GA_Online_BONART_1280X150

Des expositions

Le Musée Frédéric Marés brise les préjugés sur l'art religieux avec « Émotions ». Images et gestes du passé et du présent

L'exposition est une réflexion sur la manière dont un art très éloigné de notre époque peut acquérir une nouvelle vie en le mettant en relation avec le monde contemporain et un art basé sur des émotions communes à différentes époques historiques.

Museu Frederic Marès. Foto: © Pep Herrero
Le Musée Frédéric Marés brise les préjugés sur l'art religieux avec « Émotions ». Images et gestes du passé et du présent
bonart barcelone - 27/11/23

Le Musée Frédéric Marés présente, du 30 novembre au 26 mai, l'exposition Émotions. Images et gestes du passé et du présent visibles du 30 novembre au 26 mai 2024. L'exposition rassemble des sculptures du XIIe au XVIe siècle de la collection en dialogue avec des œuvres d'artistes du XXe siècle comme Lucio Fontana et Antoni Tàpies ou du XXI comme Bill Viola. Le musée invite ainsi le visiteur à reconnaître et à se laisser emporter par des émotions passagères et à briser les préjugés avec l'art religieux. Ainsi, une réflexion est présentée sur la manière dont un art très éloigné de notre époque peut acquérir une nouvelle vie en le mettant en relation avec l'art contemporain. La relation et le transit entre la tristesse et la joie sont le thème central de l'initiative.

Le directeur du Musée Frédéric Marès, Salvador Garcia, a expliqué que l'exposition voulait donner "un nouveau sens" aux sculptures du musée. "On peut trouver un Lucio Fontana à côté d'une Pieta du XVIe siècle ou l'art vidéo de Bill Viola avec une divinité mère", a-t-il donné en exemple.

[fichier239a8]

Marès utilise le fil conducteur des émotions que l'on retrouve dans toutes les œuvres d'art. "À travers le discours explicatif et la mystique médiévale, ils nous permettent de voir les émotions du Moyen Âge et de la Renaissance également dans les œuvres contemporaines", a-t-il expliqué.

Garcia a précisé que les sculptures exposées sont religieuses et chrétiennes mais que "de nombreuses interprétations" peuvent en être faites. "On peut retrouver des émotions intemporelles et, même si on ne se reconnaît pas dans une croyance, on peut être ému en voyant les émotions représentées dans les œuvres", souligne-t-il.

Le parcours veut revendiquer les émotions représentées dans les sculptures, celles que les fidèles de l'époque médiévale avaient devant les images auxquelles ils priaient et celles que le visiteur peut avoir dans la contemplation et sur le parcours proposé. "Il s'agit d'articuler un discours entre tradition et contemporanéité", a-t-il conclu.

[fichier80b67]

L'exposition, organisée par Dra. Victoria Cirlot, a les zones de douleur, de blessure et de gloire autour de la figure de Marie. Chaque section présente une exposition avec d'autres œuvres d'art, telles que des manuscrits et des peintures médiévales, qui contextualisent les images et les gestes des pièces exposées. Le discours est accompagné de citations et de poèmes de mystiques médiévales comme Juliana de Norwich ou Ángela de Foligno.

Parmi les pièces que le visiteur peut voir se trouvent trois maresdedeu appartenant à deux calvaires et un saint enterrement de la collection du musée. Ces sculptures dialoguent avec la vidéo Observance (2002) de Bill Viola, qui montre un flux de personnes exprimant leurs émotions devant un événement qui reste invisible aux yeux du spectateur.

La blessure que le Christ reçut alors qu'il était sur la croix faisait l'objet d'une dévotion particulière au Moyen Âge. C'est pour cette raison que sont exposées deux pietías, un Christ crucifié et une divinité mère de la collection qui peuvent être associées aux œuvres d'Antoni Tàpies et de Lucio Fontana. Également avec la vidéo Study for Emergence de Bill Viola (2002).

CC_Online_BONART_180X180Eude, generic

Ils peuvent vous
intéresser
...

Bonart_banner-1280x150_FONS-AVUI-90