Bonart_banner-1280x150_FONS-AVUI-90

Nouvelles

Mercè Rodoreda, Sade et le festival Kosmopolis au programme CCCB 2023

Mercè Rodoreda, Sade et le festival Kosmopolis au programme CCCB 2023
bonart barcelone - 15/12/22

Le CCCB relira l'héritage du Marquis de Sade à Sade dans le programme 2022. Liberté ou mal. L'exposition, qui ouvrira en mai, explorera les échos d'une icône culturelle historique controversée et abordera diverses façons de regarder son héritage. À travers la réception des œuvres de Sade par des artistes et des intellectuels, la proposition analysera l'impact de ses écrits controversés. Une exposition sur l'intelligence artificielle reprendra la programmation du centre à partir d'octobre, dans un parcours qui couvrira les premiers pas de l'intelligence artificielle naissante jusqu'aux dernières avancées de l'expérimentation scientifique.

Le CCCB tisse la programmation de l'année à venir avec quatre axes principaux, celui du mal, de la liberté, de la Mercè Rodoreda et de l'eau et cherche à consolider le modèle commencé il y a quatre ans pour « mettre à jour l'héritage éclairé et la perspective humaniste » à partir desquels le centre a été fondé. En ce sens, il cherche à intégrer de nouvelles perspectives scientifiques, de genre et technologiques.

"Nous voulons que le CCCB soit un atelier open source avec la vocation de devenir un centre de test pour favoriser la pensée critique et l'expérimentation", a expliqué la directrice de l'établissement, Judit Carrera. Selon lui, le pilier sur lequel repose le Centre de culture contemporaine est "la confiance dans la culture" au milieu d'un monde "marqué par la destruction de la guerre, de la planète...". "La culture comme espace nécessaire pour créer des mondes", ajoute-t-il. En 2023, le centre disposera d'un budget de 13 656 000 euros, soit 15,5 % de plus que l'année précédente.

Sade, philosophe ou romancier ?

Sadé La liberté ou le mal remplacera l'actuelle exposition Constellation graphique au CCCB et pourra être visitée sur place du 10 mai au 15 octobre. Il proposera un parcours qui va de la célébration de l'auteur par quelques figures fondamentales de l'avant-garde (Guillaume Apollinaire, Georges Bataille, Salvador Dalí, Toyen et Man Ray, entre autres) et la vision critique de Pier Paolo Pasolini, à réflexions d'artistes contemporains qui parlent de la liberté d'expression, de la transmutation des rôles de genre, de l'institutionnalisation de la terreur et du rôle de l'imaginaire pornographique dans la société de consommation. 'Sade' explore les implications esthétiques, philosophiques et politiques de l'héritage de l'écrivain libertaire Donatien Alphonse François Sade (1740-1814) dans la culture contemporaine et explore le dilemme de le lire comme un philosophe ou comme un romancier qui construit des fantasmes

L'exposition présente une documentation sur les performances historiques de Jean Benoît et Jean-Jacques Lebel, des projets photographiques tels que ceux de Marcelo Brodsky, Robert Mapplethorpe, Pierre Molinier et Susan Meiselas, ainsi que des entretiens littéraires, cinématographiques, comiques et vidéo avec des philosophes et des chercheurs. Des installations d'artistes tels que Laia Abril (On Rape, 2020), Paul Chan (Sade for Sade's Sake, 2009), Shu Lea Cheang (´, 2019), Teresa Margolles (PM 2010, 2012), Joan Morey (Gritos & Susurros, 2009) et Kara Walker (8 Possible Beginnings or: The Creation of African-America, 2005) coexistent dans l'exposition avec de nouvelles productions de Joan Fontcuberta, Domestic Data Streamers et la mise en scène, filmée, d'un fragment de la pièce Le retour de Sade , de Bernard Noël (mis en scène par Guillem Sánchez Garcia et interprété par Clàudia Abellán et Joel Cojal).

Selon le responsable des expositions, Jordi Costa, Sade est une figure "complexe et ambivalente", mais il est l'un de ceux qui problématise le mieux les implications idéologiques de l'héritage illustré. "Il a utilisé la raison éclairée comme un outil pour démontrer à quel point la rationalité pouvait justifier ce qui est intolérable et tabou", a expliqué Costa lors de la conférence de presse de présentation du programme.

L'évolution de l'informatique

L'exposition « Intelligence artificielle » occupera le centre du 17 octobre au 17 mars, dans le cadre d'une exposition organisée et organisée par le Barbican Centre et coproduite par le Forum Groningen des Pays-Bas. La version a été adaptée par le CCCB et le Barcelona Supercomputing Center (BSC).

La proposition montre l'évolution de l'informatique depuis les premières machines informatiques jusqu'à l'explosion des données de l'apprentissage automatique et du "deep learning". De même, l'exposition analyse comment l'intelligence artificielle façonne la vie dans l'espace public et privé et ouvre une porte à la recherche et à la transversalité des applications, fusionnant disciplines scientifiques et artistiques. D'une certaine manière, selon Costa, les deux grandes propositions - celle de Sade et celle de l'intelligence artificielle - s'accordent pour aborder "les limites de la liberté".

L'initiative présentera de nouveaux projets d'artistes, de scientifiques et de chercheurs internationaux tels que Joy Buolamwini, Es Devlin, Mario Klingemann, Kode 9, Massive Attack, Lauren McCarthy, Yoichi Ochiai, Neri Oxman, Anna Ridler, Chris Salter, Sam Twidale et Marija Avramovic , ainsi que les locaux Eduard Escoffet, Marina Herlop et Regina Giménez.

Programmes de recherche, festivals de films et débats

En 2023, le CCCB maintiendra les programmes de recherche, les neuf festivals de cinéma et les débats autour de la spéciation comme nouvelles manières de générer des contenus. Parmi celles-ci, se distingue la création d'une forêt fantastique basée sur l'œuvre Viatges i flors de Mercè Rodoreda, à partir de laquelle Cabosanroque soulève une réflexion sur la guerre et ses conséquences du point de vue des femmes et des enfants et la relation avec le traumatisme et la mémoire. Il présente également les témoignages de femmes et d'enfants qui ont vécu la Seconde Guerre mondiale, recueillis par la lauréate du prix Nobel Svetlana Aleksievich. Avec ce projet, Cabosanroque clôt sa trilogie d'installations immersives dédiées à la libre interprétation de l'œuvre d'écrivains catalans pour aborder des thèmes universels.

Le CCCB continue également à travailler pour relier les résidents, les organisations et les écoles du quartier Raval de Barcelone avec le centre et intégrera le projet « École en résidence » pour la troisième année consécutive.

canal-mnactec-180-180thumbnail_arranzbravo. general 04-2014

Ils peuvent vous
intéresser
...

Bonart_banner-1280x150_FONS-AVUI-90