7 JUNY_thumbnail_Banner-Liris

concours

Neuvième édition de La Nuu, Festival International de Photographie

Neuvième édition de La Nuu, Festival International de Photographie
bonart rubis - 09/10/23

Tout au long du mois d'octobre, Rubí (Vallès Occidental) accueillera la neuvième édition de La Nuu, un festival international de photographie qui compte cette année une quinzaine de propositions d'artistes du monde entier. Le concours comprend des noms tels que Annemarie Schwarzenbach, Calin Kruse, Marguerite Bornhausser, Manal Abu-Shaheen, Mercis Rossetti, Isaac Flores et Teo Vázquez, dont les œuvres seront exposées dans différents quartiers de la ville. Le directeur et commissaire du festival, Carles Mercader, souligne l'importance de l'image qui « envahit la rue », car elle apporte au public « un temps de contemplation ». "Dans un contexte de beaucoup de bruit visuel, cela nous donne un moment pour nous", souligne-t-il.

En effet, l'un des points forts du concours, selon Mercader, est "le dialogue" qui s'instaure entre les propositions photographiques et l'architecture, puisque celles-ci sont exposées dans des lieux différents à chaque édition comme, par exemple, les façades publiques et privés, lots ou bâtiments désaffectés. "C'est un musée sans portes ni murs", souligne-t-il, que l'on "peut découvrir en marchant".

Le festival a lieu du 1er au 30 octobre. Comme à chaque édition, la photographie de l'auteur, en grand format et au ras de la rue, est la marque de professionnels de pays comme l'Allemagne, le Maroc, le Liban, l'Italie, les Pays-Bas, la Belgique ou le Japon. Une autre nouveauté est la concentration des principales activités du premier week-end autour d'un seul espace, la Plaça del Celler de Rubí.

Sous le titre FOCUS, les différents espaces du concours seront remplis d'activités avec des visites guidées des œuvres de Teo Vázquez et Mohammed Kilito, la présentation de Damavand, l'œuvre photographique méconnue d'Annemarie Schwarzenbach et une conférence sur le Liban par la journaliste. Tomàs Alcoverro, en relation avec l'exposition Beyrouth, de Manal Abu-Shaheen. Le salon du livre de photographie est l'autre grand pari de cette édition, qui démarre avec le soutien d'éditeurs européens et nationaux, parmi lesquels DieNacht et Ediciones Anómalas.

Art et militantisme dans les quartiers

Cette année, La Nuu a invité le photographe et artiste urbain Teo Vázquez (Cadix, 1975) à créer ses gigantographies caractéristiques dans le quartier des Torres de Rubí. Le projet s'intitule Els rostres de la ciutat et se développe dans un processus de création communautaire et de cohésion sociale qui permettra de transférer les visages des voisins sur une fresque murale sur le mur de la voie ferrée, en tant qu'icônes représentatives de la ville.

D'autres ouvrages de cette édition permettront de réfléchir sur le capitalisme sauvage, la dissidence sexuelle ou la nature en danger d'extinction. C'est le cas de la photographe libanaise Manal Abu-Shaheen (Beyrouth, 1982), qui reflète une Beyrouth envahie par la publicité du capitalisme néolibéral, avec des images de peuples occidentaux et de produits qui représentent la forme la plus récente du colonialisme.

Isaac Flores (Barcelone, 1994) présentera avec Identitats valides un portrait de la scène queer de Barcelone, l'art du drag et de la transformation, qui devient une note d'attention face à l'intolérance et à la haine contre les personnes de couleur LGBTIQ+ école. En fait, Flores souligne qu'il s'agit d'un festival très intéressant car il « quitte Barcelone » - même si ce type de proposition y est souvent concentrée - et emmène la photographie dans différents espaces. Enfin, avec Avant que ce soit parti, le photographe marocain Mohammed Kilito (Casablanca, 1981) documente les oasis de son pays, bastions écologiques en danger d'extinction et l'héritage ancestral de la culture nomade au Maroc.

