JP_Bonart-1280x150px-Online-

International

2023 : année Picasso. 50 ans depuis la mort de l'artiste

Retrat de Pablo Picasso a l’estudi de Notre- Dame-de-Vie, Mougins, abril 1965. Fotografia, André Gomès, abril del 1965, Museu Nacional Picasso - París. Foto © RMN-Grand Palais (Museu Nacional Picasso-París) / Michèle Bellot ©André Gomes ©Succession Picasso 2022
2023 : année Picasso. 50 ans depuis la mort de l'artiste
Rosa Gutiérrez - 19/07/23

2023 est l'année de Picasso en commémoration du 50e anniversaire de sa mort. Diverses activités ont été programmées sous la bannière Celebracício Picasso 1973-2023.

Icône de l'art du XXe siècle et première célébrité de l'avant-garde, Pablo Picasso est probablement le créateur contemporain qui a le plus retenu l'attention des chercheurs, conservateurs, musées et autres institutions culturelles. Alors qu'il semble que tout a déjà été dit sur sa personne et qu'il ne reste plus de zones sombres pour éclairer son œuvre, cette année 2023 est entièrement consacrée à revisiter sa figure à l'occasion de la commémoration du cinquantième anniversaire de sa mort. Sous la bannière Celebración Picasso 1973-2023, un riche programme d'activités a été programmé, qui comprend une cinquantaine d'expositions et la tenue d'un symposium international sur l'artiste, dans des musées et institutions en Europe et aux États-Unis ; l'essentiel des éphémérides est concentré en Espagne et en France, patries de naissance et d'adoption des Malgaches. Bien que les propositions soient très diverses dans leur ambition et leur envergure, il convient de souligner l'effort de coordination réalisé par la commission franco-espagnole en charge de l'organisation de l'événement. Face aux réticences et aux soupçons des plus méfiants, Picasso nous réserve cette année des surprises. Si l'on fait un rapide tour d'horizon de la programmation, une part importante des échantillons est consacrée à revoir certaines étapes de l'œuvre de Picasso, de sa période de formation (Museo de Belas Artes da Coruña) ou de ses débuts à Paris (The Solomon R. Guggenheim Museum , New York) jusqu'à ses dernières années (Fondation Beyeler, Bâle ; La Casa Encendida, Madrid), traversant des moments décisifs de sa carrière, comme Picasso 1906 : la grande transformation (MNCARS, Madrid) ou Picasso à Fontainebleau (MoMA, Nouvelle York). Avec cette même approche historiographique, une autre grande ligne d'expositions analyse les différents langages et moyens d'expression que l'artiste a fréquentés : la sculpture (Museo Picasso, Málaga), la céramique (Musée Magnelli, Vallauris) ou encore le dessin et la gravure (Centre Pompidou, Paris). ). Soit ils se concentrent sur des genres, des motifs ou des séries, comme les propositions du Mint Museum à Charlotte (le paysage) ou de l'Hispanic Society Museum (La Celestina) et du Met Museum à New York (Picasso : une commande cubiste à Brooklyn).

Artiste protéique

Picasso, artiste protéiforme et véritable génie du transformationnisme, a non seulement transcendé les styles et les tendances, phagocytant les influences et se réinventant à chaque pas, mais aussi puisé dans le grand réservoir de la tradition, se confrontant aux grands maîtres. Outre l'empreinte de Poussin et du classicisme français sur le peintre cubiste (Musée des Beaux-Arts, Lyon), la plupart des expositions explorent l'héritage de l'école espagnole : El Greco (Museo del Prado, Madrid ), Velázquez (Casa Velázquez, Madrid) et Goya (Musée Goya, Castres). Parmi les dialogues avec des artistes contemporains, Julio González, Pablo Picasso et la dématérialisation de la sculpture (Fondation Mapfre, Madrid) explore la collaboration entre les deux créateurs dans le cadre de l'invention de la sculpture en fer, tandis que Miró - Picasso (Musée Picasso de Barcelone, Fundació Joan Miró) reconstruit la relation entre les peintres et leurs liens avec Barcelone. Au-delà des artistes ou des styles, des expositions comme Picasso et l'abstraction (Musées Royaux de Beaux-Arts, Bruxelles) ou Picasso et la préhistoire (Musée de l'Homme, Paris) nous invitent à découvrir de nouvelles constellations de références dans la production du peintre.

[fichier49286]

Revue du mythe

Avec une volonté révisionniste déterminée, Cubism and the tradition of trompe-l'oeil (The Met Museum, New York) démonte plusieurs des clichés construits par l'historiographie autour du binôme cubisme-peinture illusionniste. Aussi Picasso. Le sacré et le profane (Museo Thyssen-Bornemisza, Madrid) propose une relecture de l'œuvre de Picasso à partir des genres traditionnels. La complicité que Picasso a tissée avec les marchands et les collectionneurs mérite l'attention de quelques échantillons qui approfondissent la relation avec son premier galeriste, Daniel-Henry Kahnweiler (Musée Picasso, Barcelone), ou avec sa grande mécène, Gertrude Stein (Musée du Luxembourg, Paris) .

Point de vue féministe

Picasso et la femme, Picasso et ses femmes. À l'ère de l'autonomisation, de #metoo et de la culture éveillée, une perspective féministe ne pouvait pas manquer. Ainsi, plusieurs expositions sauvent et revendiquent le rôle de certaines amantes et épouses du peintre : Fernande Olivier (Musée de Montmartre, Paris) et Fernande aux côtés de Françoise Gilot (Kunstmuseum Pablo Picasso, Münster). Outre leurs partenaires, d'autres créateurs, comme Coco Chanel, dans le cadre de leurs collaborations avec l'artiste, font l'objet d'expositions comme celle du musée Thyssen à Madrid. Du point de vue des gender studies actuelles, Picasso et le féminisme (Brooklyn Museum, New York) s'intéresse directement à la « question féminine » chez un artiste parfois qualifié de Don Juan, misogyne ou abuseur. Hors de tout cadre, les interventions de la vidéaste Sophie Calle et du designer Paul Smith restent dans les collections du Musée Picasso à Paris. Bref, un menu à la carte pour tous les palais.

inclassificablesBanners_Arxiu_180x180

Ils peuvent vous
intéresser
...

Bonart_banner-1280x150_FONS-AVUI-90