FCC-Segell-banner4
Cinquante-neuf Biennales de Venise

Des articles

Cinquante-neuf Biennales de Venise

Albert Mercadé venise - 19/05/22
Eude, genericBaner_Viladot_Bonart_360x356

La Biennale de Venise est la plus importante exposition internationale d'art contemporain depuis sa fondation en 1895 - la première du genre - et jusqu'à la chute du mur de Berlin. Avec la multiplication des biennales à travers le monde - aujourd'hui, plus d'une centaine - la biennale a perdu sa référentialité, mais pas sa capacité à recevoir et stimuler la production de propositions artistiques de premier ordre dans les pavillons historiques des pays participants. En tout cas, au cours de son histoire centenaire, la biennale a été un portique privilégié des arts (un Atrium Portos ) qui au fil des décennies a pu accueillir certains des débats esthétiques les plus représentatifs de l'avant-garde artistique : futurisme, surréalisme, informel, pop art, art conceptuel, land art , kitsch … Une plateforme artistique et, en même temps, extra-artistique : une histoire pleine de jonglages politiques, aussi de stratagèmes commerciaux cupides, et où du modernisme à l'aujourd'hui art - Les créateurs catalans ont joué un rôle clé dans leurs propositions artistiques, et souvent extra-artistiques.

Du scandale Anglada Camarasa au commissaire Eugeni d'Ors

Exposer à la Biennale de Venise en 1905 signifiait pour Anglada Camarasa de s'imposer à l'international, notamment par l'émoi provoqué par ses premières œuvres décadentes : avec les ombres et les misères de la nuit parisienne - drogue, divertissement, prostitution - qui choquaient les visiteurs de cette cinquième biennale. . En revanche, la principale plaine des peintres modernistes - Casas, Canals - en a profité pour présenter leur production la plus commerciale lors de l'événement, mettant l'accent sur les danseurs de flamenco et les gitans qui ont fait fureur parmi les premiers touristes de la Sérénissime .

La génération noucentiste, en revanche, a dû subir la légitimation des arts aux mains des fascismes naissants de l'entre-deux-guerres. Au-delà des œuvres de Clarà ou de Casanovas dans les vitrines des biennales Mussolini, le cas le plus choquant de cette période est celui mettant en scène la figure d'Eugeni d'Ors. Après le rattachement de la Pantarca à la phalange espagnole lors de son « exil » à Madrid, il devient commissaire par intérim du pavillon franquiste à la biennale de 1938, défendant avec argot des artistes réactionnaires du régime comme Pérez Comendador ou un Pere « converti » et méconnaissable. Prune.

Cinquante-neuf Biennales de Venise
Jordi Colomer, Únete! Join us!. Pavelló Espanyol a la Biennal de Venècia 2017

1954 : Dalí contre Miró

Salvador Dalí voulait entrer dans la biennale sicilienne lors de la biennale de 1954. Il venait de prêter allégeance au régime franquiste et venait du Vatican rendre visite au pape Pie XII, à qui il demanda - sans succès - de lui accorder le nihil obstat - le approbation - de La Madonna de Portlligat , œuvre dans laquelle Gala était représentée comme la Vierge. Mais Dalí, à Venise, n'a pas suscité l'attraction souhaitée, notamment auprès du secteur politique italien, plongé dans la transformation républicaine du pays. La figure de Joan Miró, en revanche, suscitait beaucoup plus d'admiration, et c'est sans doute pour cela qu'en 1954 il reçut le Grand Prix de la Gravure. Une récompense pourtant que Miró a entamée comme une défaite, étant donné que le premier prix de peinture a été décerné à son compagnon de génération et rival Max Ernst, qui venait de publier un essai contre la peinture ! En tout cas, Miró considérait l'événement comme une « vitrine internationale de la cabane », et le désignait comme la « salade puante de Venise ».

