BANNERS BONART_1280x150

Des expositions

El Bòlit parle des charniers du régime franquiste dans 'Des trous pour faire un requiem'

« Des trous pour faire un requiem » fait partie du programme Mémoire et Archives de Bòlit et fait partie d'un dépliant consacré à la mémoire démocratique qui, avec « Vacances avec Franco. Mes étés dans l'Espagne franquiste peuvent être vus jusqu'en octobre

El Bòlit parle des charniers du régime franquiste dans 'Des trous pour faire un requiem'
bonart gérone - 05/06/24

Le Bolit Le Centre d'Art Contemporain de Gérone ouvre ses portes le 7 juin à 18h30. l'exposition Trous pour faire un requiem qui rassemble des œuvres de cabosanroque et Miquel García. Organisé par Ingrid Guardiola et Meritxell Ferrer, il parle des charniers du franquisme, un sujet qui revient dans le débat public en raison du refus de certains gouvernements régionaux, composés de partis de droite et d'extrême droite, d'appliquer la loi mémoire démocratique 20/2022.

Cette exposition, qui peut être visitée jusqu'au 13 octobre 2024, s'appuie sur l'intérêt des habitants de Cabosanroque pour les tombes du régime franquiste, plus précisément pour le convoi du 23 mars 1959 qui transportait 179 corps exhumés dans la province de Gérone dans la Valle de los Caídos (actuellement Valle de Cuelgamuros). Ses recherches étaient liées à la série Exhumations de Miquel García et à tous ses travaux approfondis sur la mémoire démocratique, qu'elle se déroule pendant la Seconde Guerre mondiale ou pendant la guerre civile espagnole. Les deux pièces créent un réseau de mémoire. Dans le cas de Cabosanroque, un travail a été réalisé depuis 19 municipalités de la région de Gérone où ont été découverts les charniers où ont été retrouvés les corps, parmi lesquelles 9 collaborent directement au projet. C'est le cas de Miquel Garcia avec l'Association Pro-Memoria als Immolats per la Libertat en Catalogne, une organisation visant à maintenir vivante la mémoire des républicains exécutés par Franco en Catalogne pour des raisons politiques et idéologiques.

L'exposition présente donc deux œuvres, une de Cabosanroque et une autre de Miquel García. Les deux pièces créent un réseau de mémoire. Les cabosanroques sont intervenus depuis 19 communes des départements de Gérone où ont été découverts les charniers liés au projet. Miquel García a collaboré avec l'Association Pro-Memoria als Immolats per la Llibertat en Catalogne.

La mémoire appelle une politique engagée en faveur de la culture de la mémoire. Les politiques locales ou nationales ne peuvent pas être mises en œuvre en échappant aux parcelles souterraines qui donnent sens et forme à chaque lieu. Il est important de territorialiser la culture dans l'espace, c'est-à-dire d'établir des liens, des affections et des projets dans un territoire partagé ; mais aussi dans le temps : ces « autres » alliances. Les morts font aussi la culture, ils sont notre substrat sentimental, intellectuel et moral.

Cap San Roque 22 trous pour faire un requiem, 2024

22 trous pour faire un requiem est un oratoire laïc qui visualise et donne corps sonore à la disparition de ces corps et de leurs noms respectifs enterrés dans des fosses communes dans la démarcation de Gérone. L'enterrement efface son identité : d'abord en séparant le corps du nom, et enfin en effondrant le corps. Son transfert ultérieur et son enterrement dans la crypte de Valle finissent par abolir la limite physique de chaque corps, se confondant avec les fondations en décomposition de l'architecture elle-même et avec le corps adjacent du monument, où se confondent nationaux et républicains. Formellement, il s'agit d'une installation audiovisuelle construite à partir de deux représentations complémentaires sur le silence contenu dans les 22 trous creusés dans le sol. D'une part, il y a un ensemble de poids avec de la terre prélevée aux endroits où chaque fosse était censée se trouver. Le poids de la terre dans chaque trou génère une note sur une corde. De l’autre, il y a les silences des vidéos enregistrées dans chaque trou. Avec ces notes et ces silences, un oratoire contemporain a été composé, en mémoire des 179 noms que nous ne pourrons jamais prononcer. Depuis le Bòlit, l'enquête cabosanroque a été accompagnée pour localiser les emplacements exacts des tombes dans les différentes banques de mémoire : celle du Ministère, celle de la Generalitat, celle des Archives de Gérone, celle des Archives Municipales et les archives de l'État Civil. Garde. La recherche a bénéficié de la collaboration de l'historien Queralt Solé et du soutien du Mémorial Démocratique. Tant le nombre de corps que l’emplacement de la fosse ont changé selon les différentes bases de données. Cette danse des nombres et des lieux parle d'elle-même, elle dénote la complexité de la mémoire. Les tombes qui ne se trouvaient pas dans le cimetière n'ont pas été localisées. Face à ce manque d'information, les artistes ont pris une décision symbolique et subjective quant à l'endroit où se situe le « trou ». La recherche a également interrogé les maires et les conseillers des différentes municipalités. Certains ont répondu par un désir de collaboration, d’autres ne voulaient rien savoir du passé.

[fichier1b871]

Michel García Exhumation n°. 2, 2024

L'artiste a commencé ses recherches sur le projet Exhumations en 2019. La première « Exhumation » a eu lieu en 2021 à Valence, où il a présenté une liste de 5 308 dossiers de victimes de la répression franquiste enterrées dans des fosses communes du Pays valencien. La liste a été réalisée avec de la peinture thermosensible qui a été révélée par le frottement de la main des proches de la Plateforme des Associations de Parents de Victimes du Franquisme des Fosses Communes de Paterna. Cette méthodologie, d'ordre physique, philosophique et mémoriel, est appliquée à l'ensemble de la série des Exhumations. L'action s'est déroulée dans le terrain connu sous le nom de Paredón de España, où les franquistes ont abattu 2 238 personnes et les ont enterrées dans des fosses communes, au cimetière de Paterna.

Exhumation n°. 2 est une œuvre multidisciplinaire qui associe peinture, performance et vidéo pour réaliser une exhumation symbolique. L'ouvrage présente une liste imprimée de plus de 5 000 personnes enterrées dans des fosses communes en Catalogne. Le contenu de la liste a été recouvert d’une peinture noire thermosensible qui empêche sa lecture. Afin de reproduire l'action de mettre en lumière ce qui a été caché, l'Association Pro-Memoria als Immolats per la Llibertat a Catalunya a été invitée à participer au projet et à activer la liste. L'action s'est déroulée au Fossar de la Pedrera à Barcelone, où 1 717 personnes ont été enterrées entre 1939 et 1952, dont 1 686 ont été fusillées au Camp de la Bota, 8 dans les fossars du château de Montjuïc et 23 ont été exécutées avec le club ignoble dans la prison modèle de Barcelone. Les familles des personnes exécutées révèlent les détails de leurs proches en frottant de la peinture noire. Grâce à la chaleur humaine, leurs données reviennent au grand jour. Pour créer la pièce, Miquel García a reçu l'aide de Girona Crea et du Mémorial Démocratique, en plus de la production de Bòlit. Actuellement, l'artiste développe les recherches pour réaliser Exhumation no. 3 dans la ville de Madrid.

thumbnail_Centre Pere Planas nou 2021A24-Bonart-300x300-01

Ils peuvent vous
intéresser
...

GC_Banner_TotArreu_Bonart_817x88