banner-elscatala-817x88px
La révolution des institutions culturelles catalanes

La révolution des institutions culturelles catalanes

Ricard Planas Camps - 16/04/22
"Return of the Junke", instal·lació de Josep Maynou i Jordi Mitjà a la galeria Bombon Projects
BanerVictor04BONART-180x180-Cervells

En gros des changements, beaucoup de changements et parfois on ne sait pas si c'est pour le meilleur ou pour le pire. Le temps nous le dira !!! Le premier a été la retraite anticipée, un peu surprenante, en début d'année du directeur de l'Agence catalane du patrimoine, Josep Manuel Rueda. Un homme au CV extraordinaire et qui a joué de nombreux rôles au sein de l'auca du ministère de la Culture. Il lui manquera de faire sens et de faire fureur, en plus de l'engagement institutionnel et national. Une sortie dont il faudrait profiter pour penser à un comité consultatif de seniors avec bagages pour aider le ministère de la Culture de manière permanente. Il ne faut pas gaspiller ce savoir, surtout quand les réalisateurs sont éphémères et qu'il est très complexe de consolider les programmes. Par conséquent, ce sont les positions des fonctionnaires bien informés qui finissent par diriger le quotidien. Avec sa retraite, la direction de l'Agence catalane n'a pas été couverte pour réunir en une seule personne la direction du Patrimoine et de l'Agence, jusqu'à récemment par Elsa Ibar, également relevée il y a quelques jours, ce qu'il attendait depuis des mois ; en discuter plus tard. Essayer d'unifier l'agence et la gestion en une seule personne a été la ressource que tous les administrateurs ont choisie pour rationaliser les opérations. Même si le duo Rueda-Ibar, malgré les différences qui existent toujours, avait bien fonctionné car c'étaient deux personnes qui savent ce qu'elles font. Peut-être s'était-il mis à grincer alors que les orientations politiques n'avaient pas suffisamment clarifié ou orienté le scénario. Le ministère a géré ces transitions de manière assez précaire.

Le départ à la retraite de Josep Manuel Rueda a cependant été parallèle à l'annonce du poste vacant de directeur qui était vacant depuis des années à l'Agence catalane du patrimoine. Le vainqueur, un bon professionnel : Josep Maria Carreté, ancien directeur du MNAC, également ancien directeur du Patrimoine de la Generalitat -la maison est bien connue- quitte le MACBA avec l'arrivée d'un directeur qui veut tout révolutionner. Cela peut être positif ou négatif. Nous le saurons bientôt. Elvira Dyangani Ose, la nouvelle directrice du MACBA, avait déjà essuyé le limogeage de la conservatrice en chef, Tanya Barson, et du responsable des programmes publics, Pablo Martínez, en ajoute un nouveau : la direction. Mais on continue avec Carreté, qui arrive dans un département connu. La seule chose qui laisse planer le doute est le limogeage d'Elsa Ibar, directrice générale du patrimoine, on sait qu'elle n'était pas du même parti politique qui dirige le ministère. Total, que la nouvelle relève à la direction générale de Patrimoni est Sònia Hernandez, ex-directrice du Musée des Eaux, une personne peu habituée à une direction générale comme celle-ci et qui sous sa responsabilité aura trois ex-directeurs généraux : Josep Maria Carreté, Elsa Ibar et Jùsep Boya, ce dernier a été l'architecte du plan muséal du département et est actuellement directeur du Musée Archéologique de Catalogne. Ça peut être l'occasion de savoir déléguer avec des gens qui en savent beaucoup et aussi beaucoup de responsabilités pour voir s'il aura la capacité de gérer le poste avec solvabilité. Encore une fois, le temps servira de thermomètre. Pendant ce temps, Magda Gassó, responsable des musées, attend également avec impatience la retraite. Tout un changement générationnel, logique, mais respectueux.

Entre-temps, nous avons également accueilli avec incertitude la retraite anticipée de Conxita Oliver, responsable du domaine de la diffusion et de la coopération artistique, qui connaît, apprécie et défend le secteur des arts plastiques et visuels. La personne qui dirige ce domaine ne le voit pas particulièrement enclin à renforcer un secteur qui est très mince et finit toujours par être la pauvre petite sœur. Nous avons un plan d'arts visuels qui, pour le moment, je pense, n'a que Marta Gustà comme endosseur maximum et il doit le faire de l'ICEC (Institut catalan des entreprises culturelles). Mais, en plus, nous avons aussi le départ d'Àngels Solé de la direction du Centre pour la Restauration des Biens Mobiliers de la Generalitat, qui avait déjà annoncé à l'ancien conseiller Àngels Ponsa, cependant, la loyauté ne s'était pas activée jusqu'à quelques il y a des mois. Or, cette relève provoque dans le secteur un cri de revendication pour que la nouvelle direction soit représentée par une personne du secteur. Àngels Solé était historienne, elle avait oeuvré pour revendiquer ce centre national, toujours avec des moyens insuffisants. Maintenant, il a décidé de partir. Et le dernier des limogeages a été celui des délégués territoriaux de la culture dans toute la géographie. Celle d'Àngel Torras à Barcelone ou celle de Carme Renedo à Gérone, par exemple, sont vides car ce sont des gens qui connaissaient très bien le secteur culturel. Le secteur des arts visuels est particulièrement touché, car Àngels Torras connaît le secteur et l'aime, travaillant actuellement au Musée national d'art de Catalogne. Délégués territoriaux remplacés par des professionnels du secteur de l'éducation. Je suppose, maintenant je voudrais être cynique, que le forum des arts dans l'éducation promu par Conca et l'hyperactif Vinyet Panyella a fixé le cap. Nous devons éduquer la base pour obtenir des citoyens culturels. Plutôt que de parler de "publics", nous avons besoin de citoyens formés, engagés dans la culture, la société et le pays.

La dernière des rénovations majeures est celle d'Eva Sòria, responsable du Département de l'innovation, de la connaissance et des arts visuels à l'Institut de Cultura de Barcelone. Nous parlons de l'un des domaines les plus importants de la mairie de Barcelone en matière culturelle, où les questions éducatives, les centres créatifs sont suspendus ... Eva Soria a une formation, un enthousiasme et un désir, mais c'est un domaine macro qui peut surpasser tout. Heureusement non! Cela a également conduit à une réorganisation de l'Institut Ramon Llull, espace Création, d'où est issue Eva Soria. Maria Lladó prend les devants et son travail est doublé, malgré le fait qu'ils étaient en duo avec Soria depuis un certain temps. Pendant ce temps, Maite Esteve fait du bon travail avec la loi du patronage à la Fundació Catalunya Cultura, remplaçant il y a quelques années Gemma Sendra qui s'est retrouvée conseillère à la mairie de Barcelone. Pau Mas promeut également l'héritage Maragall auprès de la Fundació Catalunya Europa. Et avec tout cela, son ami José Ángel Montañés, le journaliste et historien d'El País, a également pris sa retraite. Un nouveau cycle qui se poursuit. Nous allons regarder comment tout cela évolue.

Ils peuvent vous
intéresser
...

817x68