canal-mnactec-1280-150

Avis

Maintenant c'est là, maintenant ce n'est plus

Maintenant c'est là, maintenant ce n'est plus

En janvier 2006, la nouvelle tombe : "Le Musée Reine Sofia perd une sculpture de 38 tonnes de Richard Serra". Cela ressemblait à une blague de mauvais goût, une histoire complètement invraisemblable, une histoire folle écrite par quelqu'un d'allergique à l'art minimaliste. Le titre était déconcertant et comportait des éléments de suspense qui soulevaient une série de questions : comment était-il possible que la reine Sofia ait perdu une œuvre d'une telle ampleur ? Qui l'avait pris ? Comment avait-il été chargé ? Où auraient-ils pu cacher 38 tonnes sous la forme de quatre blocs massifs de gros acier ? Avait-il été fondu pour la ferraille ? Et la question à un million de dollars : qui a bénéficié de cette perte mystérieuse ?

En 1986, l'artiste américain crée l'ensemble sculptural Equal-Parallel/Guernica-Bengasi spécialement pour le musée de Madrid dans le cadre de l'exposition inaugurale du Reina Sofia References Art Center. Une rencontre artistique dans le temps . Une fois l'exposition terminée, le musée l'a conservée dans son entrepôt et en 1990, faute de place, il a contacté une société spécialisée dans le stockage et le transfert d'œuvres d'art, qui l'a placée à l'extérieur d'un de ses navires, à Arganda. del Rey. Jusqu'à présent, tout est en ordre. En 2015, cependant, lorsque le musée a voulu récupérer l'œuvre, on a découvert que l'entreprise qui la gardait avait fait faillite et que la pièce avait disparu, comme dans un jeu de prestidigitation : maintenant elle est là, maintenant elle n'est plus. là

L'affaire n'a jamais été résolue mais, face au scandale international, l'artiste, habitué à détruire nombre de ses pièces après avoir été exposées, a accepté de les produire à nouveau. Seize ans après ce vaudeville, l'écrivain Juan Tallón publie Obra maestra (Anagrama), roman documentaire ou chronique romancée sur les événements, dans lequel se succèdent une soixantaine de témoins entre journalistes, artistes, juges, gardiens, ingénieurs, galeristes, quincailliers, installateurs d'expositions et aussi Serra lui-même. Une histoire chorale qui parcourt un demi-siècle où l'auteur relie le parcours créatif du sculpteur, les enquêtes policières, ainsi que diverses réflexions sur la collecte et la paresse de l'administration publique qui a favorisé le passage d'un quelque chose comme ça. Dans ce récit, comme dans le cas de l'œuvre perdue, rien ne finit par être ce qu'il semble à première vue : les doses de fiction qui composent le texte sont comme des pilules de réalité et les faits historiques, les coups de pinceau d'une comédie de gâchis. Enfin, un double point d'interrogation plane sur le livre : est-il possible qu'un jour paraisse le premier Equal-Parallel/Guernica-Bengazi ? Et s'ils la trouvent, que fera le musée de deux sculptures identiques ?

SS_Bonart-180x180-Onlinebanner-oro-180x180

Ils peuvent vous
intéresser
...

0224-banner-bonart-MetgeRural-1280x107px