728x90

Des expositions

Santiago Gimeno. Empreintes II

Santiago Gimeno. Empreintes II
bonart platja d'aro - 11/01/22

Traverser la vie, vivre ses espaces et tout ce qui s'y passe est l'inspiration qui anime l'esprit créatif de Santiago Gimeno. Son travail est un défi à notre manière d'être, d'être, d'occuper les espaces et d'assimiler les lieux qui nous entourent. Ce ne sont pas des lieux de passage, mais d'appréhension de l'espace comme lieu d'endurer et de rester. Habiter un espace, ce n'est pas seulement être là, mais nous confondre avec lui. Gimeno est conscient des marques que le temps laisse sur notre environnement, nos corps et la transformation que cela implique dans tout ce qui nous entoure. Devenir humain n'est pas un transit immaculé.

C'est à ce point que les œuvres de Gimeno nous proposent une réflexion dans deux directions complémentaires. D'une part, et comme le souligne Jaime Ángel, le développement de ce travail a conduit l'artiste à envisager de nouveaux horizons dans son art, davantage liés à l'exploration et à l'intérêt pour la redéfinition des espaces. C'est-à-dire que nous soyons des agents passifs ou actifs dans la configuration de ces espaces. D'autre part, loin de la question plus physique et corporelle, Gimeno est conscient que tout cela laisse une mémoire qui préserve l'expérience vécue. Ces deux aspects de l'œuvre de Gimeno convergent dans le Parc dels Estanys, qui devient le cadre idéal pour ce projet, qui comprend un ensemble de 13 sculptures de grand format intitulé Footprints II.

En marchant dans le parc, en marchant, en marchant, les sculptures apparaissent comme des collections d'expériences, des métaphores de l'empreinte que l'expérience et le passage du temps laissent sur nous. Précisément ce concept d'empreinte, que Gimeno passe en revue à Platja d'Aro, occupait déjà un intérêt particulier de l'artiste lors de la rétrospective qu'il inaugura en 2018 au Musée de Saragosse. Ces « empreintes » sont, selon les mots de Walter Benjamin, « l'apparence d'une proximité, quelle que soit la distance qui l'a laissée derrière elle ». Une proximité qui, à partir du présent, nous maintient connectés au passé. L'empreinte est avant tout un matériau où le passé peut être construit et mis à jour dans le présent.

Conçu à partir d'une rotondité marquée de nature presque architecturale, le résultat est une œuvre d'une grande austérité formelle qui, presque comme des totems rituels, renvoie à l'ancêtre des cultures primitives enracinées dans la terre. Où nous avons si souvent cherché la mémoire contenue dans les images de notre passé, pour comprendre notre présent.

Mapes_ametrics_Bonart_180x180 pxbanners-CAT-03-180x180

Ils peuvent vous
intéresser
...

Bonart_banner-1280x150_FONS-AVUI-90