BANNER MY BESTYS 7

Concours

La quinzième édition de Seismógraf se clôture avec un succès public

La quinzième édition de Seismógraf se clôture avec un succès public
bonart olot - 16/04/23

La quinzième édition du Seismógraf, le festival de danse et de cirque d'Olot, se clôture avec succès après quatre jours de programmation. La proposition de cette année a vendu des billets pour les spectacles payants et les spectacles extérieurs gratuits ont également connu une forte participation. La directrice du festival, Tena Busquets, a souligné le nombre de personnes et les propositions variées qui pouvaient y être vues. Il s'agit de la deuxième édition d'un festival avec un engagement plus conscient envers une programmation artistique qui donne la parole aux enjeux sociaux, environnementaux et relationnels de la société d'aujourd'hui. Selon le directeur : "La devise du nouveau Seismograph a plus de sens que jamais : nous sommes le festival qui détecte le mouvement du corps et de la planète."

Pendant quatre jours, du 13 au 16 avril, le festival du mouvement et du paysage a présenté une trentaine de propositions d'arts vivants dans les salles, rues et espaces singuliers et naturels de la ville. Dans cette deuxième édition depuis la transformation en un sismographe plus vert, le programme a présenté des propositions nationales et internationales. Parmi ceux-ci, il a été possible de voir huit premières en Catalogne dans des cadres naturels uniques et des propositions intimes pour peu de spectateurs avec plusieurs passes.

La programmation

La programmation a été expliquée à travers quatre éruptions : on a vu des propositions liées à la nature morte, aux relations qui s'établissent entre les espèces, aux végétaux et aux minéraux.

Dans la nature morte, nous avons vu 'En un día claro puedes ver para siempre', de Rosa Casado et Mike Brookes, qui ont passé trois jours à démonter une voiture, en séparant méticuleusement chacun des matériaux qui la composent ; Habiter, de Katia-Marie Germain, une nature morte dansée qui explore la relation entre le corps et l'espace, entre le corps et les objets ; Ciutat Dormitori, de Contenidos Superfluos, un site spécifique qui a fouillé dans le cimetière municipal pour mieux comprendre les particularités de la ville et le caractère de ses habitants ; et No made Land « Les vanités », du français Jean Michel Caillebotte, une installation vivante et monochromatique entièrement en carton, une nature morte contemporaine.

En termes de minéraux, il y a eu des propositions telles que le primé FREEZE, du Néerlandais Nick Steur, qui crée des sculptures vivantes avec des pierres patiemment placées ; et «Des intestins une corde et du cul un sac de gémissements», des natifs de Lleida Intims Produccions et David Climent, sur l'avenir qui nous attend.

Parmi les propositions qui montrent la particularité du règne végétal qui donne lieu à proposer de nouveaux formats relationnels, il y a eu des pièces telles que Coreografías Selváticas, de la madrilène Adriana Reyes, qui relie les arts vivants, l'anthropologie et le monde végétal, où l'interprète explique en dansant les réactions de chaque plante ; et Woods / Bosque, de la brésilienne-portugaise Clarice Lima / Futura & Linha de fuga, un spectacle en plein air qui a eu la participation d'un groupe d'artistes locaux qui, en faisant des inversions, ont simulé des Amazones en cours de déforestation.

Enfin, en évitant la vision anthropocentrique, cette année a vu de nombreuses pièces qui se concentrent sur la façon dont les différentes espèces qui peuplent le monde sont liées. Par exemple, des propositions comme « Ramat symfònic », de Moon Ribas et Quim Girón, un spectacle dans le cratère de Sant Francesc, qui invite le public à paître avec les créateurs et les bergers eux-mêmes ; ou 'Sfumato', de Llum de Fideu, une réflexion poétique, itinérante et immersive où les pigeons seront ceux qui nourriront les spectateurs.

Parmi le reste du programme, Opium Clippers, de la Slovène Neja Tomšič, s'est démarqué, un essai visuel qui tourne autour d'une cérémonie du thé et du colonialisme ; Terra Rhapsody, de Vaikonur / Ester Guntín, inspiré de la science-fiction, qui parle de la nostalgie de la Terre et de la fascination pour la technologie ; Maña, de la Cia. Manolo Alcántara, la construction d'un arc vivant géant fait de caisses très lourdes, utilisant comme seule prémisse l'économie d'effort et de mouvement.

Et ce 2023 le Seismograph a récupéré 'Frock', de la compagnie de danse inclusive britannique Stopgap Dance Company, une pièce sur l'Angleterre des années 80 avec des artistes à la diversité fonctionnelle. Le festival a culminé avec le Parc Nou en Moviment, le programme dominical de danse et d'arts vivants situé dans ce cadre naturel incomparable et qui a amené à Olot quatre propositions de tout l'État, fruit de la collaboration du Seismógraf avec le Red A Cielo Abierto.

Malgré les épisodes de pluie et de vent qui ont accompagné certains spectacles, l'organisation dresse un bilan très positif de cette quinzième édition et deuxième depuis l'engagement de la rendre plus verte. "Dans cette édition nous avons vécu quatre saisons en quatre jours. A partir des projets culturels il va falloir apprendre à se rapporter à cette planète d'une manière différente, s'adapter et savoir varier les propositions à la volée. C'est ce que nous avons fait cette année et nous nous en sommes tirés », a déclaré Busquets.

Un sismographe plus vert

El Sismògraf est l'un des promoteurs de la Big Pulse Dance Alliance, le réseau de 12 festivals et maisons de danse de toute l'Union européenne qui travaillent ensemble pour renforcer le secteur. C'est le seul festival catalan et espagnol du réseau, qui comprend les festivals les plus importants du continent tels que Dance Umbrella (Royaume-Uni), Julidans (Pays-Bas) et Tanz im August (Allemagne). Le Sismographe consolide ainsi sa transformation en un festival situé et conscient : actualisé, durable et fait pour la ville et son environnement naturel.

300x300Limit_obert_Bonart_180x180 px

Ils peuvent vous
intéresser
...

Bonart_banner-1280x150_FONS-AVUI-90