BANNER MY BESTYS 7

concours

La capacité de transformation de l'architecture

La capacité de transformation de l'architecture
Roger Subirà venise - 05/07/23

Organisée par Lesley Lokko, la Biennale d'architecture de Venise 2023 envisage l'Afrique comme un laboratoire du futur. Le projet Seguint el peix, de Leve Productora et Top Manta (Union populaire des vendeurs de rue), sélectionné pour représenter la Catalogne et les îles Baléares, traite de la transformation et de la revendication du droit à la ville pour tous.

Lors de l'édition 2012 de la Biennale d'architecture de Venise, il a été décidé que la Catalogne et les îles Baléares auraient leur propre pavillon, aux mains de l'Institut Ramon Llull. À cette époque, le secteur de l'architecture était plongé dans une crise profonde, et il était considéré comme la possibilité d'offrir une vitrine du travail des architectes locaux, dans l'événement le plus important de la pensée architecturale mondiale. Ensuite, il n'y a pas eu peu de pression pour inclure le plus grand nombre d'œuvres et de bureaux locaux. Mais l'esprit de la Biennale de Venise n'est pas tout à fait cela. De nombreux pavillons internationaux, plus consolidés, optent pour des participations plus réflexives, peut-être plus personnalisées, qui permettent au conservateur de développer une thèse sans avoir à payer le prix de montrer un catalogue de l'architecture de la patrie.

Au-delà du local

Les participations successives de la Catalogne (avec ou sans les Îles) ont transité par ici. Les deux dernières propositions, celle de RCR et celle de la conservatrice Olga Subirós, ont suivi cette ligne plus réflexive et, pour la première fois, ont renoncé à montrer un ensemble de projets d'architectes locaux. RCR l'a fait avec une proposition éminemment esthétique, lançant une réflexion sur l'intervention dans la nature. La proposition était une étape préliminaire du projet qu'ils mènent dans la région de Vall de Bianya et qui devra être un espace d'expérimentation sur la relation entre l'architecture et la nature. Le projet Air/Aire, dès la prochaine édition, était une réflexion sur l'air comme vecteur de nombreuses crises qui affectent nos environnements urbains (pollution, réchauffement climatique, etc.). Il comprenait une étude rigoureuse et graphiquement belle de l'équipe catalane 300 000 Km/s, qui travaille avec l'analyse des données comme matériau de réflexion et de projet.

Repenser la Biennale

Sans aucun doute, ces propositions correspondent davantage à ce que l'on attend d'une participation nationale à la Biennale. Si les propositions précédentes, bien que de bonne qualité, étaient anormales car elles voulaient montrer un panorama de travaux plutôt que développer une thèse, la participation catalane est toujours anormale. Il convient de rappeler que le Pavillon catalan ne fait pas partie des pavillons nationaux mais des soi-disant eventi collatérale, réservés aux entreprises, organisations ou pays qui ne sont pas formellement invités et ne prétendent donc pas aux prix décernés par la Biennale. La réflexion suivante reste en suspens : compte tenu du fait que nous ne comptons pas de la même manière que les autres pays, devons-nous nous soumettre aux mêmes conditions que les autres en termes de soumission au discours général ? Ou, dans ces circonstances et compte tenu des importantes dépenses publiques engagées, faut-il suivre une ligne plus promotionnelle et donc plus chorale ? Controverses mises à part, le prestige de l'architecture catalane et sa position internationale justifient d'une manière ou d'une autre notre présence à Venise. Leve Productora et Top Manta Soumis aux critères fixés par le thème général de la Biennale, le projet retenu cette année s'inscrit dans la thèse de la commissaire Lesley Lokko - née en Ecosse mais fille d'un Ghanéen et avec une résidence professionnelle au Ghana –, qui propose d'appréhender le continent africain comme un « laboratoire du futur ».

