Banner-Consuelo-Kanaga-1280x150px_v1-cat-1

Entrevues

Jusep Boya Directeur du Musée d'archéologie de Catalogne

Jusep Boya Directeur du Musée d'archéologie de Catalogne
Jordi Grau barcelone - 09/12/22

Jusèp Boya Busquet (Les, Val d'Aran, 1960) est historien et muséologue. Diplômé en géographie et histoire de l'UB, spécialisé en histoire médiévale, il a étudié la muséologie et la conservation et la gestion du patrimoine culturel à l'Université de Montréal, au Québec. Il a été directeur du Musée d'Histoire de la Catalogne et en 2016, il a été nommé directeur général des Archives, Bibliothèques, Musées et Patrimoine de la Generalitat de Catalunya. Depuis fin 2018, il est directeur du Musée d'archéologie de Catalogne, qu'il veut relancer.

Quel est l'esprit fondateur du MAC ?

Le cadre historique nous renvoie au MAC de 1932, qui devint à son tour l'un des projets archéologiques de la Communauté de Catalogne. Dès 1914, le Musée d'art et d'archéologie existait, né du travail du Conseil des musées de Catalogne et du Service de recherche archéologique de l'IEC. En 1932, les deux collections sont séparées : le Musée d'Art de Catalogne et le Musée d'Archéologie de Catalogne sont créés, qui aboutissent au Palau de les Arts Gràfiques de Montjuïc. Ce processus de fondation a été frustré par la guerre civile. En 1938 et 1939, dans un contexte de guerre, une partie des collections est délocalisée d'abord à Darnius puis en Suisse. Le célèbre Esculape d'Empúries est allé à Genève jusqu'en 1939, et avec la victoire des nationaux, il est revenu, bien que le musée ait perdu la dimension nationale que la Generalitat républicaine lui avait donnée pour devenir un musée provincial dépendant du Conseil provincial de Barcelone. La loi sur les musées de 1990 récupère la dimension nationale du MAC et l'élargit en ajoutant une série de centres qui dépendaient d'autres délégations ; plus précisément, dans le cas de Gérone, il intègre les ruines d'Ullastret et le musée archéologique de Sant Pere de Galligants, et à Barcelone, le complexe monumental d'Olèrdola. De ces centres, Empúries, Ullastret, Olèrdola, Gérone et le bâtiment historique de Les Cotxeres, le MAC actuel apparaît. En 1994, s'ajoute le Centre d'archéologie sous-marine de Catalogne, créé deux ans plus tôt et qui existait déjà à la Diputació de Girona.

Le mandat de la Loi sur les musées est clair. Comment est-il spécifié ?

Il faut adapter l'histoire qui avait brouillé le sens originel du projet et il faut inscrire le MAC dans la contemporanéité, car c'est un modèle qui avait subi un abandon important en termes d'investissements et il n'y avait pas eu de renouvellement conceptuel ou muséographique . Comment l'avons-nous abordé ? Avec un Plan Stratégique à horizon 2025-2030 pour décider où le musée veut aller. Ce centre doit être de référence nationale et internationale. Nous voulons un musée ouvert et participatif, populaire et durable. Ce musée a la discipline de l'archéologie comme un homme de paille, mais une archéologie qui, en même temps qu'elle nous renseigne sur le passé, doit nous aider à nous interroger, à questionner nos concepts. L'archéologie enseigne, questionne, inspire et passionne. J'aime le résumer dans un concept de bienveillance. Ce que je veux, c'est un musée convivial dans le sens où il est accessible à la fois d'un point de vue physique et intellectuel. Il faut parler un langage qui ne soit pas celui des spécialistes mais celui des gens de la rue.

[fichier34b5f]

Et comment est-ce fait?

Atteindre le renouveau du musée dans ses dimensions conceptuelles et physiques. C'est ce sur quoi nous travaillons et nous atteindrons la première partie de cet objectif en début d'année avec l'ouverture du nouveau Musée d'Empúries. À Barcelone, nous avons entamé tout le processus de réforme des expositions permanentes de la maison. Nous inaugurerons une exposition intitulée Imperium. Histoires romaines , une nouvelle présentation des collections romaines du musée. Nous repensons Sant Pere de Galligants. Et évidemment avec les autres expositions consacrées à la préhistoire, pour 2025, et au monde ibérique, pour l'année suivante.

Au cours de ces années, il a préparé le nouveau MAC.

