour naviguer dans les subtilités artistiques. Dans une société démocratique, donner la priorité à l'éducation permet aux gens de prendre des décisions éclairées, réduisant ainsi « le besoin » de censure. Le manque de préparation et de professionnalisme de ceux qui jugent devient un problème systémique et structurel.

[fichier4c307]

Censure créative

La culture annulée est à l'ordre du jour et génère des débats houleux sur le système muséal sur les questions de race, d'autocensure, de justice sociale ou d'appropriation. Les menaces contre l'expression artistique comprennent le harcèlement, la violence et les poursuites judiciaires pour des accusations telles que la diffamation, le blasphème ou des lois vagues liées au terrorisme, à la sécurité nationale, à l'ordre public, à l'incitation à la haine, à la moralité publique ou aux valeurs traditionnelles.

Núria Güell a été confrontée à la censure dans des environnements aussi disparates que la Suède et Cuba. Et, au niveau local, la municipalité de Figueres n’a pas vu dans Idéologies oscillantes – créées avec Levi Orta – la critique inhérente et sous-jacente de l’œuvre. Les critiques sociales et politiques de Güell ont suscité la controverse en abordant des questions telles que la situation des immigrés, la précarité, les paradis fiscaux et la corruption. Güell et Orta préconisent d’éviter les attitudes autoritaires sans espace de dialogue et de ne pas répéter les comportements dont nous voulons nous libérer.

Les récits politiques dominants polarisent et attaquent sans relâche les théâtres, les musées, les musiciens ou les romanciers critiques à l’égard des gouvernements. Ce phénomène s’ajoute à la tendance mondiale au sous-financement de la culture afin de la rendre vulnérable.

Justement, Daniel Gasol remet en question les discours dominants des pouvoirs factuels sur l’identité, le travail, la classe et la consommation, tout en explorant les mécanismes qui construisent les récits hégémoniques. Son projet Vagos, maleantes y peligrosidad social aborde l'autocensure et la répression intériorisée après des années de dictature et d'après-guerre. Enquêtez sur la façon dont les comportements tapageurs et autres comportements antisociaux sont devenus des sujets criminels en vertu d'un règlement de la Seconde République, modifié par le régime franquiste pour inclure les homosexuels. Gasol présente une enquête académique et visuelle sur la régulation des désirs, explorant le concept de corps social, de crime, de refoulé et de droit.

[fichier9f32c]

Conservatisme culturel

Le conservatisme croissant d’aujourd’hui a mené une guerre culturelle contre tout ce qui semble éveillé (théories critiques du genre, de la race, de l’identité sexuelle ou LGTBIQ), à laquelle ils ont également ajouté l’antisémitisme.

Et c’est précisément en Allemagne que les arts souffrent dans la lutte contre l’antisémitisme. Cette polémique a déjà secoué l'un des événements artistiques les plus respectés à l'échelle mondiale : la Documenta 15. Et le problème continue, puisque l'ensemble du comité artistique de la seizième édition à venir a démissionné en raison du harcèlement des médias allemands dans leur sordide soutien à Israël Il y a ceux qui disent avoir mauvaise conscience face à l’holocauste, à l’exode. Peut-être que les Palestiniens (également les Sémites) sont nés mal.

Eh bien, l'installation de Candice Breitz, une artiste juive sud-africaine basée à Berlin, est bien loin du conflit qui ravage Gaza : il s'agit des travailleuses du sexe en Afrique du Sud. Son exposition dans le Land de Sarre fait cependant partie des nombreux événements culturels récemment suspendus. Et c'est que la censure n'examine pas seulement le contenu des œuvres, mais aussi les positions politiques de leurs créateurs. Breitz a condamné le Hamas sur les réseaux sociaux, mais a critiqué le gouvernement israélien pour ses actions à Gaza. Le soutien inconditionnel à Israël part de la responsabilité historique de l'Allemagne, devenant une « raison d'État » qui limite les voix dissidentes dans le conflit israélo-palestinien, comme celles des immigrés (islamiques). Et où l’expression artistique a été un domaine de discorde particulier.

C'est pour cette raison qu'un groupe d'artistes, d'écrivains et d'universitaires dénonce dans une lettre ouverte les institutions culturelles qui se sont tues en annulant des productions et en délégitimant des personnalités d'origine palestinienne ou des critiques des actions d'Israël. L’art subit une sorte d’épuration contre ceux qui expriment de l’empathie envers les civils palestiniens, comme en témoigne l’annulation d’une exposition sur l’afrofuturisme à Essen en raison de l’avis de la commissaire Anaïs Duplan. La journaliste Masha Gessen, en comparant Gaza à un ghetto juif, s'est vue retirer son prix Hannah Arendt à Brême ; la Foire du livre de Francfort a "reporté sine die" le prix décerné à l'auteure palestinienne Adania Shibli, et le musicien Nicolas Jaar a été annulé à Munich.

Pour recueillir tout cela, le Blog Verso Books recherche des témoignages d'individus ou d'organisations ayant subi la censure, la punition ou la discrimination pour exprimer leur solidarité avec la Palestine. Ainsi que @archive_of_silence, un projet de crowdsourcing documentant les voix artistiques réduites au silence en Allemagne pour des raisons similaires.

Le pouvoir de l'art

Mais est-il possible de renégocier le monde par l’art après les horreurs permises par l’aveuglement idéologique ? Chaque acte de censure est lié à un ensemble plus large de pressions sur l’éducation, la presse, la culture et la liberté d’expression, jetant une ombre de peur qui encourage l’autocensure et affaiblit la fonction sociale de l’art. Pourtant, les mots de Freedberg résonnent : « Ceux qui tentent de censurer et de détruire l’art témoignent de sa puissance, faisant de l’œuvre un symbole détesté ou simplement un contenant de forme. »

La-Galeria-201602-recursthumbnail_Centre Pere Planas nou 2021

Ils peuvent vous
intéresser
...

Banner_MaquinesdelTemps_970x250