BANNER MY BESTYS 7

Éditorial

Réflexions : Arco & Madrid - Art Basel & Hong Kong

L'impressionant quadre d'Antoni Tàpies que s'exhibia a l'estand de la galeria Mayoral a Art Basel Hong Kong.
Réflexions : Arco & Madrid - Art Basel & Hong Kong
Ricard Planas Camps - 10/05/24

Le début de l’année artistique ne s’arrête pas. Foires, biennales... démarrent les moteurs en février et le « truc artistique » ne se termine qu'en décembre. La Zona Maco de Mexico, du 7 au 11 février, a débuté avec une offre consolidée ; une foire qui aurait pu être l'une des nombreuses raisons pour lesquelles Arco Madrid a déménagé du mois de février (sa date historique) au mois de mars, du 6 au 10 de cette année, ce qui a fait que le reste des événements de la ville a également changé le calendrier. Madrid, à cette époque, regorge d'activités, de foires, d'expositions et de contacts. Cette année, sur le stand de la galerie Miguel Marcos - qui sera récompensée pour son parcours en mai prochain aux GAC awards de Barcelone - nous avons présenté la monographie sur le bon art/mauvais art, consacrée à la figure de Joan Brossa ; un artiste « élargi » que le galeriste saragosse, établi à Barcelone depuis plus de vingt ans, a contribué à internationaliser de manière significative. Le critique et historien Juan Manuel Bonet, l'un de ceux qui ont le plus écrit sur Brossa - ancien directeur du Musée Reina Sofía de Madrid - et qui a participé à la monographie de Bonart, s'est chargé d'animer un événement qui signifie un auteur qui il est toujours allé à contre-courant.

[fichier7a2b3][fichierc4537]

Un autre artiste marquant de la foire Arco de cette année, un autre inclassable à contre-courant, est Josep Ponsatí ; le sculpteur Banyol qui sculpte/crée à partir de la cécité. Un créateur qui, grâce à la bonne volonté culturelle et à la Fondation Lluís Coromina Isern, avec la complicité de l'architecte Toni Bramon, nous avons aidé pendant plus de cinq ans à le remettre sous les projecteurs. Eh bien, Ponsatí, en collaboration avec Bombon Projects et la galerie Joan Prats - qui s'est désormais associée à Nogueras Blanchard et qui s'est présentée ainsi pour la première fois à Madrid - a exposé une exposition personnelle de l'artiste avec des photographies des actions et des événements éphémères. des installations des années 70 et 80, ainsi qu'un grand gonflable. Un auteur que le Musée National Reina Sofía (MNCARS) de Madrid a jugé bon d'acquérir certaines de ses œuvres et d'incorporer cette référence du XXe siècle dans ses collections ; une remarque, le MACBA en possède également un. Une bonne nouvelle pour cet artiste incontournable et que l'histoire - qui passe par la complicité de nombreux agents culturels - commence à lui rendre justice. La Generalitat de Catalunya lui a décerné le Prix National de la Culture en 2019.

[fichier94b1][fichiercc39a]

Nous ne pouvions pas quitter Madrid sans voir l'exposition de Colita, intitulée "Antifémina" avec des textes extraordinaires de Maria Aurèlia Capmany au Círculo de Belles Artes et promue par la galeriste Rocío Santacruz. Nous avons également dû nous rendre au centre culturel Matadero pour voir la foire d'art Urbanity ; un événement très intéressant, avec des galeries catalanes comme Miquel Alzueta (qui a présenté des œuvres de Cesc Abad -bonart cover-), la galerie Víctor Lope ou une exposition personnelle dédiée à l'artiste Gino Rubert ; une foire où l'on pouvait respirer la transgression, le risque et des étincelles de jeunesse dans les propositions. L'exposition consacrée à Salvador Juanpere par la Fondation Vila Casas, sous la direction de la critique d'art Natàlia Chocarro, qui peut encore être vue jusqu'au 18 mai, au Centre Culturel Blanquerna de la Generalitat de Catalogne, était un arrêt obligatoire à Madrid. Des dessins d'un réalisme magique, d'un réalisme inconnu qui dialoguent avec une installation avec des fragments archéologiques d'œuvres sculpturales d'une extrême délicatesse et poétique.

