BANNER MY BESTYS 7

nouvelles

Remise des Prix nationaux de la culture : Rosa Fabregat, Núria Guiu, PEN Català, Jordi Casanovas et Càntut

Remise des Prix nationaux de la culture : Rosa Fabregat, Núria Guiu, PEN Català, Jordi Casanovas et Càntut
bonart barcelone - 29/05/22

Le Conseil national de la culture et des arts (CoNCA) a décerné les Prix nationaux de la culture à la danseuse et chorégraphe Núria Guiu, à l'association d'écrivains PEN Català, au dramaturge Jordi Casanovas, au projet culturel Càntut et à l'écrivain Rosa Fabregat dans un acte de proclamation et remise à la Fundació Miró de Barcelone.

Cette année, les prix ont été remis par des personnes ayant un lien professionnel avec les lauréats. Selon la Plénière de la CoNCA, jury des Prix, ils rassemblent l'engagement envers la culture et la société catalanes. Il a également valorisé sa richesse d'approches, sa liberté de création et d'expression, tant dans ses longues carrières que dans ses talents émergents. Les lauréats illustrent également par leur travail les valeurs d'innovation, de circulation des idées et d'autocompréhension de la réalité complexe de notre temps. Ils sont pionniers dans leur domaine sans cesser d'établir des liens avec les racines et la tradition.

L'événement a réuni le président de la Generalitat de Catalunya, Pere Aragonès, le secrétaire général du ministère de la Culture, Jordi Foz et des représentants du secteur culturel. Cette année, les Prix nationaux de la culture célèbrent leur quatre-vingt-dixième anniversaire, évoluant depuis 1932 lorsqu'ils s'appelaient Prix littéraires et musicaux de la Generalitat, il s'agit de la 47e édition car ils ont été interdits pendant la guerre civile et n'ont été repris qu'en 1982 par la Generalitat. Depuis 2020, la Plénière de la CoNCA, composée de Vinyet Panyella, Margarida Troguet, Jordi Font, Tania Safura Adam, Jaume Ayats, Salvador Casals et Núria Iceta reconnaît chaque année cinq personnes ou entités équilibrant les critères de genre, de discipline, de trajectoire et de territoire.

À partir d'aujourd'hui commence l'Année du lauréat du Prix 2022, où la figure et le travail des lauréats seront connus à travers différentes activités à travers le pays afin de les rapprocher du public. La photographe et artiste Tanit Plana a été chargée des portraits officiels. Parmi les activités les plus remarquables, il y aura un documentaire en hommage aux Prix nationaux de la culture qui sera présenté en première par Televisió de Catalunya, et se poursuivra avec l'exposition itinérante dans les bibliothèques. Le président de la CoNCA, Vinyet Panyella, a inauguré l'événement en soulignant que « nous sommes un pays culturellement riche, diversifié et pluriel, avec sa propre langue qui doit être défendue dans sa dignité, son intégrité et sa plénitude de par la vocation d'universalité de notre culture ». "et que" le panorama culturel et créatif de la Catalogne aujourd'hui est une réalité splendide grâce à des dizaines et des centaines de personnes qui y travaillent de la créativité et du professionnalisme, il s'agit de trajectoires prolongées dans le temps ou d'expériences qui éclatent, créant des tendances qui cesseront bientôt d'émerger et deviendront des références ».

Nuria Guiu

La danseuse et chorégraphe, Núria Guiu, a reçu le Prix national de la culture pour sa proposition de langage artistique et son propre code en tant que créatrice où elle enquête en tant que chorégraphe sur la relation de la danse avec l'environnement numérique, toujours dans une perspective socio-anthropologique. Diplômée de l'Institut del Teatre en danse classique, elle a fait partie d'IT Dansa et a depuis travaillé comme danseuse dans diverses compagnies internationales. En plus de son excellence artistique, il bénéficie d'une grande projection nationale et internationale, qui a trouvé un soutien dans diverses structures et festivals à travers l'Europe. Le prix lui a été remis par la danseuse et chorégraphe Catherine Allard, Prix national de la danse 2001. Dans son allocution, elle a expliqué que la danse lui a permis de se réinventer et de vaincre l'anorexie, a-t-elle ajouté : il est vital que la danse accueille et donne la parole à de nouveaux langages et les codes que les jeunes utilisent pour danser. »

