Banner-LS-1280x150

avis

Revenu de base ou grève générale

La culture ne marche pas parce que les créateurs vivent dans une précarité persistante

Gustav Metzger, Norfolk, Anglaterra, 1960. Foto: Ida Kar. © National Portrait Gallery, Londres.
Revenu de base ou grève générale

En fin d'année, j'ai participé à l'une des commissions du Conca pour réfléchir à la situation du secteur créatif et des arts. Nous étions tous d’accord sur un sujet : la précarité partagée des critiques, des commissaires et des artistes. Et de tout le secteur de la production culturelle. En fait, cela fait de nombreuses années que nous repensons à la même chose et nous arrivons toujours à la même conclusion : la situation des créateurs est précaire.

Parallèlement à cet accord, la plupart des politiques culturelles appliquées aux arts impliquent une augmentation des dotations budgétaires en faveur des infrastructures sous forme de nouvelles manifestations (Manifeste) ou d'extensions (Macba, MNAC). Mais au vu de l’expérience, force est de constater que davantage de musées, davantage de centres d’art et davantage d’événements n’ont pas contribué à mettre fin à la précarité des créateurs.

Et si on retournait l’équation ? Au lieu d’investir de manière pyramidale depuis le sommet et d’attendre que l’argent atteigne le substrat, payez directement avec de l’argent aux bases créatives. C’est-à-dire moins d’expansions et de budgets pour les événements et plus de solutions au problème fondamental : que la culture ne fonctionne pas parce que nous, créateurs, ne pouvons pas vivre.

Un fait : plus de 60 % des travailleurs culturels ont des revenus inférieurs au SMIC interprofessionnel. Au-delà de la subvention comme forme d’agonie prolongée, si l’idée d’un revenu de base est politiquement sur la table, pourquoi ne pas commencer par l’appliquer aux créateurs en tant que secteur clairement précaire ?

Si les données sur la précarité prouvent quelque chose, c'est qu'en dehors de tout profit, les artistes travaillent, les critiques écrivent et les commissaires organisent des expositions partout où ils se trouvent... Avec le revenu de base, il y aurait une génération de créateurs qui pourraient travailler et générer de la culture, mais avec des conditions de vie. Et cette génération trouverait déjà les places pour avoir de la visibilité. Que les galeristes vendent ou non, qu'une œuvre soit commercialisable ou non, serait un problème pour les galeristes. Les musées ne seraient pas une solution salariale temporaire pour les artistes et les conservateurs, ils exposeraient si le lieu les convainquait et non par nécessité. Et la culture serait renforcée par ses créateurs.

Le problème est peut-être que nous continuons à créer. Il n’est donc pas insensé d’envisager un arrêt, une grève générale de la culture. Nous avons de nombreuses raisons pour les producteurs culturels et les créateurs.

Eude, genericBaner-generic-180x180_

Ils peuvent vous
intéresser
...

Bonart_banner-1280x150_FONS-AVUI-90