FCC-Segell-banner4
Loop Festival 2021 : Journal d'un corps

Concours

Loop Festival 2021 : Journal d'un corps

bonart barcelone - 22/11/21
Baner_StellaRahola_Bonart_360x356Baner_Subirachs_Bonart_360x356

Le LOOP Barcelona 2021 Festival présente sous le titre Diari d'un cos un programme avec une gamme d'expositions, projections et performances, tout autour du corps comme outil de communication et d'auto-représentation, et comme catalyseur de changement collectif

La 19e édition du festival d'art vidéo se déroulera du 9 au 21 novembre dans différents quartiers de Barcelone et célébrera la grande vitalité de la scène artistique de la ville.

L'événement inaugural du Festival aura lieu le 9 novembre dans les jardins Rubiò et Lluch, où sera présenté le projet Cossos Itinerants - actions performatives dans l'espace public, coproduit avec Hangar et avec la collaboration de La Escocesa et EINA - Université Centre de design et d'art. Parallèlement, l'exposition Carne de mi carne : Entraña, de María Alcaide, qui consiste en un récit vidéo explorant le féminisme, le monde rural et les inégalités de genre dans une perspective autobiographique, sera présentée à La Capella.

Au programme, la participation de plus de 200 artistes, 40 commissaires et 62 espaces artistiques et culturels.

Il mettra en lumière un grand nombre de nouvelles productions, réalisées grâce à la complicité de différentes entités collaboratrices : parmi elles, le Prix de la création vidéo des Centres territoriaux du système public d'équipement d'arts visuels de Catalogne, Art Santa Mònica et LOOP ; les appels A-Place, financés par le programme "Creative Europe" de l'Union européenne.

La Foire LOOP aura lieu à La Pedrera - Casa Milà de Gaudí du 16 au 18 novembre. Encore une fois, le Salon offre une expérience physique et un point de rencontre exceptionnel pour la communauté professionnelle de l'image en mouvement.

Le programme de la 19e édition du LOOP Barcelona Festival a été présenté à la Biblioteca de Catalunya. Miquel Curanta, directeur de l'ICEC et Daniel Granados, délégué à la Culture de la Mairie de Barcelone-ICUB, ont participé à la présentation, avec les co-fondateurs de LOOP, Carlos Duran et Emilio Álvarez, et le directeur artistique de la festival, Caroline Ciuti.

L'exposition inaugurale de la 19e édition du festival est Carne de mi carne : Entraña, de María Alcaide et sera située à La Capella. L'artiste pose à travers une narration vidéo, une histoire à travers laquelle il coupe et assemble ses liens les plus proches pour parler de la chair, de sa propre chair, dans une recherche plus large sur le féminisme, le monde rural et les inégalités de genre.

Le festival, qui mettra en vedette la participation de plus de 200 artistes, 40 commissaires et 62 espaces artistiques et culturels de la ville de Barcelone, s'ouvre demain, mardi 9 novembre à 18h30 avec des actions performatives de Julia Calvo, Pedro Torres et Comité Queer, dans le cadre de la proposition des Corps itinérants, qui se déroulera dans les Jardins Rubió et Lluch (c / Hospital).

Du 9 au 21 novembre, vous pourrez assister à des expositions, projections et performances dans différents quartiers de la ville.

Journal d'un corps

Dans le roman éponyme Journal d'un corps, publié chez Gallimard en 2012, l'écrivain français Daniel Pennac narre la vie d'un homme à travers des états physiques (et donc émotionnels) qui la traversent de 12 à 87 ans. Revendiquant le genre littéraire du journal intime, l'auteur met en scène le protagoniste à travers son corps sensible et le célèbre comme un miroir de son être au monde.

Mais : « Qu'est-ce que ça fait d'être un corps ? », demanderait Maurice Merleau-Ponty. Le philosophe pose cette question à partir du rapport substantiel entre l'être humain, la vie quotidienne et l'expérience de l'être-au-monde. Selon Merleau-Ponty, le corps est le lieu où se concentrent l'existence et les expériences qui nous lient au monde ; et, à son tour, le monde est ce qui se manifeste à travers le corps. Ainsi, dans cette perspective, le corps ne peut pas être pensé comme une individualité, mais comme un tout poreux ouvert à d'autres individualités.

Ces réflexions s'avèrent particulièrement intéressantes après avoir expérimenté la « sociabilité confinée ». Sans être un phénomène totalement nouveau - comme le souligne à juste titre la philosophe catalane Marina Garcés - pendant la pandémie, il s'est manifesté de manière globale et généralisée. Cette expérience inhabituelle du corporel — c'est-à-dire l'impossibilité d'« être un corps entre les corps » — a révélé sa condition nécessaire d'ouverture et de multidimensionnalité.

