40_MNACTEC_Banner-1280x150

Éditorial

Tout est bon, ce que la marmite cuit

Tout est bon, ce que la marmite cuit

L'attaque en série de toute une série d'œuvres d'art par des militants contre le changement climatique a été le sujet de conversation sur lequel nous avons tous joué pour nous positionner. Parfois, ce positionnement touche à des sensibilités plus pratiques qu'esthétiques, et l'on finit par penser aux conséquences sociales de la personne chargée de veiller sur cette pièce ou au travail supplémentaire que l'équipe de restauration devra insérer entre les travaux déjà programmés . Ainsi, la cause environnementale et la valeur artistique ne sont pas non plus reléguées mais plutôt comme un autre facteur conditionnant du fait.

La vérité est que les musées sont sans aucun doute devenus victimes de ces actes de vandalisme qui, sans aucun doute, ont un impact plus important sur le travail quotidien de la communauté muséale que sur la conscience environnementale. Toute action suppose l'activation de connexions qui impliquent d'autres aspects de nature plus empathique, voire ridiculement anecdotique. Je me suis souvenu des combats entre frères et sœurs et de la façon dont la meilleure vengeance était de détruire la chose que vous saviez que votre frère chérissait le plus, la chose qu'il vous était strictement interdit de toucher, de regarder ou même de respirer à moins de 10 pouces. Celle qui avait l'éclat de la vengeance.

Il y a eu beaucoup de revanches dans l'art. En 1914, la suffragette Mary Richardson a attaqué la Vénus dans le miroir de Velázquez pour exiger le suffrage des femmes au Royaume-Uni. Mais ce n'est qu'un exemple des nombreux actes d'iconoclasme qui ont nourri les histoires de l'art. La plus connue, la querelle iconoclaste qui a eu lieu dans l'Empire byzantin aux VIIIe-Xe siècles, est utilisée dans de nombreux arguments comme un événement marquant de cette destruction d'images. La vérité est qu'en cette occasion, comme en tant d'autres, la discussion n'était pas proprement dirigée contre l'art, mais contre les représentations religieuses. L'image n'était pas tant ce qu'on présentait que ce qu'elle représentait, et ce n'était autre que les motifs politiques et religieux qui opposaient les empereurs à la montée en puissance du monachisme. Dans le premier tiers du XXe siècle, l'École des Annales nous aide à comprendre un peu mieux le sens de l'histoire et précise que l'intérêt historique ne réside pas dans l'événement politique ou dans l'individu lui-même, mais dans les processus et les processus sociaux. structures qui les entouraient. Ainsi, le social a aussi un impact sur la production artistique si bien que, comme le souligne Bruno Latour, l' objet/chose produit une sociabilité spécifique en même temps qu'il produit un espace. Pour cette raison, loin de déchirer nos vêtements, la tranquillité d'esprit, les œuvres d'art sont et seront tout ce qu'elles produisent et détruisent au-delà de leur écrin doré.

D'autre part, ces actions et les réactions qui en découlent soulignent le caractère de vitrine précieuse que nous avons cultivé autour du monde de l'art. Nous soulignons que de nombreuses attaques ont eu lieu dans des musées européens. Vous ne respectez pas ce que vous ne ressentez pas comme étant le vôtre. Peut-être, et au-delà de la pertinence de la contestation environnementale, la préciosité excessive nous a-t-elle conduit à voir les objets artistiques comme des cibles à attaquer et non comme ce qu'ils sont censés représenter, c'est-à-dire des valeurs culturelles partagées qui nous construisent et qui reviennent à la croissance de la communauté en lequel nous vivons.

LS_Online_BONART_180X180-25thumbnail_Centre Pere Planas nou 2021

Ils peuvent vous
intéresser
...

Banner_MaquinesdelTemps_970x250