Banner-Paz-Errazuriz-1280x150px_v1-cat-1

avis

Quand Macron visitait le musée Picasso, à Barcelone

Quand Macron visitait le musée Picasso, à Barcelone
Jordi Bosch barcelone - 28/07/23

On vous raconte la visite d'Emmanuel Macron au Musée Picasso, où il a visité l'exposition temporaire du marchand d'art et galeriste Daniel-Henry Kahnweiler.

On vous raconte la visite d'Emmanuel Macron au Musée Picasso. L'agenda du président lors du sommet tenu avec Pedro Sánchez à Barcelone le 19 janvier avait fixé l'heure du déjeuner à une heure de l'après-midi. Plus typique de l'autre côté des Pyrénées que ceux d'entre nous qui vivent en contrebas, encore très imprégnés des rythmes madrilènes des journées de travail. Il est vrai que le déjeuner fut une magnifique restauration préparée par le chef Nandu Jubany, qui est l'un des services de restauration les plus prestigieux et de qualité pour les événements, mariages et célébrations diverses du pays. Et que donc des sujets comme le retard du corridor ferroviaire méditerranéen entre Montpellier et Perpignan ne méritaient pas une minute de conversation de plus avant de se lancer dans les cannellonis, les toasts aux truffes ou les populaires croquettes de Nandu.

Le président français a visité l'exposition temporaire de Daniel-Henry Kahnweiler

En réalité, Macron était pressé de terminer le sommet. Et de ne pas retourner immédiatement à l'Elysée pour évaluer l'état du pays qu'il préside, qui connaissait ce jour-là une grève générale contre la réforme des retraites. Sa priorité était de s'installer au Musée Picasso de Barcelone , théâtre de la magnifique exposition temporaire autour de l'histoire et de l'époque du marchand d'art et galeriste Daniel-Henry Kahnweiler , figure clé de la diffusion du cubisme et très proche de Picasso. Une collaboration entre le Centre Pompidou à Paris et le musée de Barcelone. Ces semaines marquent précisément le cinquantième anniversaire de la mort de Picasso et aussi le soixantième anniversaire de l'ouverture du musée de la rue Montcada. Mais aussi soixante-dix ans depuis que les autorités de Malaga ont refusé, en 1953, d'ouvrir un musée de l'artiste dans sa ville natale en raison de son antifranquisme et de son militantisme communiste, malgré l'enthousiasme de l'artiste pour cette initiative. Il semble que ce refus ait poussé le secrétaire de Picasso, le Catalan Jaume Sabartés, à évoquer la possibilité d'ouvrir un musée de l'artiste dans une ville qui fait également partie de la trajectoire de vie du brillant peintre et qui s'est concrétisée à travers une opération qui le maire de l'époque, Josep Maria de Porcioles, a accepté, mais c'était si secret pour ne pas provoquer Madrid que même le maire a demandé que les cartes pour l'ouverture du Musée Picasso, les organisateurs se soient assurés que le nom de Picasso n'y apparaisse pas.

Le gouvernement français a refusé la citoyenneté à Picasso

Mais revenons à Macron et à son intérêt pour la visite de l'exposition. Alors que Sánchez et le reste de l'entourage avaient fait un tour rapide, Macron a demandé à être laissé seul pour faire une deuxième visite plus reposée et tranquille. Les Français, quand il s'agit de protocole et de République, ne bougent pas le petit doigt dont ils ne profitent pas. Face à l'interprétation des Ménines faite par Picasso, Macron a émis un nouveau signal de revendication de la dimension française de l'artiste. Ils n'ont jamais pardonné qu'en 1940 le gouvernement français ait refusé à Picasso - alors qu'il était déjà un peintre de renommée mondiale -, affligé par l'arrivée des nazis en France, la nationalité française. De Gaulle a tenté de l'amender des années plus tard, mais Picasso, offensé, l'a rejeté. Bien sûr, ils se sont dépêchés de changer la loi qui réglementait les successions tout en préparant le legs de Picasso, à sa mort, à rester en France en paiement.

CC_Online_BONART_180X180Escenari_prodigios_Bonart_180x180 px

Ils peuvent vous
intéresser
...

GC_Banner_TotArreu_Bonart_817x88