[fichier781ef]

On ne pouvait pas non plus repartir sans voir l'impressionnante rétrospective d'Antoni Tàpies au "Reina", organisée par l'hyperactif Borja-Villel, qui semble être partout. Une exposition avec une sélection extraordinaire d'œuvres, mais - exerçant la pratique de la critique que le littéraire Jordi Llovet recommande si fortement d'exercer - ne présente pas le risque auquel on aurait pu s'attendre, ni dans l'assemblage ni dans l'interrelation des pièces : une un pur discours chronologique, magnifiquement canonique, mais avec une sobriété excessive qui reflète peut-être l'essence de l'œuvre de l'artiste catalan, mais personnellement je pense qu'il rétrécit les chemins pour pouvoir enquêter sur les mille questions que cet auteur nous propose. Je me souviens avec nostalgie de la magnifique rétrospective du Palau Fortuny à Venise, il est vrai aussi que l'espace lui-même respirait une magie que l'architecture hirsute du Musée Reina ne peut offrir.

[fichierc27cd]

Et sans abandonner l'univers de Tàpies, qui commémore cette année le centenaire de sa naissance, il faut parler d'une des galeries qui l'a toujours défendu et continue de le défendre : Mayoral. Une galerie qui a ouvert un nouvel espace contemporain - un grand bravo pour le succès et la motivation - et qu'en plus d'être présente à Arco, j'ai eu l'occasion de le retrouver récemment à Art Basel Hong Kong, l'autre grand événement où elle a eu lieu Du 28 au 30 mars. Mayoral, comme Galeria Polígrafa, sont les seules galeries que j'ai trouvées à Art Basel Miami et Art Basel Hong Kong. Pour la Catalogne, c'est un luxe d'avoir deux galeries qui jouent dans la "Ligue des Champions" de la scène internationale, même si la proposition de Mayoral dépasse avec impact les stratégies artistiques et, aussi, commerciales, toujours délicates et intelligentes, de Polígrafa (l'art et la culture a une partie de l'entreprise qu'il ne faut pas cacher, c'est que les gens du secteur mangent et pas seulement des connaissances). Polígrafa, une galerie qui travaille uniquement et exclusivement sur des œuvres graphiques avec des auteurs très différents selon les foires et qui devient une rareté à toujours garder à l'esprit. Après Hong Kong j'ai voyagé à une foire au Texas (j'ai compris celle de Dallas en avril, il y en a aussi une à Austin en mai), bref, un non-stop.

HISTORIENS UNIVERSELS . Mayoral revendique les universaux historiques - maintenant, avec le nouvel espace, aussi les contemporains - mais de zéro kilomètre (Tàpies, Miró, Dalí, Picasso...). De cette première, à Art Basel Hong Kong, il expose une œuvre spectaculaire de grand format qui ne laisse personne indifférent. Des visiteurs qui, en général, étaient assez jeunes, ce qui montre que l'Europe est le beau vieux continent pour une raison : cela ressort clairement de la démographie. Jordi Mayoral, l'un des trois frères qui dirigent la galerie "holding" - toujours sous la supervision du patriarche - m'a dit qu'il n'est pas toujours facile de faire venir de si loin des œuvres de cette puissance, mais qu'il faut le faire pour les mettre en valeur. le ton. Mayoral, qui a également ouvert une galerie à Paris, est actuellement l'un des fleurons internationaux du galerisme de Catalogne et de Barcelone. Une famille qui de Verdú -Lleida- a su se positionner à Barcelone et, par la suite, sur la scène internationale avec succès, intelligence, effort et, bien sûr, en ouvrant le "sac", comme dit toujours un bon ami muséologue. Une galerie qui pourrait bientôt entrer à Art Basel en Suisse lors de la prochaine édition, une étape qui est entre les mains de très peu de personnes.

[fichier81483][fichier93d1c]

Mais parmi les galeries basées à Barcelone qui sont de plus en plus performantes dans le monde, je voudrais souligner Zielinsky. On pourrait aussi parler de Rocío Santacruz qui ne s'arrête pas non plus - de París Photo à Untitled à Miami -, de la galerie Senda - qui aborde plus calmement depuis peu le sujet des foires mais ne s'arrête pas non plus -, de Bombon Projects ou du Galerie de pigments. Zielinsky basé à Barcelone depuis 2015 et également à Sao Paulo -Brésil- (il ouvrira désormais le deuxième dans le pays sud-américain) développe un engagement à nous enseigner des auteurs, principalement ibéro-américains d'intérêt, comme Shirley Paes Leme, Vera Chaves ou certains comme Yamandú Canosa - résidant depuis quelque temps en Catalogne -. Zielinsky a été associé à une activité intense pour les foires dans le monde entier ; ils sont actuellement présents en avril à Chicago puis se rendront à Arco Lisboa en mai. La capacité de travail, l'enthousiasme et les connaissances de Ricardo et Carla sont fascinants.

