FCC-Segell-banner4
Les "Llim" de Lara Fluxà et Oriol Fontdevila, représentent le pavillon de la Catalogne et des Baléares à la Biennale d'art de Venise

Nouvelles

Les "Llim" de Lara Fluxà et Oriol Fontdevila, représentent le pavillon de la Catalogne et des Baléares à la Biennale d'art de Venise

Jordi Grau venise - 20/04/22
Part de la instal·lació Llim de Lara Fluxà al pavelló Català I balear de Venècia.
Banner_bonart_Espai_del_Peix_OCT21_AWBaner_HaPicasso_Bonart_360x356

Llim 'est la proposition avec laquelle la Catalogne et les îles Baléares participent à la Biennale de Venise, un projet organisé par le chercheur Oriol Fontdevila avec le travail de l'artiste Lara Fluxà, qui place l'eau et le verre comme éléments consubstantiels de l'histoire de la ville.

Entre aujourd'hui, 20 avril et 27 novembre, la 59e édition de la Biennale d'art de Venise comprend un projet produit par l' Institut Ramon Llull qui, avec le nom de Llim , met l'eau et le verre. Organisé par l'écrivain et chercheur spécialisé dans les pratiques artistiques et l'éducation Oriol Fontdevila (Manresa, 1978), Llim est la recherche de la base matérielle pour comprendre la configuration même de Venise, un organisme créé à partir de ce que le commissaire définit comme une « pléthore de concepts ”. Le limon, la boue, est un organisme qui rend compte d'une séquence infinie de transitions, c'est ce qui a donné naissance à la ville.

Au milieu de l'eau et du verre Le projet Catalogne à la Biennale est l'œuvre de l'artiste Lara Fluxà (Palma, 1985), diplômée en Beaux-Arts et titulaire d'un master en Production et Recherche Artistiques qui a enseigné des cours sur le verre au Centro Nacional del Glass de Ségovie, Barcelone et l'école de céramique de La Bisbal d'Empordà. La chaux est un déversement continu, une séquence infinie de transitions dans laquelle la matière change constamment d'état pour qu'elle se confond imperceptiblement et donne lieu à la continuité. C'est sa vitalité et en même temps sa fragilité.

Venise a été fondée au milieu de l'eau, et le verre a été l'un des savoir-faire qui s'y est développé, notamment à Murano. "C'est pourquoi Lara et moi avons trouvé intéressant d'intervenir dans l'eau elle-même. Elle génère généralement ce qu'elle appelle des ventres ou des sacs en verre. Et nous voulions générer une structure comme celle-ci mais, au lieu d'eau propre ou d'huile ou de lait, dans ce cas, nous injectons de l'eau des mêmes canaux à Venise », explique Oriol Fontdevila. Pour ce faire, ils ont créé une grande infrastructure, un pseudo-canal qui traverse l'espace que la Catalogne a dans la Biennale. "C'est une structure en verre, un gros tuyau dans lequel interviennent d'autres matériaux comme le plastique ou le caoutchouc, les structures du Lara qui s'enchaînent permettent cette circulation de l'eau à l'intérieur et à l'extérieur du pavillon", explique Fontdevila.

Jeu poétique sur Venise

Avec ce canal de verre, ils visent à générer une surface unilatérale non orientable, qui a été décrite en 1882 par le mathématicien allemand Felix Klein. "'C'est une bouteille qui va à l'intérieur de la même bouteille et qui génère comme une sorte de circuit fermé, dans lequel il n'y a ni extérieur ni intérieur mais du coup un effondrement de ce qui serait intérieur-extérieur et aussi le vers et l'envers de la surface" , décrit Oriol Fontdevila. Le canal de verre qui transporte l'eau du canal San Pietro à travers le pavillon est une sorte de bouteille de Klein entre l'histoire du verre et de l'eau qui se produit à Venise comme les deux faces d'une même pièce. "Le verre et l'eau sont des matériaux qui ont une coïncidence matérielle très exacte car ils peuvent changer d'état de manière réversible", a déclaré le commissaire. L'eau peut devenir solide et redevenir liquide, et le verre peut. "Le verre est considéré comme un liquide temporairement stable, pas même comme un solide. Cette réversibilité entre les matériaux nous fait penser que le verre et l'eau ont interagi de manière collaborative pour donner naissance à un phénomène comme Venise. « Venise est une ville qui retient l'eau et donc entre le solide et le liquide, et spécialise son industrie dans le travail d'un matériau qui est lui aussi en permanence entre le solide et le liquide. Construire un canal en verre, en quelque sorte, veut parler de ce geste. Si à Venise l'infrastructure est l'eau et le contenu est le verre, dans notre pavillon l'ordre est changé. C'est une sorte d'échange, comme un jeu poétique entre les deux éléments qui se rejoignent dans la ville », explique Oriol Fontdevila.

Faits de l'eau et de l'eau

Il y a un élément important, le slime, qui donne le titre à la proposition. La boue, la boue, est le premier contact de l'eau avec la terre. Que l'eau puisse devenir du limon témoigne de ses capacités de collaboration. "Nous sommes faits d'eau et l'eau a développé les premières cellules, les premières bactéries, qui font du milieu aquatique le milieu de la vie. Il y a des auteurs, comme Gaston Bachelard, qui expliquent que c'est dans la capacité de devenir vase, le moment où l'eau pénètre la terre et devient une troisième forme, qui parle de la capacité à engendrer des formes de vie alternatives. La gestion des boues est cruciale à Venise. S'il y a trop de sédiments, le lagon n'est pas navigable et s'il s'érode trop, la ville est perdue. Les fleuves ayant été détournés, Venise est de plus en plus soumise aux eaux de la mer. "Il y a un dialogue entre deux états de l'eau, la fraîcheur du fleuve, la salinité de la mer, ce qui nous a paru intéressant. Notre structure canalise l'eau de mer, l'eau sale avec de la vase. On ne voulait pas tant parler d'eau pure mais de travailler avec le slime, le moment où l'eau est déjà en train de se transformer au contact d'autres matières », raconte Oriol Fontdevila.

Dans le magazine papier bonart, que vous pouvez maintenant acheter dans votre kiosque ou en format numérique via le kiosque, vous trouverez un rapport détaillé sur la participation de la Catalogne et des îles Baléares à travers l'Institut Ramon Llull à cette éphéméride.

Jordi Grau

Jordi Grau i Ramió. Periodista (Girona, 1957). Vicepresident del Col·legi de Periodistes de Catalunya a Girona. Ha estat director adjunt d'El Punt Avui i director d'El Punt Avui comarques gironines. Va ser el primer director d'El 9 Esportiu de Catalunya. Ha treballat a Ràdio Girona  i al Diari de Girona. Acualment col·labora amb El Punt Avui  i presenta "La Ciutat dels llibres" a TVGirona. Ha escrit "Puigdemont, el president @KRLS" i va ser coordinador i coautor de "Les pilotes del Borbons" i "Els Borbons en pilotes" i dels quatre llibres "Diari d'una retirada" sobre el final de la Guerra Civil a Catalunya. 

Ils peuvent vous
intéresser
...

Banner-Resonancias-817x68px_v1-cat