Parler du corps, c'est donc parler de l'essentiel : notre existence et l'exigence de relation. C'est observer dans le miroir ses propres transformations et, en même temps, celles de toute une société. Ainsi, l'édition 2021 du LOOP Festival propose d'explorer le corps dans son double aspect d'« ensemble de systèmes organiques qui constituent un être vivant ou inanimé » et « d'association culturelle, politique, économique [et affective] entre les personnes ».

Sous la forme d'expositions, de projections et de performances délocalisées, le Festival explorera le potentiel du corps comme outil de communication, de représentation de soi et comme catalyseur de changement collectif. Fuyant les exclusivités disciplinaires, la programmation présente un large panorama de corporéités illustrées à travers un ensemble d'œuvres allant des débuts de l'art vidéo à nos jours.

Caroline Ciuti

Directeur Artistique du LOOP Festival

La programmation

Revendication de la présence et de la vitalité du tissu artistique de la ville, à travers des propositions d'expositions et des actions dans l'espace public

A l'occasion de sa 19e édition, le festival LOOP revient sur une programmation majoritairement présentielle, conçue grâce à l'enthousiasme infatigable des professionnels et des entités impliquées.

Dans Cossos itinérants - proposition inaugurale organisée par Carolina Ciuti (directrice artistique, LOOP Barcelona) - l'espace public est configuré comme un espace de rencontre renouvelé et accueille une série d'actions autour du potentiel symbolique et politique du corps. Un artefact éphémère conçu par un groupe d'étudiants de l'atelier « Artefacts mobiles. Corps en voyage » (en collaboration avec EINA - Centre universitaire de design et d'art de Barcelone), co-produit avec Hangar.org et adapté par Pense (Responsable de la construction Hangar.org ), devient la scène pour présenter les nouvelles propositions performatives de Laura Arensburg, Valentina Alvarado Matos et Carlos Vásquez Méndez, Julia Calvo, Natalia Carminati et Daniel Moreno Roldán, Citlali Hernández et Núria Nia, le Comité Queer et Pedro Torres, apportant réunissant des artistes résidents des usines créatives Hangar.org et La Escocesa, ce projet est né dans le but de favoriser des moments d'échange et de générer une méthodologie de travail commune.

Suivant cette même ligne, pour la deuxième année consécutive, le programme 1 + 1 + 1 ... célèbre une fois de plus l'importance du réseautage, en présentant une visite audiovisuelle de différents centres culturels et artistiques de la vieille ville, en collaboration avec des commissaires et des artistes liés au territoire. Ainsi, le Centre Excursionista de Catalunya, La Capella, le Musée Frédéric Marès, le Museu Picasso et le Real Cercle Artístic hébergent 1 vidéo d'1 artiste présentée par 1 curateur résidant à Barcelone, dans une opération en chaîne destinée à mettre en lumière le tissu culturel le plus proche. Les commissaires Marta Pol Rigau, Alterdúo (Arianna Esposito et Marco Tondello), Jordi Garrido, Laura Olea López et Margot Cuevas Orteu présentent respectivement les œuvres d'Anna Dot, María Alcaide, Marta Polo Ysalgué, Laura Ramírez Ashbaugh et Laia Ventayol.

D'autre part, La Pedrera-Casa Milà (qui abrite également la Foire LOOP 2021) accueillera une nouvelle performance cinématographique de l'artiste Adriana Vila Guevara, réalisée en collaboration avec le cinéaste Isaki Lacuesta, la « danseuse » Rocío Molina et le compositeur et le musicien El Niño d'Elche. Intitulée Crisiálida, la proposition s'inspire de la culture flamande et est le prologue d'une recherche approfondie menée par Vila Guevara sur la représentation et la manifestation du corps féminin dans un cadre patriarcal. Dans sa deuxième collaboration avec le festival, CASA SEAT accueillera la conférence performative Hay una mujer que vive en mi habitación de l'artiste blanc arias, qui explore certains des paysages infinis d'intimité qui sont générés entre le corps hors ligne et le "en ligne".

Parallèlement, d'autres institutions collaboratrices consacrent des expositions à des artistes comme : Francesca Llopis en collaboration avec Barbara Held (Inside, Musée national d'art de Catalogne) ; Helena Vinent (Appareils pour une scène paralysée, Palau Güell); Perejaume (Donar cabuda, une exposition organisée par Jaume Coscollar, Perejaume et Marina Vinyes Albes à la Filmoteca de Catalunya) ; le duo Beka & Lemoine et les étudiants du Laboratoire des Observateurs Sensibles (Homo Urbanos, Fondation Enric Miralles) ; Stéphanie Rizaj à l'Académie royale des beaux-arts de Catalogne. Dans sa première collaboration avec le festival, le Teatre Eòliatambé présentera la première de la pièce Khaled : Camí de refugi du directeur culturel et manager Martí Sancliment.