Photographie, mémoire et oubli

La photographie comme support de mémoire et outil de réflexion sur le passé est très présente dans trois des ouvrages inclus dans cette neuvième édition. C'est le cas de l'œuvre photographique de l'archéologue, journaliste, photographe et écrivaine Annemarie Schwarzenbach (Suisse, 1908 - 1942), une chronique de voyages à travers les territoires de la Perse antique et une chanson d'Orient inventée par les Occidentaux que l'on peut voir l'ancienne gare de Rubí. Marquée par ses tentatives de suicide et une vie mouvementée, elle décède à l'âge de 34 ans laissant un héritage photographique unique et méconnu.

D'autre part, fouiller dans les archives pour générer avec la photographie une réflexion sur l'histoire, c'est ce que font Antonio Luque (Córdoba, 1962) et Bebe Blanco Agterberg (Amsterdam, 1995). Le premier récupère l'un des premiers exemples de photographie policière moderne dans 426 Anarchistes, un travail de synthèse généré à partir des portraits des personnes arrêtées en 1871 après les événements de la Commune de Paris. Le second, photographe documentaire néerlandais, propose avec A mal tiempo buena cara une réflexion sur la transition espagnole, mêlant documentaire et images fabriquées pour enquêter sur la façon dont l'oubli est devenu un outil politique.

Dans le cas de Luque, il souligne qu'il s'agit d'une proposition "amusante", qui lui permet de combiner son travail avec beaucoup d'autres qui n'ont rien à voir avec cela. "Les gens ne sont pas habitués à voir de la photographie contemporaine", et pour cette raison, il souligne qu'il s'agit d'un pari très important.

Les « rencontres naturelles » de Calin Kruse

Un autre point culminant de l'événement sera l'exposition de l'Allemand Calin Kruse (Leipzig, 1981), Rencontres naturelles, avec des images d'animaux sauvages s'approchant des populations humaines, et la méfiance, l'anxiété, la peur, la surprise, le plaisir et la libération qu'ils génèrent. Kruse a également exploré, en tant que rédacteur en chef du magazine et label d'édition Dienacht, les formes de présentation d'œuvres photographiques, notamment le livre photo et le fanzine, avec des noms tels que Roger Ballen ou Daisuke Yokota.

Les œuvres de la photographe française Marguerite Bornhauser (Paris, 1989), de la Belge Lara Gaspatotto (Liège, 1989) et de la Catalane Mercis Rossetti (Barcelone, 1989) transportent les citoyens vers des mondes oniriques et des univers intimistes. Les images de Paula Anta (Madrid, 1977), sur la côte sénégalaise, et celles de Gianpaolo Arena (Trévise, 1975), au Vietnam.

Federico Clavarino (Torino, Italie, 1984) et Tami Izko (Cochabamba, 1984) complètent le programme avec la série Eel Soup, métaphoriquement inspirée de la vie des anguilles, et la collection de portraits et paysages surréalistes de Hiro Tanaka (Tokyo, 1955). , qui capture la vie quotidienne et ses voyages à travers les États-Unis, l'Europe, l'Amérique du Sud et l'Asie.

Un acte de vandalisme quelques jours avant l'ouverture

Quelques jours après avoir terminé le montage devant la gare, le directeur du festival a expliqué et montré un naufrage survenu hier soir. Concrètement, il s'agit d'un des cubes situés à l'arrière de l'équipement, où une découpe a été réalisée dans la toile d'un des cubes que l'on y retrouve avec plusieurs photographies superposées. Plus précisément, c'est celui qui montre les fesses d'une femme accroupie. Mercader a regretté les événements, mais a également admis que c'était quelque chose qui pouvait arriver et que si cela n'allait pas plus loin, il resterait sous cette forme.

Les dernières propositions

Enfin, les 20, 21 et 22 octobre, La Nuu a programmé un atelier en matière de genre qui remet en question le canon de la beauté féminine, Ser Llobes. Regardez-nous encore, avec Lurdes Bassolí et Elisa Miralles. Le 28 octobre, le Night Screen présentera dix œuvres photographiques internationales au format audiovisuel et le prix Screen sera annoncé, décerné par le jury formé par la commissaire Natasha Christia, la photographe et éditrice Emilie Hallard et Pucho, chanteur de Vetusta Morla.

GC_Banner_TotArreu_Bonart_180x180Baner-180x180-px

Ils peuvent vous
intéresser
...

GC_Banner_TotArreu_Bonart_817x88