Banner-Camara-domestica-1280x150px_v1-cat-1

Des articles

Surréalismes L'âge de la machine

Une exposition pour comprendre l'ampleur des changements sociaux, artistiques et culturels après la Première Guerre mondiale.

Revista 291, núm. 5-6. Nueva York, julio-agosto de 1915. © Francis Picabia, VEGAP, Madrid, 2024
Surréalismes L'âge de la machine

La première grande crise européenne du XXe siècle, avec le déclenchement de la Première Guerre mondiale, marque un avant et un après dans l'histoire de l'art. Le désenchantement des artistes à l'égard des courants antérieurs, de l'impressionnisme au cubisme et à sa variante orphique, a demandé à l'art de nouveaux défis pour une société moderne, basée sur la science, l'industrie et la machine dans le cadre d'une nouvelle culture, à l'horizon de laquelle l'art devait être placée, qui devra désormais compter sur la reproductibilité technique de l'objet, de l'image et de l'œuvre d'art elle-même.

Cela coïncide avec la reconnaissance de la machine photographique, invention née en Europe mais qui s'est dissociée du pictorialisme du XIXe siècle du Nouveau Monde, l'Amérique, par la main d'Alfred Stieglitz (1864-1946), photographe familier de la culture européenne, qui préparent le terrain pour l’avant-garde aux États-Unis, notamment à New York, ville en plein essor. En 1905, Stieglitz ouvre les Petites Galeries de la Photo-Sécession et en 1915 la galerie 291, où sont exposés les principaux artistes européens tels que Matisse, Rodin, Cézanne, Picabia, Picasso, Braque et Brancusi. Avec la publication de la revue 291 (1915-1916), de Marius de Zayas et Picabia, une impulsion est donnée à la présence de la machine dans l'art du nouveau siècle à travers des portraits machinistes et des pièces visuelles qui lient le genre féminin au machine

Le mouvement Dada

L'heureuse rencontre d'artistes rebelles réfugiés à New York après la guerre, comme Marcel Duchamp ou Francis Picabia, auxquels se joignit Man Ray, d'origine américaine, façonna la naissance du mouvement Dada avant son émergence en Europe. L'objet industriel sérialisé, résultat de la machine, apparaît pour la première fois dans l'histoire de l'art, pour perdurer définitivement. L'affirmation de nouvelles réalisations scientifiques et techniques, appareils de laboratoire, moteurs d'automobiles, optométrie, mathématiques, avions, baromètres et autres instruments, constitue un moment historique qui marquera à jamais le travail ultérieur de ces artistes, qui évolueront vers le surréalisme. L'exposition présente des œuvres d'Alfred Stieglitz, Picabia, Man Ray, Duchamp et Dalí.

[fichier06fc4]

Quatre sections de 125 œuvres présentent les artistes pionniers et guident cette évolution de l'âge de la machine à l'art du XXe siècle : le nouveau monde et la photographie « pure » ; Du nu artistique au corps-machine ; De l'abstraction à la machine et Eros et la machine. La machine devient une caractéristique de la modernité, une métaphore de l'élément féminin par excellence, elle lance l'objet industriel et sérieux, le ready-made, dans l'arène de l'art, elle valorise les nouveaux moyens techniques de reproduction de l'œuvre de l'art remet en question l'original et la copie et met la paternité en crise.

Contribution de Stieglitz

Le nouveau monde et la photographie pure nous raconte l'apport d'Alfred Stieglitz, l'impact provoqué par la technicisation de New York sur ces artistes lors de la première exposition d'art contemporain international en Amérique : l'Armory Show en 1913. L'abstraction était un élément important étape pour en arriver à considérer la machine comme le nouvel élément féminin par excellence.

Face à cette réalité, le nu artistique entretenu par l'Académie du XIXe siècle est fragmenté, déformé, poétisé, mais continue d'utiliser des formes organiques et anatomiques issues de la nature. Le passage de l'abstraction à la machine et au ready-made, objet issu de la reproduction industrielle en série, amène les dessins mécanomorphes de Francis Picabia, inspirés des machines. Marcel Duchamp crée des jeux d'illusionnisme d'optique pionniers de l'art cinétique et des objets affectifs de Man Ray empreints d'humour, tandis que Dalí active la machine mentale de la méthode critique paranoïaque, obsédée par la double image. Marcel Duchamp confronte l'évolution de la représentation de l'amour dans l'histoire de l'art en créant Le Grand Verre, une machine où les célibataires déshabillent la mariée, avec des boîtes à notes et des instructions pour leur interprétation. Sa foi aveugle dans la reproduction mécanique lui fait construire une boîte avec les images et les objets miniatures de toute sa production artistique, un musée portable qui fait de la reproduction un fétiche.

GC_Banner_TotArreu_Bonart_180x180thumbnail_arranzbravo. general 04-2014

Ils peuvent vous
intéresser
...

0324-banner-bonart-Racisme-1280x107px