Collaborations avec des fondations et des collections spécialisées

Le programme comprend également une série de propositions faites en collaboration avec des institutions spécialisées et des collections qui enrichissent le réseau de collaborations locales et internationales de LOOP.

Consolidant sa relation pluriannuelle avec le Festival, la Fondazione In Between Art Film de Beatrice Bulgari présentera la première espagnole de Mascarilla 19 - Codes of program au Museu d'Art Contemporani de Barcelona (MACBA) et à la Fundació Antoni Tàpies. Violence domestique. Explorant la question des violences de genre dans l'espace domestique (aggravées lors des différentes phases de confinement forcé dues au Covid-19), le programme rassemble 8 nouvelles créations vidéo des artistes Iván Argote, Silvia Giambrone, Eva Giolo, Basir Mahmood, MASBEDO ( Iacopo Bedogni et Nicolò Massazza), Elena Mazzi, Adrian Paci et Janis Rafa.

D'autre part, le Musée national d'art de Catalogne-MNAC accueillera la vidéo Barbès de l'artiste Randa Maroufi, issue de la collection du FRAC Bretagne. Faisant partie de la série Les Intruses, une œuvre qui interroge la décentralisation des représentations archétypales que nous produisons autour de la culture.

À la place, Casa Vicens présentera à nouveau une exposition collective avec des œuvres de la collection olorVISUAL de la Fondation Ernesto Ventos. Avec le titre Des milliers d'images olfactives ! et organisée par Cristina Agàpito, la proposition mettra en vedette des pièces de Willi Bucher, Maggie Cardelus, Francesca Llopis, Albert Merino, Antoni Muntadas et Fleur Noguera.

Par ailleurs, le Musée Can Framis de la Fondation Vila Casas accueillera une pièce emblématique de l'artiste Esther Ferrer, offerte par LaFabrique, une collection marseillaise de Josée et Marc Gensollen. Réalisé en 2013, la vidéo Étrangeté, mépris, douleur et un long etc. dépeint au plus près les expressions faciales de l'artiste et explore le corps comme outil de communication.

Un vaste programme de projections au Zumzeig, un cinéma coopératif

Après de nombreuses années de collaboration, la coopérative de cinéma de Zumzeig se consolide en tant que siège où seront présentées de nombreuses projections qui composent la programmation du Festival. La projection du dernier long métrage de l'artiste catalan vivant au Brésil Daniel Steegmann Mangrané ouvrira le cycle. Fog Dog prend comme point de départ la curieuse interaction entre les habitants humains et non humains qui peuplent le Dhaka Institute of Fine Arts (Bangladesh) ; l'artiste documente à la fois une journée normale à l'école et la vie parallèle des chiens errants qui l'habitent.

Par la suite, le cinéma accueillera une séance monographique consacrée à l'œuvre cinématographique de l'artiste belge Manon de Boer, avec des films issus des fonds du Centre national des arts visuels de Paris, de l'école Le Fresnoy (Tourcoing) et du distributeur August Orts (Bruxelles).

Les sessions se poursuivront avec la projection Catabasis de l'artiste espagnole basée à Berlin Regina de Miguel, une exploration subtile et puissante autour du capitalisme industriel et extractiviste. La projection s'inscrit dans le cadre des activités parallèles à l'exposition de l'artiste Arbustos de nervios como bosques de coral dans The Green Parrot.

Enfin, la session de vidéo-performance "Into the River" montrera les œuvres réalisées dans le cadre d'Estéticas Transversales, une plate-forme qui expérimente l'art, la médiation et l'espace social, activée par Idensitat en collaboration avec des centres artistiques de Valence, Alicante et Castellón , où vous pouvez voir les pièces d'Alfonso Borragán, Jorge Núñez de la Visitación, Roc Domingo et Joana Capella.

Une série de prix pour promouvoir la création vidéo

La crise liée au Covid-19 a mis à nu la précarité du secteur des arts. Dans ce contexte, les prix de production sont d'une grande importance car ils soutiennent la création d'artistes émergents ou de longue date. En ce sens, LOOP continue de mener une série d'initiatives visant à valoriser et accompagner le travail créatif d'artistes locaux et internationaux.

