Banner-Consuelo-Kanaga-1280x150px_v1-cat-1

Des expositions

Palau Solterra accueille "Tous les jours sont à moi" de Marta Sentís.

Palau Solterra accueille "Tous les jours sont à moi" de Marta Sentís.
bonart torroella de montgrí - 03/07/23

Palau Solterra accueille la première rétrospective de Marta Sentís (Barcelone, 1949) à travers une chronique photographique de ses expériences. Suivant son impulsion nomade, Sentís a passé vingt ans à photographier ses impressions à travers le monde. Ses clichés, où la culture afro a une présence prépondérante, sont des images qui entrent dans les foyers, qui montrent le quotidien et qui, en même temps, sont un miroir d'elle-même. "Pour apprendre les cultures, il faut vivre avec les gens", dit Sentís. L'exposition Tous les jours sont à moi rassemble plus de 200 photographies qui parcourent le monde à travers leur objectif, de l'Afrique à l'Orient, en passant par Barcelone ou le New York des années 70 et 80.

Marta Sentís explique que, comme son père - le journaliste Carles Sentís - elle était "plus tôt pour écrire" - Et que dès le début, elle a commencé à utiliser la photographie "comme un outil" qui l'a également aidée à gagner - sa vie en voyageant et en écrivant rapports. Mais après avoir appris les bases, il s'est rendu compte que la photographie était « très gérable » ; et qu'elle lui servait surtout de moyen pour trouver la vie qu'il désirait vraiment.

Suivant son impulsion nomade et expérimentale – « J'aime changer », dit-elle – pendant plus de vingt ans, Marta Sentís a photographié ses impressions en voyageant à travers le monde. Son travail s'étend entre les années 70 et la fin des années 90, lorsqu'il décide d'abandonner la photographie coïncidant avec l'essor de la numérisation.

Au cours de ces deux décennies, Sentís a vécu et travaillé dans le monde entier. Elle a vendu ses reportages, qu'elle a combinés avec un travail d'interprète, de traductrice ou de photographe itinérante pour l'ONU ou des agences photo à New York et à Barcelone.

Aujourd'hui, la Fondation Vila Casas synthétise toute sa trajectoire dans l'exposition Tous les jours sont à moi, visible au Palau Solterra de Torroella de Montgrí (Baix Empordà). L'exposition rassemble plus de 200 photographies qui, comme une chronique en images, témoignent de ses expériences dans les pays d'Afrique et d'Orient, mais sont aussi le reflet de Barcelone et de New York dans les années 70 et 80.

Instantanés du quotidien

La photographie de Sentís se concentre sur la représentation de la vie quotidienne. Dans les différents lieux où il se trouvait, il vivait avec la communauté et, à travers son objectif, montrait le quotidien de ceux qui étaient en dehors des paramètres occidentaux de bien-être économique et de consommation. Des gens qui "ont le temps", comme elle aime à le rappeler, et c'est de là que l'exposition tire son titre.

L'exposition revient, entre autres, sur la dichotomie qu'il vivait au Caire (où il avait la liberté de mouvement mais les femmes restaient à la maison) ou la vie dans les rues du Yémen, des Caraïbes ou du Brésil. Sentís, qui est clairement attachée à la couleur - bien que l'exposition présente également une série de photos en noir et blanc des métiers à Barcelone en 1979 - explique également l'attrait qu'avait pour elle la culture afro, qui a également marqué les voyages et les séjours à l'étranger.

"Je suis allé dans de nombreux pays parce que j'avais un travail, puis j'y suis resté un certain temps", précise-t-il. "Je m'intéresse beaucoup à la vie domestique, savoir comment et de quoi les gens vivent ; vous n'apprenez pas les cultures si vous n'y vivez pas", explique Sentís, soulignant que son intérêt était "d'entrer dans les maisons", d'enseigner le jour- aujourd'hui des familles « et de voir que les gens sont aussi les mêmes partout ».

L'exposition temporaire au Palau Solterra, visible jusqu'au 19 novembre, consacre une dernière section au collage - que Sentís a vécu à la fin des années 70 - et aussi à son expérience de vie pendant la pandémie. Car après avoir abandonné la photographie vers 1996, et ne plus jamais avoir repris l'appareil photo, le covid-19 l'a amenée à interrompre cette décision.

Des photographies qu'il a prises avec son téléphone portable dans sa maison d'Ibiza, Reclusió a émergé. Un ensemble de cartes postales suspendues montrant comment le printemps a fait son entrée dans son jardin, issues des photos qu'il prenait chaque soir et qu'il envoyait à ses amis via WhatsApp.

Le commissaire de l'exposition, Alejandro Castellote, souligne que la rétrospective qui lui est consacrée par la Fondation Vila Casas veut souligner comment Sentís "n'est pas une photographe de voyage, mais une femme qui voyage beaucoup et qui a pris des photos avec la volonté de sentir qu'il appartenait à ces cultures." "Il s'agit d'une photographie éminemment en couleur, caractérisée par une multiplicité de plans à l'intérieur du rectangle qui lui a donné l'objectif, et par le contraste des lumières et des ombres", conclut-il.

La-Galeria-201602-recursthumbnail_Centre Pere Planas nou 2021

Ils peuvent vous
intéresser
...