Le résultat du concours organisé par l'Institut Ramon Llull, avec un jury présidé par Eva Franc (directrice artistique du festival Model), a été en faveur de la proposition de Leve Productora et Top Manta. Top Manta est la marque de produits créée par l'Union des Vendeurs de rue, un projet d'économie sociale et solidaire, pertinent et surprenant mais qui, par principe, n'a que peu à voir avec l'architecture. Leve Productora est un bureau de Barcelone dirigé par Eva Serrats, Francesc Pla et Daniel Cid.

Ces trois architectes ont une longue histoire professionnelle et académique d'exploration des aspects plus sociaux de l'architecture. Ils peuvent être en charge aussi bien de la construction de bâtiments que de la production de films, de l'organisation d'événements ou de la création de pages web, avec une approche très interdisciplinaire.

Opportunités et réflexions

Maintenant que Barcelone prépare la capitale mondiale de l'architecture de l'UNESCO et le Congrès de l'Union internationale des architectes (UIA) en 2026, dans lequel la ville sera à nouveau l'épicentre de l'architecture mondiale, il convient de nous positionner pour offrir à nouveau une proposition vraiment pertinente et cohérente avec le moment actuel. De nombreux architectes se souviennent de l'énorme succès et de la pertinence internationale que le congrès de l'UIA de 1996 signifiait pour une ville post-olympique ; mais, peu après, notre ville a commencé à s'abandonner au tourisme sauvage et à la fascination pour l'architecture revue mais sans profondeur, des grandes firmes internationales. Toutes les possibilités qui s'offrent à nous pour une réflexion approfondie, dans la perspective de 2026, sont désormais des opportunités dont il faut tirer parti. Le Collège des Architectes et la Mairie de Barcelone ont déjà jeté les bases pour entreprendre cette réflexion. En décembre dernier, lors d'une séance au Pavillon Mies van der Rohe, convoquée par la Fondation Mies, la réalisatrice Anna Ramos et la directrice artistique du festival Model, Eva Franc, ont mené une séance de réflexion avec plus de soixante participants qui seront très bien accueillis et où les idées bouillonnaient.

La force de l'architecture

Le travail de l'architecte, dans un contexte différent de celui qui a suivi la grave crise des dernières décennies, doit retrouver son espace et sa raison d'être. Nous devons nous demander si la voie radicalement sociale que nous avons empruntée ne devrait pas devenir plus pragmatique. Depuis de nombreuses années, on parle plus de droits que d'architecture, droit à la ville, droit au logement, etc. Mais, en fin de compte, nous, les architectes, n'avons pas la capacité de garantir les droits, ceux-ci sont plutôt la responsabilité des avocats et des politiciens. Intégrer la participation et la co-création et appliquer beaucoup plus de sensibilité sociale à notre travail est pris pour acquis dans notre façon actuelle de faire les choses, mais la vraie force de l'architecture est de transformer la société en concevant et en construisant des espaces habitables, et cela se produit, par la force , pour agir sur le monde physique. Avec le recul, c'est ce que nous savons vraiment faire.

Passer à l'action

Les transformations urbaines que mènent de nombreuses villes catalanes, Barcelone en tête, semblent indiquer que le moment est venu d'agir. C'est une action plus participative, beaucoup plus consciente des revendications et des problèmes sociaux et de la crise environnementale mais aussi convaincue, encore une fois, de la capacité transformatrice de notre travail, à travers les instruments et stratégies qui nous sont propres. C'est pourquoi, sans connaître les détails de la proposition qui nous représentera à Venise, le doute suivant émerge : la proposition pourra-t-elle dépasser la portée des droits pour vraiment parler d'architecture ? En définitive, la construction et la transformation des espaces de vie est ce qui donne du sens à notre travail et ce dont doit parler une biennale d'architecture.

SS_Bonart-180x180-OnlineMapes_ametrics_Bonart_180x180 px

Ils peuvent vous
intéresser
...

GC_Banner_TotArreu_Bonart_817x88