BannerFCC_Bonart
"Mme Mort" au Vicereina Image Center

Des expositions

"Mme Mort" au Vicereina Image Center

Fins al 6 de novembre del 2022

Impremta Pages - banner-180x178Eude, generic

Organisée par Pere Pedrals, l'exposition Mrs. Décès. Amèlia Riera , qui peut être visitée au Virreina Centre de la Imatge jusqu'au 6 novembre, nous apporte le travail d'un auteur pionnier d'une perspective de genre avec un travail sur le fétichisme et la théâtralisation qui anticipe le temps présent et qui avait de nombreuses années d'avance sur son contemporains.

Mme. Décès. Amèlia Riera tourne principalement autour de son œuvre la plus controversée, celle réalisée entre le milieu des années soixante et la fin des années soixante-dix, une période qui coïncide avec la fin des années franquistes et la Transition, lorsque la dénonciation imprègne toutes les facettes de son travail et crée deux son séries principales, la série Ex-voto et la série Sade , clé de sa carrière, et qui lui vaut la réputation de nécrophile et de sadique. L'obsession de la mort, ainsi que le sadisme, la nécrophilie et le vampirisme, sont les concepts clés qui donnent à son travail une aura de mystère et d'énigme. Un univers dans lequel l'inexistence des personnages fait de nous spectateurs, confrontés à une solitude incommensurable, les protagonistes de plaisirs négatifs et de terreurs agréables.

Une œuvre inclassable maintes fois passée sous silence. Dans une brochure de 1975, Riera déclare : « Expliquer mon propre travail, me définir, déclarer l'intentionnalité de mon attitude ou de mon geste, est aussi compliqué, aussi peu attirant pour moi, que de remplir n'importe quel questionnaire officiel en trois exemplaires, accompagné des politiques et les cloches mobiles correspondantes. [...] De l'énorme charge littéraire que vous découvrez dans l'œuvre, des chocs possibles, des traumatismes, des conflits qui l'inspirent, un serviteur, pas un demi-mot." Comme l'explique le conservateur, Pere Pedrals, "bien que son travail couvre tout, de la peinture aux installations, en passant par le dessin, le travail graphique et même la création de son propre personnage, c'est dans l'intervention d'objets que cette lutte devient plus évidente ; les objets sont une attaque frontale et, presque toujours, contre plusieurs cibles à la fois ». A propos du traitement des objets dans son travail, Amèlia Riera explique : "Je les ai pensés différemment des peintures, car je ne cherchais pas la même chose, l'intention était plus directe, plus nette. Dans l'objet, l'intention compte plus et dans les tableaux tout est plus mental, plus sensible. Les objets sont la protestation directe, je voulais blesser, provoquer.

L'exposition couvre une période courte mais très significative de l'artiste : celle qui va du milieu des années soixante à la fin des années soixante-dix et qui suscite de nouvelles relectures sur la subversion des archétypes utilisés pour représenter les femmes et leur sexualité, la réflexion sur le problème de l'incommunicado dans le couple hétérosexuel, la visualisation des rapports de force, la discipline du corps, la subjectivité gouvernée, assujettie et même expropriée.

Dans l'image : Amelia Riera. Femme photographiée , ca. 1982

Ils peuvent vous
intéresser
...