Nous avons fait une série de tests préliminaires sur la base des expositions temporaires. Avec des thématiques qui ont pour fil conducteur le patrimoine et les liens de la Méditerranée et qui traduisent une vision glocale : locale et globale. Le dialogue entre l'histoire et le patrimoine de la Catalogne que nous préservons dans notre musée et, d'autre part, le patrimoine et les histoires de cadres culturels et géographiques plus larges tels que la péninsule ibérique ou la Méditerranée elle-même. En 2020, nous avons organisé l' exposition Art Primer. Artistes de la préhistoire , qui se sont beaucoup concentrés sur l'art rupestre typique de la région méditerranéenne. Aussi L'énigme ibérique. Archéologie d'une civilisation , avec cette idée de parler de cette civilisation de la péninsule ibérique dont le Musée de Barcelone possède des collections très importantes. Et le troisième est Naufragis. História submergida , une exposition qui explique les trente années de travail menées par le Centre d'archéologie sous-marine. Ces expositions nous ont servi à expérimenter la construction d'un nouveau langage muséographique qui accorde une grande importance aux ressources audiovisuelles afin de créer des ambiances immersives.

Pour ce faire, vous avez besoin d'un budget.

Cela ne peut se faire que sur un budget. Les deux tiers du budget, qui avoisine actuellement les cinq millions, sont destinés au chapitre du personnel et aux dépenses ordinaires : lumière, surveillance, sécurité. Par conséquent, ce que nous avons pour faire des expositions est très peu. Insuffisant? Oui, si l'on compare avec les normes européennes. Nous sommes loin du budget que nous avions en 2006, qui était de sept millions. Les coupures ont fait des ravages. Il y a eu une croissance, mais si on se compare aux autres musées d'archéologie de la Méditerranée, on est loin de ce qu'il devrait être.

Jusep Boya Directeur du Musée d'archéologie de Catalogne Fotografia: ®Pepo Segura

L'éternel problème de l'argent destiné à la culture.

Il y a un changement, et je le constate dans le testament du ministre de la Culture. Je suis très content de son attitude et de sa vision, mais nous n'avons pas encore atteint 2% du budget global de la Generalitat pour la Culture. Et dans ces 2%, le patrimoine ne fait pas partie des secteurs les plus favorisés. Il y a des traditions qui placent les arts visuels ou le cinéma dans une gamme prioritaire que le patrimoine n'a pas. Faire un musée demande du temps et de gros investissements. J'étais récemment à Narbonne, au nouveau Musée de la romanité, un projet de dix mille mètres carrés d'un coût de 59 millions d'euros. Ce chiffre en Catalogne est impensable. Pour jouer en première division, sans compter les quatre plus grands musées, Picasso, MNAC, MACBA et Miró, il fait très froid dans le reste du pays.

Sommes-nous intéressés par notre patrimoine ? Comment devrions-nous le vendre aux écoles?

Le covid a été un coup de hache. Ensuite, les produits que nous proposons ne tiennent pas suffisamment compte des nouveaux goûts de la majorité des consommateurs culturels. Nous n'avons pas été en mesure de faire des investissements pour les changements nécessaires. La formation culturelle a été négligée dans ce pays pendant des années. De nombreuses écoles ont des difficultés financières pour accéder aux musées. Une école du Val d'Aran, dans mon pays, qui veut se rendre à Empúries, haut lieu de l'histoire grecque en Catalogne, a besoin de deux jours de voyage en autocar. Qui paie tout ça ? Nous avons une série de difficultés dans l'utilisation culturelle parce qu'il n'y a pas assez d'aides dans le secteur de l'éducation pour qu'ils puissent s'informer sur le patrimoine. Si on ne construit pas les loisirs et les goûts de ces enfants, qui doivent être les consommateurs culturels de demain, on a un problème. D'autres facteurs entrent en jeu, comme la déconnexion des nouvelles générations avec le monde physique parce qu'elles se déversent dans le monde virtuel. Et dans notre cas, il y a un problème de produit, de communication, notamment sur le segment des jeunes.

Et que faire?

L'un des axes de travail est la relation entre le patrimoine et les arts visuels. Nous préparons, pour les années 23-24, une exposition du photographe majorquin Toni Catany et nous aimerions aborder d'autres aspects de la contemporanéité avec des créateurs qui peuvent présenter des travaux en dialogue avec nos collections et nos sites. Une volonté inscrite dans le Plan Stratégique que nous ne promouvons pas car il y a d'autres urgences. Je ne peux pas envisager le développement de produits si je n'ai pas réussi à rendre MAC accessible auparavant. Ce n'est pas non plus exclusivement un problème d'argent, c'est un problème d'équipe, d'avoir assez de monde pour faire ce travail d'action culturelle si intense et avec un profil différent. La plupart des gens avec qui je travaille viennent du monde de l'archéologie et nous sommes loin des arts visuels. Il y a un besoin de transformation dans le futur, pour intégrer de nouveaux profils professionnels dans l'équipe du musée qui permettent cette approche du monde numérique. Le musée doit être plus hybride, plus ouvert, et il doit y avoir des façons de voir et de faire différentes des traditionnelles.

banner-oro-180x180Baner-generic-180x180_

Ils peuvent vous
intéresser
...

0224-banner-bonart-MetgeRural-1280x107px