Banner-Camara-domestica-1280x150px_v1-cat-1

Des expositions

La Fundació Mapre propose un regard inédit sur l'œuvre de Chagall et une rétrospective soignée de Christer Strömholm

Deux parcours apparemment très différents mais qui expriment un profond engagement envers la condition humaine peuvent être visités du 2 février au 5 mai dans la salle d'exposition de la Fondation, au Passeig de Recoletos, 23.

Marc Chagall. Les Pâques, 1968 © Marc Chagall / VEGAP, Madrid, 2024
La Fundació Mapre propose un regard inédit sur l'œuvre de Chagall et une rétrospective soignée de Christer Strömholm
bonart madrid - 08/02/24

La Fondation MAPFRE a présenté deux nouvelles expositions Chagall le 31 janvier. Un cri de liberté et Christer Strömholm. Les deux artistes ont vécu très différemment les événements historiques européens de la première moitié du XXe siècle et nous confrontent à travers leur travail.

Chagall. Un cri de liberté'

Tout au long de sa vie, Marc Chagall a vécu certains des événements les plus traumatisants du XXe siècle, dont les deux guerres mondiales, qui l'ont contraint à vivre le déracinement et la migration, une condition incarnée par les figures qui peuplent tant de ses tableaux. De son enfance en Russie, où il est né, en passant par la France, l'Allemagne, la Palestine et les États-Unis, jusqu'à son retour en France après sept ans d'exil, l'exposition fait le tour complet de son parcours artistique.

[fichier857c0]

Au mépris des préceptes de ses racines hassidiques, qui restreignaient la représentation d'images tridimensionnelles pour éviter la tentation de l'idolâtrie, Chagall commença très tôt sa carrière d'artiste. Peut-être cette restriction est-elle une des raisons pour lesquelles sa peinture reste toujours dans le domaine de la représentation figurative. Marquée par les vicissitudes de la vie, son œuvre évolue dans un monde entre réel et imaginaire, montrant cependant l'engagement profond de son auteur envers l'homme et ses droits, envers l'égalité et la tolérance entre les êtres.

Cette exposition, organisée par Ambre Gauthier et Meret Meyer, aborde sous un angle nouveau certaines des problématiques qui préoccupaient le plus l'artiste. Le travail d'archives et le travail de recherche approfondi mené pour ce projet cherchent à ouvrir les voies d'une nouvelle lecture de l'œuvre de Chagall et à mettre en lumière sa foi inébranlable dans l'harmonie et la paix universelles, en établissant des regards et des dialogues croisés avec l'histoire qui s'écrivait.

Avec un parcours chronologique et thématique, l'exposition est composée de plus de cent soixante œuvres et de plus de quatre-vingt-dix documents, pour la plupart inédits, issus des archives Marc et Ida Chagall. Il sera également possible de voir, pour la première fois, une sélection d'écrits de l'artiste en yiddish, sa langue maternelle, dans lesquels il exprime de préférence ses engagements politiques et humanistes.

L'exposition met en valeur la présence de certaines œuvres clés de la carrière de l'artiste et le discours de l'exposition comme la Commedia dell'arte, qui accueille le visiteur. Dans cette œuvre aux dimensions monumentales, commandée à l'artiste pour le théâtre de Francfort après la Seconde Guerre mondiale, Chagall compare le spectacle du cirque au caractère tragique de l'existence humaine.

La tournée met également en lumière The Green Violinist, prêt exceptionnel du Solomon R. Guggenheim Museum de New York, un tableau dans lequel l'artiste reflète son propre sentiment de déracinement après avoir quitté définitivement la Russie en 1922, à travers la représentation du violoniste, un élément clé figure des cérémonies juives, errant sans but sur les toits de sa ville natale. En revanche, La crucifixion en jaune, réalisée pendant la Seconde Guerre mondiale, alors que l'artiste était en exil, symbolise la souffrance du peuple juif à travers la représentation du Christ avec le tissu de prière blanc ou talith autour des hanches.

Parmi les travaux réalisés au cours des dernières décennies de sa vie, se distinguent les études pour les ensembles monumentaux autour du thème de la paix, comme celles pour les vitraux du siège des Nations Unies à New York ou celles pour les vitraux fenêtres de la chapelle des Cordelers de Sarrebourg.

Enfin, La Chute d'Icare clôt la visite et fonctionne comme une métaphore avec laquelle l'artiste montre comment seul l'engagement en faveur de l'égalité, de la liberté et du respect d'autrui peut nous éviter de tomber dans le vide, tout en illustrant l'exploration des techniques, des couleurs et des empâtements qui figurent dans les dernières œuvres de l'artiste.

L'exposition est co-organisée par la Fondation MAPFRE, la Piscine – Musée d'Art et d'Industrie André-Diligent, Roubaix, et le Musée National Marc Chagall, Nice.

[fichier917d8]

Christer Strömholm

Par ailleurs, la Fondation a présenté l'exposition rétrospective du photographe suédois Christer Strömholm (Stockholm, 1918-2002), l'un des artistes les plus emblématiques de la photographie européenne d'après-guerre, dont la plus grande reconnaissance lui est venue un peu tard, lorsqu'il a reçu le prix le prix Hasselblad en 1997.

A seulement seize ans, Christer Strömholm vit un événement traumatisant qui marquera sa vie et sa carrière artistique : le suicide de son père. Cet événement, ainsi que sa participation à la guerre civile espagnole et à la Seconde Guerre mondiale, ont fortement marqué sa vie et son œuvre, qui seront toujours empreintes d'humanisme et d'engagement social, qui se conjuguent à un certain caractère documentaire.

Dès son plus jeune âge, Strömholm a voyagé partout dans le monde. Après la guerre, en 1947, il revient à Paris, où il se rend compte que l'image photographique lui permet de s'exprimer selon ses envies, à partir de là il ne cessera de faire des images.

Dans la sélection d'images, vous pouvez voir celles fabriquées en Espagne. Strömholm est arrivé dans notre pays en 1938, en pleine guerre civile, alors qu'il avait vingt ans, ce qui signifiait l'éveil de sa conscience politique, puisqu'il agissait occasionnellement comme facteur pour les Républicains.

À la fin des années 1950, il revint à nouveau, cette fois comme guide touristique lors de voyages en bus depuis la Suède. Il a ensuite visité des lieux tels que Barcelone, Madrid et Palma de Majorque. Ce travail lui donne l'occasion de photographier des milieux urbains, des prostituées, des gardes civils, des marines américains, des aumôniers et des enfants.

Avec le poète et écrivain Lasse Söderberg, il se rendit de nouveau en Espagne en 1962 et 1963. Bien des années plus tard, en 2013, fut publié le livre Resa i svímhort [Voyage en noir et blanc], dans lequel ils racontèrent comment ils avaient vécu la réalité sociale. du pays sous le régime franquiste.

L'exposition présente plus de cent cinquante images et divers documents d'archives, parmi lesquels le film Blunda och es [Fermez les yeux et la voix], réalisé par son fils Joakim Strömholm en 1996.

Le parcours d'exposition plonge dans la vie et l'œuvre de Christer Strömholm : depuis sa participation au groupe allemand Fotoform, au début des années cinquante, en passant par ses multiples voyages à travers le monde, la photographie urbaine et les portraits d'artistes.

Nial nou-180x178Eude, generic

Ils peuvent vous
intéresser
...