banner-1280x150-gene

Des expositions

La Fondation Palau inaugure "L'innocence de l'accident vasculaire cérébral" de Maria Sanmartí

Organisée par Aitor Quiney, l'exposition explore la figure de cette peintre tout au long de ses années actives en tant qu'artiste, de 1947 à 1959.

La Fondation Palau inaugure "L'innocence de l'accident vasculaire cérébral" de Maria Sanmartí

Du 23 mars au 15 septembre de cette année, la Fondation Caldes d'Estrac présente la première exposition rétrospective intitulée L'innocence de l'accident vasculaire cérébral de Maria Sanmartí "mère d'Antoni Clavé" et qui a été organisée par Aitor Quiney et Urbieta.

Maria Sanmartí, était une femme qui a débuté très tard dans le monde de la peinture (à l'âge de soixante ans) mais qui, selon Josep Palau i Fabre, « a su conserver le côté enfantin des traits et offrir un style vif, frais et innocent ». perspective, devant un panorama artistique peut-être trop cérébral et artificiel". Grâce au célèbre artiste Antoni Clavé – fils de Maria Sanmartí – Palau la rencontre et s'intéresse à son travail. Il faut dire que la Fondation conserve six œuvres de cet artiste prolifique, apportées par José Palau et Fabre. Quant à l'amitié entre Josep Palau et Fabre et Antoni Clavé, on peut dire qu'elle fut durable et authentique, comme en témoigne la correspondance de cette époque qui le prouve.

[déposé8000]

Cette exposition commence par une introduction "Maria Sanmartí, Mère de Clavé", qui fut pendant un certain temps la façon dont Sanmartí signa son œuvre. L'espace 1 de l'exposition, intitulé "Paris : de la nostalgie à la découverte de la couleur", explique comment Maria n'a pas quitté la Catalogne malgré la mélancolie et les revers, avec l'aide de son fils, l'arrivée de son filet, Jacques, né deux Quelques mois avant de s'installer à Paris, avec le soutien des nombreux amis artistes de Clavé, elle surmonte sereinement le mal du pays. Entre les années 1947-1948, vous pourrez apprécier les premières œuvres de Maria Sanmartí, la plupart réalisées avec la technique de la gouache, mais vous pourrez également voir des dessins et des huiles sur bois, qui représentent des animaux (chats, chiens, chevaux), ainsi que intérieurs de pièces, vases avec des fleurs, danseurs, musiciens de flamenco, clowns, courses de taureaux, scènes de cirque ou certains thèmes religieux comme la Passion. Il éprouvait également une prédilection pour les routes rurales, pour les petites maisons avec une rivière au bord, pour les plages d'été françaises, où se détache la vivacité des couleurs. Il faut dire que Maria peignait avec sa main gauche, ce qui l'obligeait à faire un effort considérable, et son dessin naïf et bâclé est le produit de cette incapacité. Quant à la zone 2 de cette exposition, elle s'intitule « De la première exposition de la peintre Maria Sanmartí à la galerie Mirador de Paris, 1949 ». Dans cette section, vous pouvez voir les gouaches et les céramiques, l'affiche annonçant sa première exposition et vous pouvez déjà voir comment il commence à signer son nom.

[fichier92d09]

Le troisième espace traite de la première exposition de Maria Sanmartí à Barcelone, Sala Gaspar, 1954. La présence à Barcelone d'Antoni Clavé, connu pour ses succès à Paris, a amené des milliers de personnes à visiter l'exposition et ainsi à connaître l'exposition. les œuvres de sa mère, qui ont connu un grand succès commercial. A cette époque, son œuvre faisait partie de nombreuses collections européennes et américaines. De là, Sanmartí expose chaque année à la Sala Gaspar dans le cadre d'expositions individuelles et collectives. En 1954, Maria Sanmartí commence à peindre sur carton grand format avec la technique de la gouache. La taille du support n'empêche pas d'insister sur les mêmes sujets, notamment les natures mortes – avec l'incorporation de cages à oiseaux sur la table – et les intérieurs, et les motifs répétitifs comme les cartes à jouer. Cependant, les couleurs, bien qu'elles soient toujours au centre de son intérêt, étaient plus homogènes, sans les transparences précédentes, intégrant le traitement de la gouache comme s'il s'agissait d'une huile. Maria Sanmartí, décédée en février 1959, a eu le plaisir d'organiser ses dernières expositions dans deux des galeries les plus prestigieuses de Paris et de Bâle : respectivement la Galerie Drouant-David et la Galerie Hilt. Depuis, son nom a disparu de la scène artistique catalane et internationale, malgré l'importance qu'il avait à l'époque et la qualité artistique de son œuvre.

Publication d'un livre

A l'occasion de cette exposition, la Fondation Palau a publié un livre de plus de 250 pages, avec des textes d'Aitor Quiney et un texte introductif d'Anna Maluquer, directrice de la Fondation. Il s'agit de la première publication qui retrace l'ensemble de la carrière artistique de Maria Sanmartí. Le livre comprend plus de 200 reproductions en couleurs des œuvres de Maria Sanmartí, des photographies d'époque et de la documentation (lettres, coupures de presse, brochures d'exposition, etc.), avec une conception et une mise en page innovantes de David Torrents qui interprète typographiquement l'écriture de l'artiste présente dans plusieurs de ses œuvres. dessins et écrits. Le livre comprend également une traduction des textes en français. Concernant le thème des activités complémentaires, des visites guidées de l'exposition ont été organisées, des ateliers familiaux nécessitent toujours une inscription préalable à la poste de la fondation. Les horaires de visite sont du mardi au dimanche de 10h30 à 14h00, les après-midi du jeudi au samedi de 17h00 à 19h00 et à partir de juin les matinées du mardi au dimanche et les jours fériés à partir de 11h00 : De 00h00 à 14h00 et du mardi au samedi après-midi de 17h00 à 20h00.

Banner-Camara-domestica-180x180px_v1-cat-1inclassificables

Ils peuvent vous
intéresser
...

0324-banner-bonart-Racisme-1280x107px