JP_Bonart-1280x150px-Online-

Des expositions

Miquel Barceló, céramiste

La rétrospective, visitable jusqu'au 30 juin, rassemble une centaine d'œuvres réalisées en céramique par le peintre et sculpteur de renom, ainsi que quelques tableaux ou carnets

Miquel Barcelo. Sense títol, 2023. VEGAP Barcelona 2024
Miquel Barceló, céramiste

En 1988, Miquel Barceló met les pieds au Mali pour la première fois et souffre de ce qu'on appelle « la maladie de l'Afrique », il en est captivé. Pendant deux décennies, il fit de longs séjours dans le village de Gogolí, où il possédait une petite maison-atelier, près d'une falaise. Le documentaire El quadern de fang (2011), réalisé par Isaki Lacuesta, retrace les derniers instants de la connexion du peintre avec le pays Dogon en raison de la situation politique compliquée de la région. Dans la scène finale du film, l'artiste se souvient, en dessinant sur l'un des murs de la grotte des lions, de ses débuts dans la céramique, au milieu des années 90 : « J'ai commencé à travailler l'argile quand j'avais trop de vent pour peindre, l'harmattan soufflait, un vent qui entraîne tout : la toile, le papier... Alors j'ai vu que je ne pouvais pas peindre ici. Et il continue de raisonner en français, sans regarder la caméra : « Ce que j'aime dans la terre cuite, c'est qu'on peut la fabriquer et la refaire à l'infini, et toujours recommencer. Clay garde le souvenir de tout, d'une caresse, d'un coup, d'une marque. J'ai toujours considéré l'argile comme une technique, une forme picturale, même si pour moi tout est une extension de la peinture."

[fichier3ef2c]

La rétrospective Tots som grecs, présentée par la Fundació Catalunya la Pedrera du 8 mars au 30 juin, rassemble une centaine de pièces, dont des céramiques, des peintures et des cahiers réalisés au cours de trente ans. Enrique Juncosa, commissaire de l'exposition et grand connaisseur de l'œuvre majorquine, propose un parcours chronologique du travail en argile de l'un des créateurs les plus éminents et reconnus de la scène artistique internationale. L'exposition commence avec les premières pièces africaines, datant de 1994, réalisées selon la technique traditionnelle de la région, où l'argile est souvent mélangée à des excréments d'animaux, comme Pinnochio mort ou Masque. Ce sont des œuvres extrêmement fragiles ; en fait, beaucoup de ceux créés au cours de cette période de découverte ne sont pas conservés, mais ils ont eu une forte influence sur toute sa production ultérieure. Tout au long de la décennie, Barceló continue d'apprendre la technique et étend les possibilités du nouveau langage à une tuile majorquine et à un atelier spécialisé aux Rairies, en France, d'où proviendront, entre autres, Dinosaure fossile I et Cap de boc II. dehors.

[fichier9d0d0]

Avec le nouveau siècle, en 2001, il s'installe à Vietri sul Mare, près de Naples, où il réalise l'imposant retable du Saint-Sacrement, dans la cathédrale de Majorque, qui représente les célèbres miracles bibliques de la multiplication des pains et des poissons et du transformation de l'eau en vin lors des noces de Cana, inaugurées en 2007 et dont quelques études préparatoires sont incluses. La même année, il crée au Festival d'Avignon le spectacle Paso doble, conçu avec le chorégraphe Josef Nadj, dans lequel ils travaillent côte à côte à partir d'un mur d'argile fraîche. Un an plus tard, il acquiert un atelier de carrelage à Vilafranca de Bonany, où il expérimente beaucoup de pigments et de couleurs, comme dans le cas d'Amphòs mangeant du homard, du poisson rouge et du rhododendron.

Dans les pièces en céramique de Barceló – il en a réalisé près de quatre mille –, les thèmes et les motifs qu'il exécute sur toile et papier résonnent, les formes primitives et les représentations animales, botaniques ou marines prolifèrent. L'artiste donne forme à l'argile avec la même force qu'il affronte le tableau. Au cours des dernières années, il crée une série d'œuvres en briques crues qu'il appelle Totems. Ce sont des constructions qui, selon leur agencement, évoquent des sites archéologiques, des capitales grecques ou précolombiennes ou encore des monstres et des animaux fantastiques. L'exposition, qui tire son titre d'une citation du poète romantique anglais PB Shelley [« Nous sommes tous grecs. Nos lois, notre littérature, notre religion, nos arts ont leurs racines en Grèce"], incorpore des cahiers préparatoires faisant allusion aux projets réalisés à différentes époques et lieux, comme Quadern, la cuita, décembre 1996 (Can Murtó, Artà) ou Carnet, juillet-août 2021 (Grèce).

Bonart_banner-180x180_FONS-AVUI-90Nial nou-180x178

Ils peuvent vous
intéresser
...

banner_aire_bonart_horitzontal