banner-1280x150-gene

Des expositions

La tradition qui nous traverse

La tradition qui nous traverse
Joan Solà barcelone - 25/04/22

Comment affrontons-nous aujourd'hui la tradition qui nous traverse et nous blesse ? C'est la question que soulève Arts Santa Mònica dans l'exposition L'art que ens travessa . Pour tenter de résoudre ce problème, une vingtaine d'artistes sont invités à cette exposition pour échanger et partager des lignes

de travail autour du sujet. Ce processus collectif a conduit à la série de pièces nouvellement produites qui sont présentées dans cette exposition et qui offrent un ensemble de lectures critiques des traditions qui nous ont façonnés et qui continuent de le faire. Ainsi, à partir de l'horizontalité comme méthode de travail, commence un processus collectif qui a abouti à la série de pièces de nouvelle production qui sont présentées dans cette exposition.

Cet échange d'expériences a permis d'ouvrir des espaces de réflexion, de débat et de création, et d'établir un cadre et une narration communs. Cette nouvelle façon de faire Santa Mònica, marquée par la direction d'Enric Puig Punyet, est engagée dans la création collective et la hiérarchisation institutionnelle, et embrasse diverses formules de participation horizontale.

L'art qui nous traverse s'inscrit dans la continuité de la lignée discursive de Puig Punyet, travaillant sur les processus de construction des centres d'art aujourd'hui et qui, à cette occasion, a conduit à la participation des artistes Greta Alfaro, du groupe Ayllu, Anna Carreras, Albert Gironès, José y sus Hermanas, Verónica Lahitte + Antonio Gagliano, Robert Llimós, le groupe Muaj !, Agustín Ortiz Herrera, Mónica Rikić, Xesca Salvà et Montserrat Soto. L'exposition débute avec la pièce Autel à Notre-Dame des Rôles et Plaisirs des Migrants , du collectif Ayllu. Ce groupe est constitué d'une équipe de recherche collaborative et d'action artistique et politique composée de migrants racisés, de dissidents sexuels et de genre des ex-colonies européennes d'Amérique latine et des Caraïbes. L'ingénieure et artiste numérique Anna Carreras questionne, dans L'algorisme despullat , la relation entre la technologie, la nature et l'environnement. L'une des propositions les plus remarquables est celle de l'artiste Greta Alfaro, qui présente Narciso . La pièce consiste en une projection de deux heures de l'inondation d'une salle d'un club de chevaliers carlistes, qui représente "l'incarnation du patriarcat et un espace décisionnel réservé à l'élite". L'exposition comprend également des textes de l'écrivain Cristina Morales et la musique de la chanteuse et compositrice Maria Coma, basée à Berlin et originaire du Berguedà et de Majorque.

thumbnail_arranzbravo. general 04-2014La-Galeria-201602-recurs

Ils peuvent vous
intéresser
...

GC_Banner_TotArreu_Bonart_817x88