[fichier8751a][fichier303fe]

Revenons à Art Basel Hong, où une sculpture récente de Jaume Plensa se laisse aimer du public, tandis que je salue le galeriste de Pace Print à New York qui représente l'artiste Santi Moix ; Je discute également avec le galeriste portugais Pedro Cera qui vient d'ouvrir un espace à Madrid et qui a toujours promu le travail de Plensa. Pour terminer la visite, je m'entretiens avec le directeur de la galerie Cayón, qui possède des espaces à Madrid, Manille et Mahon, une combinaison de glamour et d'étrange. Et Hong Kong représente le symbole d'une ville dense et complexe que j'ai visitée accompagnée de bons amis : le collectionneur et philanthrope Lluís Coromina Isern et les entrepreneurs à sensibilité sociale et culturelle Fernando Turró et Montse Oller. Une ville cumulative, entièrement verticale, qui n’a pas un seul terrain à perdre et qui possède un héritage colonial britannique. Un héritage qui s'est désagrégé pour laisser la place à de nouveaux bâtiments - un guide du pays a commenté sournoisement que tout ce qui pouvait être vendu pour récolter des fonds pour la reine britannique était vendu, qu'il ait une histoire ou non. De nouveaux bâtiments font leur apparition, certains sont vieux, mais ils restent parfaits, comme le légendaire centre-ville de Norman Foster, qui, selon la rumeur, pourrait être démoli si les choses tournaient mal politiquement. Je ne sais pas ce que pensera Foster après toutes les manifestations de ces dernières années. Le fait est que l'offre muséale est importante et avec l'aide d'Iciar Mangas, le représentant en Espagne d'Art Basel, nous avons pu visiter une entité très particulière, l'Asia Art Archive, sur Hollywood Rd, tout près du quartier des antiquaires. , un endroit que vous devez visiter. L'Asie est un centre de documentation et de recherche qui fait office de centre culturel. Avec différents sièges répartis dans le monde entier, c'est un petit bijou de documentation. J'y ai laissé un bonart/malart, car il ne pouvait en être autrement. Parmi les musées proposés, le M+ est un incontournable, un nouveau bâtiment avec une activité qui ne s'arrête jamais ; il ne faut pas non plus ignorer le Hong Kong Museum of Art et l'espace Tai Kwun, le JC Contemporary, où, entre autres expositions, se trouvait un collectif avec des œuvres de Carolina Caycedo et Lavanya Mani. Tai Kwun est un complexe, le peu qui reste de l'ancien héritage britannique, où se trouvaient les anciens commissariats de police, tribunaux et prisons. La prison a été transformée en espace musée tandis que le reste abrite des magasins, des restaurants et une prestigieuse galerie d'art italienne. J'ai aussi découvert qu'il existe une « délégation » de bonart, une entreprise du même nom et du même logo qui n'est pas directement engagée dans l'art, mais avec une bonne devise : bon art, bonne vie. La dernière recommandation serait de se rendre au Musée du Palais de Hong Kong, pour s'immerger dans le patrimoine et les traditions orientales.

[fichier77a04][fichier16ea6]Réflexions : Arco & Madrid - Art Basel & Hong Kong Instal·lació al JC Contemporary de Hong Kong

Depuis Hong Kong il est également recommandé de visiter Macao, à une heure de bateau ou de voiture de Hong Kong, au patrimoine colonial portugais, au centre historique inscrit au patrimoine mondial depuis plus de quinze ans, aux casinos également comme drapeau - le kitsch à son apogée. meilleur - et avec un musée de Macao bien rangé et intéressant. En combinaison avec le musée, nous trouvons la forteresse de Monte et les célèbres ruines de la façade de la cathédrale de Sant Pau. De retour à Hong Kong, une autre visite incontournable : à une heure de route, la Silicon Valley chinoise : Shenzhen. Une sorte de Chicago à la chinoise, impressionnant !!!

La prochaine étape sera la Biennale de Venise qui dure jusqu'en novembre, mais avant cela une promenade à travers le Pays Basque, La Rioja et Saragosse.

Limit_obert_Bonart_180x180 pxSS_Bonart-180x180-Online

Ils peuvent vous
intéresser
...

Bonart_banner-1280x150_FONS-AVUI-90