0524-banner-bonart-CarlesPiqueras-1280x107px

avis

Le cinéma de l'École de Barcelone

Teresa Gimpera, musa icònica de la Gauche Divine. Fotografia de Leopoldo Pomés.
Le cinéma de l'École de Barcelone

Les années 60 ont vu naître le cinéma de l'école de Barcelone, un mouvement moderne, différent, expérimental, intellectuel et antifranquiste.

Le cinéma européen, dans les années 1960, abandonne le cinéma conventionnel pour entrer dans l'avant-garde. En Catalogne, le cinéma de l'École de Barcelone s'est démarqué, dont nous parlerons tout de suite. Mais d'abord, plaçons-nous dans l'époque. En France, c'était le temps de la Nouvelle Vague ; en Angleterre, du Free Cinema, et aux USA, de l'école de New York. Dans ce contexte, l'entrepreneur et promoteur culturel catalan Oriol Regàs i Pagès (Barcelone 1936-2011), fondateur de la discothèque Bocaccio et de lieux tels que La Cova del Drac, Up&Down, Via Veneto et, sur la Costa Brava, du Maddox, Discothèques Paladium et Révolution, il était l'âme de la Gauche Divine de notre pays (un mouvement d'artistes et d'intellectuels qui s'est formé autour de Bocaccio) et il a poussé un groupe de personnes à essayer de faire un cinéma moderne, différent, de base expérimentale, avec une forte impulsion intellectuelle charge et un ton anti-franquiste qui, surtout, s'éloigne le plus possible du cinéma qui se fait à Madrid et dans le reste de l'État, tant en termes de contenu que de forme de production, d'autofinancement ou de recherche de ressources financières grâce à un système coopératif.

Les cinéastes catalans les plus marquants du mouvement

Avec ces critères, l' École de Barcelone émergerait, un terme souvent utilisé dans le magazine Fotogramas par le producteur Ricardo Muñoz Suay, l'un des membres du groupe, pour définir le mouvement, qui comprenait Joaquim Jordà -considéré comme l'idéologue du groupe- , Jacinto Esteva, Vicente Aranda, Carles Duran, José María Nunes, Ricard Bofill, Jordi Grau, Pere Portabella, Jaume Camino, Llorenç Soler, Gonzalo Suárez, Roman Gubern et Joan Amorós. Ils ont également entretenu une relation intense avec Serena Vergano, Romy, Teresa Gimpera -qui serait sa muse-, Luis Ciges, Enrique Irazoqui, Leopoldo Pomés et d'autres.

Les films phares du mouvement

Le film clé de ce mouvement était Dante n'est pas seulement sévère (1967), de Joaquim Jordà et Jacinto Esteva. A noter également Noche de vino tinto (1965-66) et Biotaxia (1967), de José María Nunes ; Fata Morgane (1965), de Vicente Aranda ; A chaque fois... (1967), de Carles Duran ; Ditirambo (1967), de Gonzalo Suárez, ou Ne comptez pas sur vos doigts (1967) et Nocturn 29 (1968), tous deux de Pere Portabella.

Le cinéma de l'École de Barcelone n'a pas communiqué avec le public ou les critiques

Malgré les bonnes intentions du mouvement et le fait que certains des créateurs du groupe aient réalisé, séparément, des œuvres plus ou moins importantes, la soi-disant école de Barcelone n'a pas trouvé grâce auprès du public ou de la critique , qui, à quelques exceptions près, il y voyait un feu de bois prétentieux, très esthétique et sans fondement. Un cinéma très intellectuel et avant-gardiste, plus snob qu'avant-gardiste et qui a décliné lorsque la censure a été renforcée en Espagne (1969-70), ce qui signifie que les nouvelles œuvres de ses membres connaissaient l'underground et les circuits alternatifs, en dehors des circuits réglementés. cinéma, même de ce qui était projeté dans les salles "d'art et de répétition". Dans les prochains articles, nous retiendrons certains de ses membres (Joaquim Jordà, José María Nunes) et, aussi, la rencontre avec Jacinto Esteva, Francisco Rabal et Mijanou Bardot lors du tournage de Después del diluvio (1968) à Gérone.

inclassificablesLa-Galeria-201602-recurs

Ils peuvent vous
intéresser
...

GC_Banner_TotArreu_Bonart_817x88