Pour la septième année consécutive, le Prix de la création vidéo des Centres territoriaux du système public d'équipement d'arts visuels de Catalogne *, Art Santa Mònica, le Département de la Culture de la Generalitat de Catalunya et LOOP, célèbre le tissu artistique catalan. Grâce à un double prix ex aequo décerné en 2020, la Filmoteca de Catalunya accueillera la première du long métrage Historia potential de Francesc Tosquelles, Catalunya y el miedo de Mireia Sallarès, et l'installation du Centre d'Art Tecla Sala Coderch Moon Palais du Vent. Il convient également de mentionner la lauréate de l'édition 2021 du prix - Alex Reynolds - qui aura un an pour travailler sur sa nouvelle création vidéo.

(* Centres territoriaux du système public d'équipement d'arts visuels de Catalogne: ACVIC. Centre d'Arts Contemporànies, Vic; Fabra i Coats. Centre d'Art Contemporani de Barcelona i Fàbrica de Creació; Centre d'Art Tecla Sala, L ' Hospitalet de Llobregat ; La Panera Art Center, Lleida ; M | A | C Mataro Contemporary Art ; Bòlit. Contemporary Art Center, Gérone ; Lo Pati. Terres de l'Ebre Art Center, Amposta et Tarragona Art Center.)

Le Festival présentera également trois propositions inédites qui font partie du programme A-Place (2019-2023) promu par Creative Europe, le programme de l'Union européenne pour le secteur culturel et créatif. D'une part, les projets lauréats ex aequo de l'appel A-Place Video Production Open Call : I Can Only Dance to One Song d'Arash Fayez aux anges barcelone-Espai 2 et Cordova ; Haricots rincés deux fois par Inês Neto et Bella Riza au Musée d'histoire de Catalogne. D'autre part, le film La Carpa, fruit d'une commande réalisée par l'artiste David Bestué et la cinéaste Roser Corella.

Enfin, un jury international se réunira pour décider qui remportera la troisième édition du prix Han Nefkens - LOOP Barcelona Video Art Production. Au lieu de cela, le gagnant de la troisième édition sera annoncé au salon LOOP.

The City Screen : un panorama incontournable de la création vidéo actuelle

Comme chaque année, le City Screen viendra enrichir la programmation du Festival. Coordonnée par Victoria Sacco, la sélection présentera une série de propositions indépendantes qui offriront un large panorama de la création vidéo actuelle. Parmi eux, une série de programmes en ligne. Les espaces participants sont : ADN Galeria, Alalimón Galería, ángels barcelona, ángels barcelona - espac2, Bombon Projects, Cera 13, Chez Xefo Art Gallery, Chiquita Room, Cordova, Dilalica, Die Ecke Arte Contemporáneo, Espai 10 : Laboratorio de las artes contemporáneas , Espai Souvenir, ESPRONCEDA - Institute of Art & Culture, etHall, Fundación Ideograma, Galería Miguel Marcos, Galería SENDA, Juan Naranjo Galería de Arte & Documentos, Galeria Zielinsky, Lab 36, Librería KBr de Juan Naranjo, Metàfora Studio Arts, Pas une Orange, Projekteria [Galerie d'art], Suburbia Contemporary, Tangent Projects, The Green Parrot, TPK ART AND CONTEMPORARY PENSEE, Urban Gallery & Fundació Marguerida de Montferrato, et Uxval Gochez Gallery.

VIDEOCLOOP : extension de la programmation en ligne

Suivant une tendance amorcée l'année dernière, certaines des propositions du festival peuvent être appréciées en ligne.

La chaîne VIDEOCLOOP hébergera également des programmes organisés spécialement conçus pour l'environnement virtuel. Parmi eux : une monographie consacrée au marocain Hicham Berrada sous le commissariat de Pascale Cassagnau ; quelques-unes des vidéos primées lors des différentes éditions du prix StudioCollector promu par le couple de collectionneurs Jean-Conrad et Isabelle Lemaître ; une sélection de pièces du majorquin Gabriel Lacomba présentée par Jaume Reus.

Les programmes seront hébergés sur la plateforme en ligne VIDEOCLOOP (https://loop-barcelona.com/videocloop/) et pourront être visionnés du 9 au 21 novembre 2020. Les propositions sont issues d'une réflexion sur les modes de diffuser et recevoir l'image animée en ligne, après l'expérience du confinement. VIDEOCLOOP fonctionne comme une plate-forme pour donner accès à des œuvres d'artistes rarement vus et effectue également une importante tâche de médiation en ligne.

Dans l'image, Vénen del Luny, par Anna Dot.

Ils peuvent vous
intéresser
...

Baner BonArt 817x68 Agenda Girona Cultura