Bonart_banner-1280x150_FONS-AVUI-90

Éditorial

Calme tendu : l'insertion ou non de Borja-Villel dans l'écosystème patrimonial catalan

Instal.lació 'Aeronàutica interior', de Francesc Torres a la sala principal del MNAC. Fotografia. EUROPA PRESS
Calme tendu : l'insertion ou non de Borja-Villel dans l'écosystème patrimonial catalan

La présentation il y a quelques semaines au Palau Moja de Barcelone de la nouvelle star du Département de Culture de la Generalitat de Catalogne, Manuel Borja-Villel (Burriana, 1955) - ancien directeur du Musée Reina Sofia de Madrid, du MACBA de Barcelone et la Fondation Tàpies-, n'a pas apaisé le malaise latent dans les installations muséales catalanes, ainsi que chez de nombreux articulateurs culturels du pays qui ne comprennent pas encore pleinement ni la fonction qu'ils exerceront, ni le salaire élevé (trois ans, à quatre-vingt-dix mille euros par an) sans concours préalable, d'une personne à qui personne ne peut critiquer les mérites, ni la trajectoire mais l'adéquation et l'aptitude au moment présent. Une retraite dorée pour les uns, une folie pour les autres, une signature médiatique pour les autres, une bouffée d'oxygène pour certains, une inconnue pour beaucoup. Les différentes déclarations de Villel dans l'interview qu'il a publiée dans La Vanguardia , qui démontrent une totale ignorance de la dynamique spécifique du secteur en Catalogne, ainsi que du plan directeur des musées de la Generalitat approuvé il y a quelques années avec un large consensus, ne l'ont pas non plus été les mêmes, comme ainsi que le travail de nombreux dirigeants de l'équipement catalan. Personne ne niera le laxisme de l'administration, mais cela ne signifie pas l'énorme travail que le secteur accomplit depuis un certain temps pour avancer malgré ces obstacles et une évidente invisibilité de cet effort. Une seule personne peut aider à faire bouger les choses, d’accord, mais cela résoudra-t-il les formalités administratives complexes, le manque de personnel et la faible visibilité ? J'en doute dans ces conditions et dans ce contexte, outre le fait qu'il existe des domaines qui appartiennent au Parlement de Catalogne ou au Congrès des députés avec des lois de favoritisme pour favoriser l'arrivée de l'argent et la simplification administrative, afin de ne pas martyriser davantage techniciens, managers et artistes. En revanche, il le laisse messianique tel qu'il a été présenté à Borja-Villel pour aider, par exemple, le MNAC à repenser, alors qu'il prépare depuis quelques temps un schéma directeur avec la complicité de nombreuses personnes et dans une chorale. de cette façon, il a encore plus surpris les propres et les étrangers. Outre le coup moral que cela représente pour l'équipe de Pepe Serra et pour le réalisateur lui-même, qui a dû y faire face avec résignation et stoïcisme. Et plus encore, lorsque Serra a été rénovée relativement récemment. Si on ne le voulait pas, il fallait peut-être le préciser au moment de l'appel au concours - certaines voix l'ont fait savoir.

Le Département de la Culture, qui a eu des actions intéressantes pendant la législature et qui doivent être valorisées, a dû faire ici une signature qui, selon beaucoup, est venue de l'intérêt de l'actuel secrétaire d'État à la Culture. de Madrid. La rumeur le dit, ce n’est pas hors de la logique, mais ce qui est clair, c’est qu’on ne peut pas vendre ce message et cette incorporation de cette manière. On ne peut pas non plus vendre que Borja n'a jamais été recherché à Madrid, alors qu'il a passé quinze ans à faire ce qu'il voulait dans les plus hautes équipes de l'État espagnol, plus que tout autre réalisateur, malgré le fait que je ne sais pas comment diriger cette doublure, oui, elle a fini par lui aspirer son énergie - peut-être qu'avec les cinq premières années, il en aurait eu assez. Nous savons qu'à la Fundació Tàpies il a fait un travail brillant et qu'au MACBA il a atteint son plus haut niveau - la scène de Madrid génère plus de doutes - mais oui, laissant souvent un peu de côté certains créateurs catalans importants, même s'il est vrai qu'il a promu un quelques auteurs locaux comme Carlos Pazos ou Ignasi Aballí, entre autres. Et je me souviens encore du moment où le fonds Coderch, que la Generalitat avait mis de côté, a été retiré avec un chéquier par l'intermédiaire du Musée Reina Sofía. C'est donc clair et obscur de la part d'un homme expérimenté, qui ne sait pas où il doit se situer, alors que les musées nationaux continuent d'être sous-financés et que personne n'a ce vrai problème, ni froid ni chaud, comme dans le cas du Musée d'Archéologie. de Catalogne (MAC) ou le Musée national des sciences et technologies de Catalogne (MNACTEC). Et cela n'est pas dû à un manque de dynamisme ou d'idées de la part de ses dirigeants et des différents agents d'articulation, mais plutôt à cause d'une politique erratique d'il y a des décennies que l'on tente de résoudre du mieux qu'elle peut, d'un manque de consensus sectoriel mondial, un manque de budget exécuté - pas celui qui ressort en grand nombre au début de la législature - et un problème très, très grave de « bureaucratie » administrative qui empêche ceux à l'intérieur de l'administration et ceux à l'extérieur d'être agiles . Et pour moi ce dernier point est nucléaire et n’est pas abordé. Ce n’est pas un problème de culture mais de l’ensemble des conseils et des ministères : ils paralysent presque le pays ou, à tout le moins, le ralentissent de manière désespérée. Il y a donc du travail à faire, comme réparer le Plan des Arts Visuels en Catalogne que nous passons la journée à créer et à refaire sans vraiment le mettre en œuvre, ou le Plan de Photographie qui n'a aucun sens et qui fonctionne aux côtés des Arts Visuels - ère Mascarell. Enfin, si quelqu'un souhaite en savoir plus sur l'implication de Borja-Villel, je l'invite à lire, s'il ne l'a pas déjà fait, le texte de la journaliste expérimentée et aguerrie Mercè Ibarz dans Vilaweb .

Eude, genericBanner-Paz-Errazuriz-180x180px_v1-cat-1

Ils peuvent vous
intéresser
...

Bonart_banner-1280x150_FONS-AVUI-90