BANNER

Des expositions

El Bòlit revient sur l'identité et le genre dans "Mon corps connaît des chansons inédites..."

El Bòlit revient sur l'identité et le genre dans "Mon corps connaît des chansons inédites..."
bonart gérone - 10/02/23

Le Bolit Centre d'Art Contemporani ouvre le 17 février l'exposition Mon corps connaît des chansons inouïes, la chair dit à voir, je suis une chair spacieuse qui chante : une recherche sur le genre, les monstruosités et le devenir autre, spectacle qui se déploie dans le Bòlit_PouRodó et le Bòlit_StNicau jusqu'à 30 avril 2023 et qui est organisée par Ingrid Guardiola et Marta Segarra.

Cette exposition et les activités qui l'accompagnent sont une recherche collective sur les enjeux culturels liés à l'identité et au genre à partir d'un travail sur le corps et l'anormalité, c'est-à-dire sur ces « altérités radicales » dont elles interrogent les normes, les figurations et ce qu'on attend d'un corps.

En 1975, Hélène Cixous publie l'un des textes les plus cités de la critique féministe, El riure de la Medusa , dans lequel elle revendique la figure mythologique de la femme monstrueuse ou celle qui, pour le seul fait de ne pas suivre les normes esthétiques ou morales de le temps l'a transformée en monstre. Dans la culture populaire, la féminité (ou non-adhésion au binarisme des genres) a toujours été liée à la monstruosité, par exemple celle des "mauvaises mères", ou celle des sorcières, ou celle de la femme bestiale, toutes incarnations de l'irrationnel qui la peur masculine s'est projetée tout au long de l'histoire.

Actuellement, l'accent mis par le féminisme sur le corps et la sexualité, ainsi que la montée des critiques de l'humanisme traditionnel, souvent qualifié de "posthumaniste", ont remis une fois de plus le monstre au centre du débat . Ces figures monstrueuses sont représentées comme des hybrides, des demi-animaux ou des cyborgs, mais, au lieu d'apparaître comme des créatures terrifiantes, elles sont lues comme une possibilité d'échapper à la dictature de la normativité, et aussi comme une occasion de déploiement de la vie intérieure.

L'exposition est née d'une généalogie philosophique qui entremêle féminisme, posthumanisme, xénomysticisme et politique du désir, qui tentent de penser ce qu'un corps peut et ne peut pas faire au-delà de la phrase célèbre de Spinoza. Les artistes qui en font partie présentent des recherches difficiles à synthétiser sur ce qui se passe quand on devient "autre", ou qu'on nous met - par mépris ou par peur - à la place de "l'autre". L'exposition est un chant choral sur les possibilités vitales et créatives quand les corps des femmes quittent la place que la société leur a assignée et où ce qui est priorisé n'est pas tant la question "qui suis-je" mais "qu'est-ce que je deviens".

inclassificablesDP_Bonart-180x180

Ils peuvent vous
intéresser
...

0224-banner-bonart-MetgeRural-1280x107px