PEN catalan

L'Association catalane des écrivains PEN, qui célèbre cette année son centenaire, a reçu le Prix national de la culture pour ses cent ans de défense continue de la liberté d'expression, de la littérature et de la langue catalanes. Le PEN catalan est le troisième des centres créés dans le monde à partir de l'appel du PEN Club, né à Londres en 1921, pour créer un réseau international de défense de la libre circulation des idées et de la liberté d'expression dans le monde. C'est un exemple de la valeur de la création, de la solidarité et du franc échange entre les littératures et les cultures en nos temps turbulents et une manière de rappeler que les conflits, la censure et la violence peuvent toujours trouver un espace de paix dans les lettres, dans les arts . Son directeur, Àngels Gregori, a reçu le prix au nom de l'organisation et l'artiste visuel Joan Fontcuberta, Prix national des arts visuels 2011, était chargé de remettre le prix. Angels Gregori a remercié le PEN catalan pour sa reconnaissance, soulignant les 100 ans d'histoire de l'organisation, où ils ont fermement maintenu leur responsabilité et leur engagement envers la parole.

Jordi Casanovas

Le dramaturge, Jordi Casanovas, a reçu le Prix national de la culture pour sa proposition de théâtre documentaire à composante sociale et politique qui lui a permis de dénoncer des aspects de notre société que nous ne trouvons pas normalement sur scène. Son exercice de déconstruction par rapport à la société catalane ou dans sa capacité à se comprendre a également trouvé des éloges dans d'autres parties du monde. Il a écrit plus de trente textes et a été promoteur de projets pour la diffusion du théâtre catalan contemporain. Une constante dans ses créations a été la réflexion sur la violence et la peur. Le prix lui a été remis par la dramaturge et scénariste Cristina Clemente. En recevant le prix, Casanovas a souligné que « le niveau de notre dramaturgie est fascinant dans le monde entier. Il y a de plus en plus de références au théâtre comme outil pour secouer les citoyens et faire tomber les frontières. Nous devons tout faire pour que la culture et en l'occurrence la dramaturgie théâtrale soient toujours accessibles à tous ».

En chantant. Chants de tradition orale

Le projet culturel, Càntut, a été récompensé pour la valeur du projet né en 2012 qui collecte et diffuse le patrimoine musical de transmission orale des comtés de Gérone, avec une claire vocation intergénérationnelle et pour valoriser la tradition en la rapprochant de la présent, ainsi que le succès dans l'innovation et la capacité de projeter un aspect souvent sous-estimé de la culture. Càntut a su construire un projet qui a une dimension patrimoniale dans la collecte de chansons folkloriques, une dimension communicative pour l'organisation du festival annuel et d'autres événements publics, qui favorisent les espaces de rencontre et de participation, et une dimension culturelle pour la production de des enregistrements qui favorisent la création de nouvelles références. Francesc Viladiu i Illanas et Albert Massip i Pinatella, co-responsables du projet, ont reçu le prix au nom de l'organisation et le musicien, chercheur et diffuseur du folklore catalan, Artur Blasco, Prix national de la culture populaire 2004, a été en chargé de le livrer. Albert Massip a remercié pour la reconnaissance et a tenu à partager qu'« il n'y a pas si longtemps on chantait beaucoup et partout, c'était une nécessité, une forme de communication. Nos grands-parents le faisaient normalement, mais aujourd'hui nous l'avons délégué aux professionnels. Nous sommes aussi, en partie, ce que nous chantons. Il faut redonner vie à ces chansons pour qu'elles puissent être à nouveau chantées en communauté ».

Rosa Fabregat

L'écrivaine Rosa Fabregat a reçu le Prix national de la culture pour sa longue carrière littéraire et son engagement culturel depuis qu'elle a commencé à écrire à l'âge de 14 ans. Elle a surtout cultivé la poésie, mais aussi des romans et des essais, issus de lieux innovants pour sa génération, comme la science-fiction et le féminisme. Son parcours littéraire est constant et prolongé, toujours attentif aux enjeux contemporains, sans renoncer à la confrontation entre réalité et interprétation lyrique. Il allie sa vocation littéraire à sa vocation scientifique. Elle a un doctorat en pharmacie et a été la première présidente de la Société catalane de science-fiction et fantastique. L'écrivain Laia Noguera lui a remis le prix. L'écrivaine de 89 ans est très reconnaissante de la reconnaissance de sa longue carrière. Elle a terminé son discours en s'exclamant "Vive la Catalogne libre et féministe". Enfin, le président de la Generalitat, Pere Aragonès, a conclu l'événement en soulignant que « les Prix nationaux de la culture décernés par la CoNCA sont des reconnaissances nécessaires pour responsabiliser les citoyens et offrir les outils dont la société a besoin pour devenir véritablement libres et, pour les deux, promouvoir un pays meilleur et une société meilleure, une société non conformiste avec une volonté d'aller de l'avant ».

Nial nou-180x178Banner_MaquinesdelTemps_300x250

Ils peuvent vous
intéresser
...

Banner_MaquinesdelTemps_970x250