BANNER

Des expositions

Entre art et écriture

Fins al 10 d'abril del 2023

Entre art et écriture

Alors que nous venions de voir une exposition intitulée Signes et écriture. Collection Josep Suñol à la Fondation Palau de Caldes d'Estrac, maintenant nous trouvons dans le même espace Écrire dans l'histoire artistique . Curieux, si rien d'autre... si l'on ne tient pas compte de la relation du poète et dramaturge Palau i Fabre avec le monde des arts : ami de Picasso et d'Artaud et lui-même fils de plasticien.

A bien y regarder, l'écriture est le nom de « la chose » et sa représentation graphique. Les arts visuels sont une grammaire optique, à la fois prononçable et imprononçable.

Aleph , le mot initial de l'alphabet hébreu, vient du phénicien via l'hiératique égyptien, et fait référence à un bœuf. Ainsi notre A conserve la forme inversée d'une tête de taureau avec des cornes.

Du hiéroglyphe égyptien au Ceci no est pas... de Magritte, en passant par les phylactères et autres inscriptions destinées au public lecteur (minoritaire) ; de l' ut pictura poesis de Quint Horaci Flac, aux Perejaumes qui font danser marededeus... arts plastiques et écriture ont maintes fois convergé et ramifié.

Dans le cas présent, la commissaire Mercè Alsina présente plusieurs pièces et installations de sept artistes féminines nées entre 1980 et 1991, presque toutes dans un territoire que certains appellent "Pays Catalans", et qui se caractérisent par une volonté expérimentale : formellement, chacune des ils peuvent incarner des propositions très différentes, bien qu'avec un arrière-plan cohérent avec leur trajectoire.

Il s'agit de Marla Jacarilla (Alcoi, 1980), de l'écrivain et artiste multimédia Alícia Kopf (Gérone, 1982), d'Almudena Lobera (Madrid, 1984), de la spécialiste de littérature comparée, graphiste, photographe et vidéaste Rita Puig Serra Costa (Barcelone, 1985), Laura Torres (Palma de Majorque, 1990), la poétesse, conteuse et artiste transdisciplinaire Irene Solà (Malla, 1990) et la plasticienne et docteure en traduction Anna Dot (Vic, 1991).

Le monde qu'ont connu ces artistes -relativement jeunes- est celui de la mondialisation, d'internet et de la société liquide. Ils n'avaient pas encore établi leurs trajectoires et le monde entrait dans une crise systémique qui ne faisait que s'approfondir. Elles ont aussi connu une relative, timide, mise en place ou « normalisation » de certains postulats du féminisme. Sans être sollicitées, seules des femmes ont participé à la construction de ce processus curatorial, dont la créatrice.

D'autres clés pour entrer dans la proposition sont l'expérimentation et la fragmentation de soi du créateur.

Selon Mercè Alsina, "l'exposition réfléchit sur l'incorporation du texte dans la génération d'œuvres/projets artistiques dans le but de rechercher si les constructions qui sont générées dans ce processus produisent un espace intermédiaire, qui n'est pas proprement de l'art ou de la littérature .

Dans l'image : Anna Dot. Des amoureux qui se découvrent II, 2020. Broderie sur toile de coton, accrochée à une barre de fer, 150x200 cm.

GC_Banner_TotArreu_Bonart_180x180inclassificables

Ils peuvent vous
intéresser
...

0224-banner-bonart-MetgeRural-1280x107px