Banner-LS-1280x150

rapports

Arranz-Bravo. 80 ans : présent continu

Arranz-Bravo. 80 ans : présent continu

Fundació Arranz-Bravo de l'Hospitalet nous célébrons le 80e anniversaire du peintre Eduard Arranz-Bravo (Barcelone, 1941). Il ne pouvait en être autrement. Eduard n'est pas un artiste rétrospectif. Il ne s'intéresse qu'à l'aspect actuel de l'art, de la nourriture, du sens et du support de son œuvre. Jusqu'en novembre dernier, à travers une large sélection de peintures, sculptures et oeuvres sur papier, l'exposition Arranz-Bravo. Present continu a célébré l'heure artistique actuelle de l'un des peintres catalans vivants les plus importants de la génération des années soixante en Catalogne. L'exposition était la première d'une série d'actions à réaliser dans le cadre de l'anniversaire du peintre, comme la présentation d'un livre et d'une exposition consacrée à l'usine de Tipel, organisée par Carlos Toribio, et l'édition des mémoires de l'artiste, édité par l'historien i

De la Fondation Arranz-Bravo à L'Hospitalet, nous célébrons le 80e anniversaire du peintre Eduard Arranz-Bravo (Barcelone, 1941). Il ne pouvait en être autrement. Eduard n'est pas un artiste rétrospectif. Il ne s'intéresse qu'à l'aspect actuel de l'art, de la nourriture, du sens et du support de son œuvre. Jusqu'en novembre dernier, à travers une large sélection de peintures, sculptures et oeuvres sur papier, l'exposition Arranz-Bravo. Present continu a célébré l'heure artistique actuelle de l'un des peintres catalans vivants les plus importants de la génération des années soixante en Catalogne. L'exposition était la première d'une série d'actions à réaliser dans le cadre de l'anniversaire du peintre, comme la présentation d'un livre et une exposition consacrée à l'usine de Tipel, organisée par Carlos Toribio, et l'édition des mémoires de l'artiste, organisée par l'historien d'art et critique Jordi Garrido.

Réclamez le moment

Le travail actuel d'Eduard Arranz-Bravo cristallise certaines des valeurs artistiques de la génération des années soixante en Catalogne : la revendication du moment présent, de l'immanence existentielle, d'une réalité vécue de manière joyeuse, ironique et critique ; une attitude qui réagissait contre le regard spirituel et transcendant promu par l'informalisme hégémonique des années cinquante et soixante, et les dogmes et interdits de la dictature. Il s'agit de deux attitudes et thèmes que l'on retrouve dans la peinture contemporaine d'Arranz-Bravo : le corps humain et l'expérience radicale de vivre. Si le corps pour Tàpies était un territoire hermétique et obscur, pour Arranz-Bravo c'est un moteur qui déborde d'une énergie débordante, qui a pour centres de gravité quatre centres anatomiques qu'il peint et repeint obsessionnellement : la tête, le cœur, le yeux et mains. Le cœur est la source de l'expérience émotionnelle de l'art. La main, le bras exécutant. L'œil est le mètre. Et la tête, la réflexion analytique nécessaire pour mener à bien toute action artistique.

[fichierec1db]

Positiviser la décrépitude

Tout ce substrat anatomique est essentiel pour se concentrer sur la communication de l'intensité des expériences et des moments vitaux. La joie d'une danse, du plaisir de vivre simplement, ou de rire de vivre. Ce n'est pas un regard frivole sur la vie. Arranz-Bravo est bien conscient de la nature tragique de l'homme. Mais il ne se décompose pas en abattement ou en nihilisme. Positive l'énergie décrépite vers l'expérience de la réalité qui, vécue avec intensité dans le continuum présent, peut être agréable et même joyeuse. Ce sont ces moments brûlants d'émotion qu'il s'intéresse à capturer et à immortaliser dans sa peinture contemporaine.

Rotondité sculpturale

Dans le domaine sculptural, Arranz-Bravo a travaillé dans une dimension émotionnelle soucieuse de capter l'harmonie et la rotondité vitales. Dans Bravo (2020), il réalise une sculpture sereine et structurée, comme une harpe se reposant après un concert, trouvant le point exact entre l'ordre et le toucher. Enfin (2020) est aussi une œuvre d'une rondeur sereine, comme le point final d'un livre. Parce qu'Eduard n'a pas perdu cette soif intérieure de nous secouer et de nous secouer, qui, comme le souligne le poète Paul Valéry, est l'une des caractéristiques les plus distinctives des grands artistes et poètes. C'est le même tournant que l'on retrouve dans certaines de ses toiles, comme Tuto (2020).

Nous devons toujours garder à l'esprit la biographie artistique de notre peintre, étant donné que peu d'artistes catalans vivants peuvent montrer une carrière aussi riche et intense. Eduard Arranz-Bravo (Barcelone, 1941) –peintre, graveur, sculpteur et dessinateur– a été formé à l'École des Beaux-Arts de Barcelone, et à l'âge de 25 ans, grâce à la médiation de Rafael Santos Torroella, il a commencé sa carrière dans la galerie Gaspar, où il expose régulièrement jusqu'à la fin des années 1970. En 1968, il commence sa collaboration artistique avec Rafael Bartolozzi, avec qui il réalise des œuvres et des actions pertinentes pour son époque, telles que les peintures murales de l'usine Tipel de Parets (1969), l'exposition Universal Sizes (Saló del Tinell, 1979) et la performance dans le pavillon espagnol de la Biennale de Venise (1980).

Trajectoire internationale

Au cours des années quatre-vingt, déjà seul, il s'installe à Cadaqués, où il expose régulièrement dans la galerie de Lanfranco Bombelli, et noue des relations avec la communauté artistique internationale de la ville, comme Richard Hamilton, Dieter Roth et John Cage. Dans le domaine du cinéma, il est le directeur artistique des films de Jaime Camino (Luces y sombras) et Bigas Luna (Triade). En 1989, une grande exposition anthologique a lieu au Palau Robert de Barcelone et au Paço Imperial de Rio de Janeiro (Brésil). Dans les années 90, il s'installe à Vallvidrera et commence sa relation professionnelle avec la galerie Franklin Bowles à New York et San Francisco, avec laquelle il a réalisé plus de quinze expositions. Depuis 2010, elle est également représentée en galerie en Chine et en Russie.

Fondation Arranz-Bravo

En 2009, il ouvre la fondation Arranz-Bravo de l'Hospitalet, dédiée à la promotion de son œuvre et de l'art émergent. Dans cette ville, l'artiste est l'auteur de ses deux principaux monuments : L'acollidora (1985) et El pont de la llibertat (2007). Il a été photographié par Colita, Xavier Miserachs et, plus récemment, Jean Marie del Moral. Baltasar Porcel, Rafael Santos Torroella, Camilo José Cela, Luis Racionero, Cesáreo Rodríguez-Aguilera, José Corredor Matheos, Francesc Parcerisas, Antoni Marí, Vicenç Altaió, Conxita Oliver, Arnau Puig, Pilar Parcerisas, Ricard Planas ont écrit sur leur travail. Garrido, Núria Poch, Jèssica Jacques, Antoni Llena, Bernat Puigdollers, Aina Mercader et Albert Mercadé, entre autres.

Picasso convida_180 x 180Impremta Pages - banner-180x178

Ils peuvent vous
intéresser
...

Bonart_banner-1280x150_FONS-AVUI-90