Banner-LS-1280x150

concours

Le changement climatique, protagoniste du 35ème Visa Pour l'Image

Le changement climatique, protagoniste du 35ème Visa Pour l'Image
bonart perpignan - 24/08/23

Le 35e Visa Pour l'Image portera sur le changement climatique, les conséquences de la sécheresse extrême et la guerre en Ukraine. Dans le premier domaine, des exemples tels que Photography of the Anthropocene de James Balog ou The Day May Break de Nick Brandt se démarquent. Visa analysera également le conflit du Donbass, précurseur de l'invasion de l'Ukraine, avec des clichés de Dimitar Dilkoff des deux côtés du front de guerre. Le festival, qui fera de Perpignan la capitale du photojournalisme du 2 au 17 septembre, propose 24 expositions, projections, débats et rencontres avec des photographes. Les instantanés actuels vont de la crise migratoire en Méditerranée ou des manifestations du voile en Iran jusqu'à la « bulle » technologique de la Silicon Valley.

Le monde du photojournalisme se retrouvera à Perpignan à partir du 2 septembre. Dès lors et jusqu'au 17, le Visa Pour l'Image remplira à nouveau la ville d'images actuelles, dans un festival qui revendique la présence de photographes sur place pour expliquer la réalité, face à l'urgence des « intelligences artificielles génératives ». et de fausses images super réalistes. »

L'organisation du concours le dit : "Pourquoi le photojournalisme continue-t-il d'exister ? À cause du désir de voir le monde. Le monde réel." "Et ce besoin et ce désir de réalité rendront les émetteurs d'informations contrastées encore plus indispensables qu'ils ne l'étaient déjà", ajoutent-ils dans la brochure de présentation de l'édition 2023.

Cette année, le Visa propose jusqu'à 24 expositions réparties dans différents lieux du centre de Perpignan (parmi eux, le Couvent des Minimes ou l'Église des Dominicains). Ils sont éclectiques, mais ce qui les unit est le lien avec l’actualité, l’enregistrement de ce qui se passe dans le monde à travers l’objectif de la caméra. Et dans certains cas, ce thème est partagé, comme c’est le cas de ceux illustrant le changement climatique ou l’invasion de l’Ukraine.

Justement, la crise environnementale et la sécheresse extrême seront au centre d'une partie de ce Visa. L'exposition Photography of the Anthropocene, de l'Américain James Balog, examinera comment l'impact dévastateur du changement climatique a affecté les populations et les ressources naturelles (fonte des glaciers et ouragans et incendies de plus en plus violents). Avec Water, le Britannique Ian Berry rapprochera le public de la manière dont l'humanité a interféré avec les cours des rivières et de l'impact qu'elle a laissé sur les populations locales du monde entier.

The Day May Break (« The Day May Break ») de l'Anglais Nick Brandt montrera une partie de la série de portraits, dans laquelle le photographe travaille encore, qui montre comment la dégradation de l'environnement affecte les personnes et les animaux. En l’occurrence, en Bolivie, au Zimbabwe et au Kenya. D'Afrique viennent également les clichés « Sans eau, nous mourons », que le photojournaliste Gilles Clarke a pris pour les Nations Unies et le « New York Times », montrant les déplacements massifs que la sécheresse historique a provoqué en Somalie.

Et avec Adieu à Jean-Charle Island, la photographe française Sandra Mehl se mettra dans la peau de ceux qui étaient déjà officiellement considérés comme les premiers réfugiés climatiques aux États-Unis : les habitants de cette île isolée de Louisiane, qui du fait de l'élévation du niveau de la mer a déjà perdu 98 % de sa surface.

Du Donbass à Bakhmut

L'invasion de l'Ukraine sera également au centre de deux des 24 expositions présentées lors de ce 35e Visa. Le premier, du photographe de l'agence France Presse (AFP) Dimitar Dilkoff analysera le conflit dans le Donbass, depuis l'annexion de la Crimée par la Russie, jusqu'au déclenchement de la guerre (avec des images des deux lignes de front).

La deuxième exposition, réalisée par le photojournaliste Tyler Hicks du « New York Times », se concentre sur la destruction de Bakhmut et sur les violents combats qui ont eu lieu dans la ville, transformée en « emblème de sacrifice » par l'invasion « injustifiée ». " de l'Ukraine par la Russie.

Migrations, Iran et Silicon Valley

Fidèle à son essence, Visa Pour l'Image s'attachera à montrer ce qui se passe dans le monde, avec des instantanés d'actualité allant de la crise migratoire en Méditerranée, où plus de 20 000 personnes sont mortes dans ses eaux tandis que l'Europe « se renforce elle-même", jusqu'aux manifestations en Iran suite à la mort de Masha Amini, la jeune femme torturée par la police des mœurs après avoir été arrêtée pour port incorrect du voile islamique.

Le catalogue de l'exposition comprend également des photographies sur la « bulle » technologique de la Silicon Valley, le trafic de cocaïne en Colombie, la détérioration de la situation en Afghanistan après l'arrivée au pouvoir des talibans, la disparition des éléphants d'Asie, les conséquences qu'a eues l'interdiction de l'avortement. dans l’État américain de l’Ohio ou la montée d’un mouvement favorable à Donald Trump composé de nationalistes blancs aux États-Unis.

Le Visa virtuel

Comme chaque année, les expositions seront complétées par des projections (du 4 au 9 septembre), des débats, une table ronde sur les enjeux de l'intelligence artificielle et des rencontres avec des photographes. Au cours du concours, des prix - Visa Gold - seront également décernés, qui récompensent les meilleurs travaux de photojournalisme. Et à la fermeture du Visa Pour l'Image en présentiel, il y aura encore des semaines ouvertes aux scolaires (du 18 au 29 septembre) et des expositions en ligne (qui dureront jusqu'à la fin du mois).

Mapes_ametrics_Bonart_180x180 pxBANNERS BONART_180x180

Ils peuvent vous
intéresser
...

Bonart_banner-1280x150_FONS-AVUI-90