Patrimonieja_Banner_1280x150-CULTURAL

Des expositions

Lignes dures de Barcelone

Fins al 2 de juliol

Francesc Català-Roca, seu de l’editorial Gustavo Gili, 1961. ©️ Fons Fotogràfic F. Català-Roca / Arxiu Històric del COAC.
Lignes dures de Barcelone

L'ancien siège de la maison d'édition Gustavo Gili est rempli de lignes dures comme à leur époque, en 1985, écrivaient Carles Martí et Xavier Monteys. Un voyage à travers près de vingt-cinq ans du XXe siècle, en s'arrêtant devant près de trente exemples de bâtiments, de conceptions et d'urbanisme, avec la ville de Barcelone comme épicentre géographique.

Organisée par Valentín Roma et produite par La Virreina Centre de la Imatge et l'Open Center of Architecture, l'exposition peut être visitée jusqu'au début du mois de juillet, en gardant à l'esprit qu'il y a eu d'innombrables façons de faire de l'architecture au fil du temps, laissant un record de nombreuses Parfois, la plupart des architectes ne se soucient pas beaucoup de la capacité expressive de l'œuvre architecturale finale, ni de son contenu poétique. Les lignes dures commencent en 1949, en pleine période franquiste, jusqu'en 1974, des années avant l'explosion postmoderne, urbanistique et culturelle, mais aussi artistique, que connaîtra la ville pour les Jeux Olympiques. Cette fois, les propositions constituent des lignes dures avec des caractéristiques essentielles, telles que la tentative d'ouvrir les disciplines à de nouveaux usages collectifs, en dépassant le projet comme une simple méthodologie théorique et en confrontant les conflits citoyens. Tout ce cadre d'idées laissera les visiteurs préoccupés par les lieux et les conditions dans lesquels ils ont vécu et vivent, retraçant une étude de la reconstruction avec des images, des documents et des textes.

Ces lignes et ces chemins que nous voulons raconter dans le domaine architectural de Barcelone sont complétés par un itinéraire à travers cinq filiales de la maison d'édition Gustavo Gili, ainsi que des images de Francesc Català-Roca sur le bâtiment, en particulier lors de sa construction et l'ouverture ultérieure. En commençant par des idées sur le problème du logement abordable à Barcelone en 1949, avec une équipe gagnante composée de Francesc Mitjans, Antoni de Moragas, Ramon Tort, Antoni Perpinyà, Josep Antoni Balcells et Josep Maria Sostres. Un projet où l'étude économique et sociologique de la situation du logement a été analysée. La prochaine étape est Grup R, qui a cessé son activité en 1961. Les visiteurs parcourront la ville du nord au sud et d'est en ouest, comme les appartements dans les combles de La Pedrera de FS Barba ou la construction de l'Estadio del FC Barcelone, le travail du susmentionné Francesc Mitjans entre 1954 et 1957, qui a permis de laisser derrière lui le terrain de Les Corts, qui était déjà trop petit pour voir Kubala.

Un autre des bâtiments de l'exposition est la Faculté de droit de l'Université de Barcelone, très proche du Camp Nou, en plus du célèbre canodrome Ciutat Meridiana. Et l'un des exemples est le bâtiment Frègoli, au début des années 70, où l'artiste Jordi Benito a créé l'une de ses grandes installations, Descoberta Frègoli , en 1972, avec des photographies qui sont restées comme un témoin de coliques La fin sera marquée par le bâtiment où se trouvaient autrefois le magasin et le showroom de Vinçon.

Baner-180x180-pxBanner_MaquinesdelTemps_300x250

Ils peuvent vous
intéresser
...

Banner_MaquinesdelTemps_970x250