2024 Inserció Bonart Segell IMPULSA CULTURA

bibliothèque

"La dernière phrase" de Camila Cañeque

"Le plus grand charme de commencer un roman, c'est de savoir qu'il se termine", a soutenu Camila Cañeque.

"La dernière phrase" de Camila Cañeque

La librairie Finestres de Barcelone a accueilli le 27 mai la présentation du livre La ultima frase de Camila Cañeque, dans un environnement plein d'amis, de collaborateurs et de journalistes de renom, qui a dépassé toutes les attentes de fréquentation. Une bonne occasion de revendiquer sa figure et l’œuvre que nous laisse l’écrivain, artiste et philosophe.

La dernière phrase, éditée par Uña Rota, est un essai autour de l'idée de terminer à partir des dernières phrases en littérature. Comme le dit l'auteur dans le livre : « la première phrase est une grande séductrice, ou c'est ce qu'on attend d'elle », en revanche, « le plus grand charme de commencer un roman est de savoir qu'il se termine ».

Camila Cañeque (Barcelone 1984-2024) nous l'avoue :

" Quelque chose m'arrive avec cette foutue littérature, quelque chose comme un profond respect ou de la merde. C'est peut-être le seul endroit où j'ai ressenti le sentiment d'amour. C'est-à-dire l'admiration. Et, dès lors, sa pratique, l'écriture, me semble que je ne peux l'exercer qu'à partir d'une prestation complète et rigoureuse".

La présentation du livre a été organisée autour d'un dialogue entre Rafael Argullol, Eloy Fernández Porta et Carlos Rod, éditeur du livre.

[fichier1ce34]

L'éditeur, de Ségovie, a commenté la manière dont ils se sont connus et la complicité dans le travail des « tripes » du livre. Des heures marathon de lecture, majoritairement à voix haute, pour amplifier les espaces vides et décaler les dernières phrases comme des « bouquets qui génèrent des histoires ». Une Camila calme, enthousiaste, avec un grand sens de l'humour et très cohérente avec son travail.

Eloy Fernández Porta, écrivain et docteur en sciences humaines de l'Université Pompeu Fabra, a vu l'auteur dans une génération de créateurs qui "ont brisé la littérature et l'art". Nous rappelant ses performances les plus pertinentes et surtout son engagement envers la vie et l'art.

Et à un autre niveau, Rafael Argulll, célèbre philosophe, poète, essayiste et professeur d'esthétique et de théorie des arts à l'Université Pompeu Fabra, nous a livré une merveilleuse réflexion sur le livre. Je me souviens d'une conversation avec Camila Cañeque en 2010. Elle avait déjà en tête ce texte qui voit aujourd'hui la lumière sous forme d'essai. Il nous parle aussi de la particularité du début de chaque œuvre, du désir d'être complice avec le lecteur pour se confronter au véritable cœur de l'œuvre : « la dernière phrase, celle qui capte la puissance du texte. bibliothèque des dernières phrases", dit Argullol, "comme un théâtre portable, que Camila apparaît et disparaît entre les différents fragments". Pour continuer de souligner l'exceptionnalité du texte, "qui attire avec force le lecteur". Cela nous amène à réfléchir sur le temps et la mort, dans un double débordement : « une fascination pour l'éphémère, à la fois résistante et un profond amour de la vie, malgré sa fragilité chargée d'adieux ».

La dernière phrase se pose comme une œuvre de prescription littéraire et de référence de création artistique.

...pour finir, la lecture de certains paragraphes du livre a été choisie.

Une très belle fin pour un acte organisé avec amour.

Baner-generic-180x180_Escenari_prodigios_Bonart_180x180 px

Ils peuvent vous
intéresser
...

GC_Banner_TotArreu_Bonart_817x88