Patrimonieja_Banner_1280x150-CULTURAL

Des expositions

« Mémoire vivante », la première grande rétrospective de Pilar Aymerich

« Mémoire vivante », la première grande rétrospective de Pilar Aymerich
bonart madrid - 21/09/23

La salle Picasso du Cercle de Belles Arts accueille, jusqu'au 7 janvier 2024, l'exposition Memoria viscuda, la première grande rétrospective organisée sur la figure de la lauréate du Prix national de la photographie Pilar Aymerich. L'exposition organisée par le Circulo de Bellas Artes, la Fabrique et le Centre d'Art Tecla Sala, présente 154 photographies qui couvrent toute la carrière professionnelle.

En plus de rassembler les images les plus emblématiques et reproduites de son œuvre, Neus Miró, commissaire de l'exposition, a voulu mettre en valeur et inclure de nombreuses autres photographies à peine vues, dans le but d'élargir la vision et la perspective sur l'œuvre d'Aymerich. En ce sens, se distinguent les images prises à La Havane en 1982 ou celles qui composent le projet Voyages à La Havane, un travail commun que Pilar Aymerich et l'historienne Isabel Segura ont commencé en 2008 et qui est exposé pour la première fois.

La proposition, ordonnée chronologiquement pour montrer la simultanéité entre les différentes œuvres du photographe, comprend le court métrage Entreacto, dans lequel Aymerich apparaît comme actrice. Réalisé en 35 mm, il n'a pu être vu qu'une seule fois auparavant, en 1974 dans un cinéma de Barcelone.

Après une formation en mise en scène à l'Escola d'Art Dramàtic Adrià Gual de Barcelone, Pilar Aymerich étudie la photographie à Londres et à Paris avant de s'installer dans sa ville natale en 1968, où elle commence sa carrière en publiant généralement dans des magazines tels que Serra d' Ou encore Triunfo, Destinació, El Carrer, El Vell Topo ou El País. Ces années de formation en théâtre ont laissé une marque importante sur Pilar. Comme le souligne le commissaire de l'exposition : « Le théâtre l'a marquée et s'est distingué dans sa mise en scène. Dans ses photographies, la scénographie joue un rôle fondamental. En 1974, il commence à collaborer avec la Televisió Espanyola, dans des programmes tels que Personatges (avec Montserrat Roig) ; Créer et vivre (programme d'art culturel); Depuis de nombreuses années (avec Rosa Maria Sardà) ou La Lluna (avec Julia Otero). Il a enseigné des cours de photographie à la Zone Jeunesse de la Mairie de Barcelone et des séminaires à l'Institut d'Études Photographiques de Catalogne.

Son travail de photographe de rue prend une grande importance à partir de 1975, en lien avec la visibilité acquise par les mouvements sociaux après la mort de Franco. Sa caméra a été témoin de manifestations, de grèves, de célébrations et de mouvements sociaux, toujours avec une conscience sociale, humaniste et féministe. Les reportages photographiques de ces événements constituent une séquence d'images où l'on peut suivre l'évolution des actes, presque de manière narrative.

Dans ses photographies, les événements qui ont fait changer radicalement Barcelone (et tout le pays) et ses protagonistes sont mélangés ; à la fois les personnes qui sont descendues dans la rue pour réclamer leurs droits et les personnalités culturelles du moment qui l'ont défendue (son lien notamment avec le monde du théâtre est une constante dans son œuvre). "Je suis le produit de ma génération. J'ai été très marquée par les événements", souligne Pilar Aymerich.

Un autre trait distinctif de sa vie (et reflété dans son œuvre) est son implication dans différentes causes sociales et politiques. Cet engagement a donné naissance à certaines des photos les plus représentatives, non seulement de sa carrière, mais aussi du moment que traverse l'Espagne. C'est le cas des images qu'il a collectées lors des Journées catalanes de la femme, organisées par l'Association nationale de communication humaine et d'écologie, une association féministe dont Aymerich était membre. Les rencontres ont eu lieu au Paranimf de l'Université de Barcelone en 1976 et ont donné un élan au féminisme.

Les photographies qu'il a capturées à cette époque manifestent un type de photojournalisme qui échappe à la distance et à la prétendue objectivité du documentaire ; intègre des approches et des réflexions féministes dans sa propre pratique, ce qui est vraiment inhabituel dans le paysage espagnol de ces années-là. Les images naissent de la connaissance d’une situation donnée, de la familiarité avec l’environnement et des relations interpersonnelles qu’il noue. "Je ne sais pas si je suis photographe ou quelqu'un qui prend des photos", admet Aymerich. "En tant que photographe, je prends en compte ce qui est devant moi en tant que personne. Pour moi, l'éthique est fondamentale."

Parallèlement au suivi dans la sphère publique au cours des premières années de la transition, Pilar Aymerich a également réalisé un enregistrement photographique de ce qui s'est passé dans la capitale catalane dans le secteur culturel. "La valeur de la culture a toujours été très importante pour moi, même en dehors de l'environnement culturel lui-même." Il met particulièrement l'accent sur tout ce qui touche au théâtre, ainsi que sur les liens personnels et professionnels qui se sont noués dès sa formation et qui se sont maintenus tout au long de sa carrière. Dans ces années soixante-dix, la scène théâtrale de Barcelone est particulièrement avant-gardiste et se succèdent des projets qui veulent innover dans les formats et les contenus. Comme le Teatre Lliure, ouvert au public en 1976 comme projet dirigé par Fabià Puigserver, qui dès sa conception a opté pour une architecture théâtrale radicale ; il rompt avec le théâtre à l'italienne et est placé sur scène au centre de l'espace théâtral. A cette occasion, les photographies d'Aymerich témoigneront de la construction de ce théâtre unique et des pièces qui y seront jouées.

En 2021, le travail d'Aymerich a été récompensé par le National Photography Award. Dans sa décision, le jury a souligné « une trajectoire dans le domaine de la photographie de rue, développée à partir des années 70, qui soulève des questions urgentes dans la réalité sociale et politique franquiste tardive, et qui sont encore d'actualité aujourd'hui. Un travail qui germe d'une notion éthique où la fragilité est le point de départ d'un récit photographique."

Pilar Aymerich. La mémoire vécue peut être visitée jusqu'au 7 janvier à la Sala Picasso du Cercle de Belles Arts et en septembre 2024 elle sera exposée au Tecla Sala Art Center de Barcelone.

Impremta Pages - banner-180x178thumbnail_Centre Pere Planas nou 2021

Ils peuvent vous
intéresser
...

GC_Banner_TotArreu_Bonart_817x88