Bonart_banner-1280x150_FONS-AVUI-90

entretiens

Paz Errázuriz : "Les images sont le résultat de mon engagement, de mes recherches et de ma façon de connaître la société dans laquelle nous vivons"

Paz Errázuriz est l'un des artistes chiliens les plus reconnus au niveau international. Jusqu'au 15 septembre, la KBr Fundación MAPFRE lui consacre une exposition rétrospective qui couvre son œuvre des années soixante-dix à nos jours

Paz Errázuriz : "Les images sont le résultat de mon engagement, de mes recherches et de ma façon de connaître la société dans laquelle nous vivons"

Paz Errázuriz (Santiago du Chili, 1944) s'est lancé dans la photographie dans les années soixante-dix de manière autodidacte et a cofondé en 1981 l'Association des photographes indépendants (AFI), une organisation qui soutenait différentes initiatives dans le domaine de la photographie. Elle est l'une des artistes chiliennes les plus reconnues au niveau international dont le travail peut être décrit comme un témoignage social de la réalité de son pays et de son environnement. Son travail, largement inscrit dans le contexte de la dictature chilienne (1973-1990), tente de rendre visible la vie de personnes marquées par les politiques répressives du régime. Loin du photojournalisme classique, l'auteur part d'une observation profonde de la condition humaine pour réaliser les différentes séries.

Que représente pour vous la photographie ?

C'est une manière de vivre. Avec la photographie, je ressens une émotion constante, et bien sûr la possibilité d'avoir des pairs, d'être constamment en relation avec les autres et de réfléchir à la façon dont les autres voient le monde, à ce qu'ils voient. Au fond, c'est quelque chose qui m'a beaucoup aidé dans ma recherche de vie. Grâce à la photographie, j'ai aussi beaucoup appris. J'ai pu lire et faire beaucoup de recherches et c'est une expérience très agréable lorsque je le fais.

Qu’est-ce qui vous a attiré dans le portrait de personnes ?

C'est un peu de recherche que j'ai faite pour découvrir les sujets que la société rend invisibles, une manière d'utiliser la photographie comme prétexte pour pouvoir faire des recherches. J'ai également enregistré les conversations en réfléchissant à la possibilité d'avoir l'image et la transcription. En revanche, des sujets comme la « folie » et la prostitution en sont venus à m'obséder. A cette époque, c'était quelque chose qui manquait à ma propre éducation, et cette forme de recherche m'a amené à pouvoir réaliser des portraits de ces sujets.

Votre travail avec l’image photographique a-t-il alors un engagement social fort ?

Les images sont le résultat de mon engagement, de mes recherches et de ma façon de connaître la société dans laquelle nous vivons, qui rend invisibles toutes ces questions, pourquoi ils le font et ce que signifie appartenir à ces groupes. Cela se reflète sur la photographie.

[fichier2af57]

Une tâche difficile...

Il n’est pas facile d’établir avec les personnes représentées une relation qui permet de travailler avec autant d’insistance sur les images. En plus des images, j'ai toujours eu envie d'enregistrer des conversations et des situations. L'écriture était toujours présente. Après avoir travaillé un an à La Poma d'Adam, j'ai invité pour la première fois un ami journaliste à faire la partie texte. Lorsque nous avons terminé le travail photographique d'Infarto de l'Ánima, qui est le projet d'amour fou avec des couples de patients dans un hôpital psychiatrique, nous avons travaillé avec l'écrivain chilien Diamela Eltit. Le résultat fut un très beau livre. Plus tard, j’ai fait une autre pièce sur le thème de l’ochromatopsie, un problème de vision qui empêche de voir les couleurs, et j’ai fini par travailler avec un poète. Dans mon travail il y a toujours ces deux disciplines qui se heurtent et s'enrichissent : l'image et l'écriture.

La photographie en noir et blanc a-t-elle une nuance particulière pour vous ?

Absolument. J'ai toujours travaillé en noir et blanc et j'ai fait moi-même tous les travaux de laboratoire. Il faut également considérer qu’une grande partie de ce travail a été réalisé sous la dictature chilienne et sous une forte censure. Aujourd'hui, j'ai une position écologique concernant le fait analogique, qui a directement à voir avec la pollution de l'eau et combien d'argent est dépensé pour laver une seule photo. Le Chili est très menacé par la sécheresse et le désert est presque au-dessus. En plus de prendre les images, en les révélant vous vous connectez au temps lent, ce temps qui est aujourd'hui presque insupportable.

Quelle a été votre première exposition en Espagne en 2018 ?

C'était vraiment extraordinaire, cette exposition était extrêmement stimulante et stimulante. Avoir une exposition hors du Chili et d’une telle ampleur (c’était une superbe rétrospective) était très important pour moi.

[fichier78bf5]

Que signifie avoir plus de 170 œuvres dans la collection de la Fundación Mapfre ?

C'est une fierté que mon travail soit dans une collection aussi importante et que, de la Fondation Mapfre, ils soient toujours aussi attentifs à mon travail. Ils ont réalisé des livres photo spectaculaires, chaque livre qu'ils ont réalisé est un magnifique tirage.

Qu’avez-vous redécouvert de l’œuvre en revisitant certaines de ces photographies ?

C'était très impressionnant de revoir ces photographies prises il y a des années, c'est comme regarder mon journal de vie. Je pensais que je n'avais rien oublié, que j'avais vu une photo et que je me souvenais exactement où j'étais allé, quand et qui j'étais. Mais j'ai été surpris de trouver une série que, lorsqu'elle a été tournée, je ne pouvais pas la montrer parce que je savais qu'elle serait censurée. Voir cette exposition ressuscitée à Paris en 2023, montrant pour la première fois des œuvres des années 80, m'a procuré une joie incroyable. Et bien sûr, aussi revoir d’anciens amis et famille sur les photos.

Qu’est-ce qui vous passionne dans l’avenir ?

Au fond, je ne sais pas si j'ai hâte ou si j'ai peur d'essayer de terminer beaucoup de choses que j'ai en route. J'espère pouvoir les réaliser et j'espère aussi que la photographie suive cette voie bien entretenue à la Fondation Mapfre. C'est une excellente conservation, la sélection des photographes, jusqu'à l'impression même des livres. L'importance et le traitement soigné de mes photographies me passionnent énormément.

Baner-generic-180x180_Impremta Pages - banner-180x178

Ils peuvent vous
intéresser
...

Bonart_banner-1280x150_FONS-AVUI-90