Premi_Bonart_1280x150

Bibliothèque

Quatre révolutions conceptuelles

Quatre révolutions conceptuelles

Il n'y a pas de tâche plus titanesque que de devoir écrire un texte unitaire sur quatre livres apparemment déconnectés. Seul le métier de critique peut venir à bout d'une entreprise comme celle-ci, celle de trouver le fil conducteur de quatre ouvrages publiés à des époques différentes et sur des thèmes apparemment éloignés alors même qu'ils rentrent dans la catégorie de l'art. De Bonart, on me demande la relecture conjointe de quatre merveilles : Pinturas , d'Óscar Astromujoff avec des poèmes sur les asiles de fous de Leopoldo María Panero (Ambit) ; Ce que nous ne voyons pas, ce que l'art voit , de Graciela Speranza (Anagrama); Sin figuración, poca diversion , d'Óscar Tusquets Blanca (Tusquets), et Maternasis , de Núria Pompeia (Kairós). Au-delà du fait que deux des auteurs s'appellent Oscar, il ne semble pas y avoir de parenté, n'est-ce pas ? Bon, allons-y, car il y a un concept qui les relie tous les quatre : la révolution artistique, la nouveauté, la transgression et, pourquoi pas, le malaise du spectateur.

[fichier28439]

Le livre catalogue de Núria Pompeia est un livre culte et une icône du féminisme publié pour la première fois en 1967 et qui a représenté une double révolution tant dans le domaine du design graphique que du point de vue sur la maternité. Entre esthétique zen et contre-culture, Pompeia sait transmettre le sac d'émotions qu'implique une grossesse, de la fécondation au moment délicat de l'accouchement. Dans la même lignée révolutionnaire, les peintures noires d'Óscar Astromujoff, illustrées par la poésie folle et magistrale de Leopoldo María Panero, représentent une vision hallucinante de la vie. Le résultat est la peinture d'une langue ou calligraphie peinte. La lucidité droguée et la violence expressive rompent avec le panorama habituel et reclus de l'art qui détruit les salles et les centres culturels comme s'il s'agissait d'une usine de churros. Révolutionnaire donc, car intense, innovante et inconfortable. Le livre de Gabriela Esperanza s'appuie sur le pouvoir inépuisable de l'art pour rendre visible l'invisibilité de deux enjeux qui menacent l'humanité au XXIe siècle : la catastrophe environnementale et l'immersion dans un monde de plus en plus numérique. Où est la révolution de cette apparente évidence que nous connaissons tous ? Eh bien, très simple : à travers les lectures fragmentaires de romanciers novateurs tels que Karl Ove Knausgard, ou les concerts arachnocosmiques de Tomás Saraceno, ou la téléphotographie de Trevor Paglen, l'auteur tire des conclusions intelligentes et fait une critique énergique de la grande capacité de l'art à recalibrer notre place sur la planète, briser la toile qui nous lie et apprendre à regarder au-delà de l'opacité qui tente de nous aveugler. Enfin, les certitudes d'Óscar Tusquets se concrétisent en une : il cherche l'émotion et ici (dans le monde) il ne trouve qu'un manque de transcendance. Selon Tusquets, dans le livre illustré de photographies d'Eva Blanch, l'art abstrait – terme impropre – ne trouve aucune sorte de thème universel (amitié, amour, passage du temps, humour, souvenirs, mort). Le concept révolutionnaire de la tournée des Tusquets est la défense acharnée de la figuration, une apologie qui contraste avec l'énorme dose d'abstraction qui emplit nos galeries d'art. Parce que l'art figuratif est utile. Ce sont des textes révolutionnaires dans la mesure où ils mélangent des écrits d'il y a trente ans et dont les idées n'ont pas du tout pris une ride avec des réflexions écrites aujourd'hui qui éveillent le lecteur et ne le laissent pas de repos.

[fichier5186f]

Comme le soulignait déjà Richard Wagner en 1849 dans son essai L'œuvre d'art du futur , elle ne surgira pas des fondements sales de notre culture actuelle, ni des fondements dégoûtants de notre éducation, ni des conditions qui donnent dans notre culture moderne civilisation la seule base concevable pour qu'elle existe. Tout cela n'est que l'artifice d'une culture contre nature. La révolution conceptuelle configure des transformations systémiques de la perception, de l'interprétation, des croyances, des relations qui obligent tant la subjectivité humaine que l'intersubjectivité à réorganiser un tout et les parties qui lui sont attribuées comme une véritable transformation des savoirs et des liens sujet - objet

Dans ces quatre livres révisés que nous recommandons avec ferveur, Astromujoff, Speranza, Tusquets et Pompeia suivent le sillage de la révolution artistique, la comprenant - séparément mais en même temps reliée par un trou de ver conceptuel - comme une nouvelle façon de regarder la réalité. et surtout savoir le transmettre aux néophytes qui traversent encore la vie en séparant ou en étiquetant la réalité parce qu'on ne sait pas la lire.

BANNERS BONART_180x180JP_Bonart-180x180-Online_

Ils peuvent vous
intéresser
...

Bonart_banner-1280x150_FONS-AVUI-90