Tàpies : matière réservée

Il est bien connu que la génération catalane d'après-guerre, sans exception, a utilisé la plate-forme franquiste de Venise pour se consolider au niveau international. Le cas le plus mémorable est celui d'Antoni Tàpies, qui au cours des années cinquante et soixante a participé jusqu'à quatre fois au pavillon espagnol organisé par González Robles, jusqu'au prix en 1958, de l'UNESCO et de la fondation David Bright, qui l'a catapulté au niveau international. Cette même année, comme l'artiste l'avoue avec embarras, il décide de ne plus participer au pavillon après avoir découvert que ses oeuvres étaient arrivées à Venise dans des cartons avec le cachet "matériel de propagande"... Il revient à Venise en 1993 avec Rinzen, et a reçu le Lion d'Or.

[fichier41703]

Miralda, Arranz-Bravo, Muntadas, Colomer

Les meilleurs artistes du pays ont participé à un moment ou à un autre à Venise, et presque toujours avec des expositions de grande importance dans les salles du pavillon espagnol de la biennale. Il suffit de rappeler l'émoi provoqué par l'exposition de Miralda dans son projet Honey Moon (1987), une grande production dans laquelle un mariage a été mis en scène à une échelle éléphantesque, avec toutes ses particularités et traditions ; ou le grand montage d'Arranz-Bravo et Bartolozzi, qui dans l'exposition Universal Sizes de 1981 ont peint cent vingt-six toiles qu'ils ont réalisées pour peindre toutes les tailles possibles du cadre pictural. Il faut aussi se souvenir du dernier discours d'Antoni Muntadas, qui a transformé le pavillon en salle d'attente pour proposer une analyse critique des 110 ans d'histoire de la Biennale de Venise. On pense aussi à la revue Dalí de Martí Manen dans Los Sujetos (avec Francesc Ruiz, entre autres) ; ainsi que le projet - utopiste, activiste et performatif - Join Us , de Jordi Colomer. Tout cela dans une dynamique qui, au cours de la dernière décennie, a progressé parallèlement aux expositions du pavillon catalan (organisé par Valentín Roma, Frederic Montornés, Jordi Balló, Pedro Azara, Chus Martínez ou Mery Cuesta) dans les anciens entrepôts de sel de l'éternel et immuable Isola nobile . 

Dans l'image Ignaci Aballí, Correction, Pavillon espagnol à la Biennale de Venise 2022.

Albert Mercadé

Albert Mercadé (Barcelona, 1981) és historiador i crític d’art. En l'actualitat és director artístic de la Fundació Arranz-Bravo de l’Hospitalet de Llobregat, i també comissari del Districte Cultural de L’Hospitalet. Ha exercit com a docent de teoria de l'art a la Universitat Pompeu Fabra i l'escola Eina de Barcelona. És autor del catàleg raonat de l’escultor Joan Rebull (Premi ACCA  2011) de l’assaig “Matèria reservada. Artistes catalans i les biennal de Venècia” (Premi ACCA 2009, Grup62), així com d’estudis dedicats a Antoni Tàpies, Sean Scully, Antoni Clavé, Josep Guinovart, Francesc d’A. Galí, Ràfols-Casamada, Romà Vallès o Jaume Mercadé. Ha comissariat l’exposició ‘Our Garden Needs Its Flowers. Fluxes i narratives al districte cultural de l’Hospitalet’ (CATS, 2021), juntament amb David Armengol. També ha sigut curador d’exposicions al Centre d’Art Tecla Sala (Xavier Grau), Museu de Montserrat (Jordi Fulla, Antonio Beneyto, Gerard Mas), la Fundació Vila Casas (Jiménez-Balaguer), Fundació Palau (Joan Rebull), Fundació Apel·les Fenosa (Jaume Mercadé), a Fontana d’or de la Fundació Caixa de Girona i al Centre d’Art Contemporani Can Sisteré de Santa Coloma (Biennal Santa Coloma). Escriu regularment a la revista El Temps dels Arts i Bonart , però també ho ha fet a Cultura/s (LaVanguardia), Serra d’or, Hänsel i Gretel i revista de Catalunya.

Ils peuvent vous
intéresser
...

728x90